L'UNESCO s'associe à des partenaires clés pour évaluer l'impact de la Covid-19 sur les industries culturelles et créatives en Amérique latine

19/12/2020

La pandémie de COVID-19 et les mesures de distanciation sociale et de quarantaine ont posé des défis sans précédent aux sociétés du monde entier, affectant en particulier la chaîne de valeur du secteur culturel, affaiblissant davantage la situation des professionnels de la culture, at notamment les travailleurs de micro, petites et moyennes entreprises, ainsi que les artistes et les travailleurs indépendants, dont beaucoup sont informels.

Dans ce contexte, le projet « Évaluation de l'impact du COVID-19 sur les industries culturelles et créatives : une initiative conjointe du MERCOSUR, de l'UNESCO, de la BID, de la SEGIB et de l'OEI », a été lancé en juin 2020. Le projet visait à générer des données et des estimations de l'impact de la pandémie sur les industries culturelles et créatives de 10 pays d'Amérique latine, dans l’objectif global de soutenir la conception de politiques efficaces adaptées aux besoins du secteur, soulignant l'importance de la culture en tant que vecteur de développement durable.

« Le renforcement des systèmes d'information culturelle permettra d'élaborer des politiques de relèvement plus efficaces pour le secteur culturel, de soutenir les personnes dont la vie a été bouleversée par la pandémie et de positionner la culture en tant que pierre angulaire du Programme de développement durable à l'horizon 2030 », a déclaré Ernesto Ottone R., Directeur général adjoint de la culture de l’UNESCO.

Le projet a été mis en œuvre par les Bureaux de l'UNESCO à Montevideo, Quito et La Havane, en coopération avec le Marché commun du Sud (MERCOSUR), la Banque interaméricaine de développement (BID), le Secrétariat général ibéro-américain (SEGIB) et l’Organisation des États ibéro-américains (OEI) et s'articulait autour de trois volets principaux: une enquête régionale sur l'impact perçu de la pandémie (dont les résultats seront disponibles au début de 2021), une étude sur l'impact de la pandémie sur le industries culturelles et créatives, et un atelier de renforcement des capacités pour le système d’information culturelle du MERCOSUR.

Le projet a montré que les industries culturelles et créatives de la région représentent plus de 2,6 millions d'emplois. Selon les données fournies par les systèmes d'information culturelle qui ont participé à l'initiative, entre février et juin 2020 environ 80% des 21928 bibliothèques, 11304 centres culturels, 7516 musées, 5658 théâtres et 5219 cinémas de la région ont dû cesser leurs activités en raison de la pandémie. Les principales solutions proposées comprennent une collaboration efficace entre les organisations internationales, le renforcement de la coopération régionale, ainsi que le développement d'outils innovants, tels que les systèmes d'information culturelle.

Les premiers résultats du projet ont été présentés le 17 décembre, lors d'une réunion en ligne qui a vu la participation des représentants des différents pays et organisations impliqués, et qui a été ouverte par le ministre de la Culture de l'Argentine, M. Tristán Bauer, sur le compte de la Présidence pro tempore argentine du MERCOSUR Cultural; le Sous-Directeur général de l'UNESCO pour la culture, M. Ernesto Ottone R.; le Vice-président des secteurs et des connaissances de la BID, M. Benigno López; le secrétaire général de l'OEI, M. Mariano Jabonero Blanco; et la Secrétaire générale du SEGIB, Mme Rebeca Grynspan.

Ce projet a été cofinancé par le MERCOSUR, la BID, le SEGIB, l'OEI et l'UNESCO, à travers son Fonds d'urgence pour le patrimoine[1].

[1] Le Fonds d'urgence de l’UNESCO pour le patrimoine a reçu le généreux soutien du Fonds du Qatar pour le développement, du Royaume de Norvège, du gouvernement du Canada, d’ANA Holdings INC., de la Principauté de Monaco, du Royaume des Pays-Bas, de la République d'Estonie, du Grand-Duché du Luxembourg, de la République slovaque, de la Principauté d'Andorre et de la République de Serbie.