Article

L’UNESCO et ses partenaires lancent le Centre mondial de Genève sur l’éducation en situation d’urgence

27/01/2021

Le 25 janvier, à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation, l’UNESCO et ses partenaires ont lancé le Centre mondial de Genève sur l’éducation en situation d’urgence, un projet ambitieux qui vise à réduire la fragmentation des efforts et à accroître l’espace politique, technique et de financement dédié à l’éducation dans les situations d’urgence.

Le Centre mondial de Genève sur l’éducation en situation d’urgence permettra à ses membres de l’ensemble du spectre humanitaire, du développement et de l’éducation de travailler en vue d’une synergie renforcée, de susciter l’engagement de la communauté stratégique et politique de Genève vis-à-vis de l’éducation dans les situations d’urgence, et d’accroître l’impact de l’éducation dans les situations d’urgence au niveau des pays, grâce à des données et éléments de preuve de meilleure qualité et à une recherche innovante pour appuyer une éducation sûre et de qualité tout en permettant de bâtir des systèmes éducatifs résilients.

La crise mondiale de l’éducation

La crise mondiale de l’éducation traversées actuellement, avec 127 millions d’enfants d’âge scolaire non scolarisés dans des pays touchés par des situations d’urgence, une situation exacerbée en outre par la pandémie de COVID-19, a amplifié l’urgence de s’attaquer efficacement à tout ce qui fait obstacle à l’accès à l’éducation, tout en œuvrant pour répondre aux besoins interconnectés de la protection et de la santé des apprenants et des éducateurs dans les situations d’urgence et les crises prolongées.

À l’occasion du lancement du Centre mondial de Genève, la nécessité d’une approche holistique de l’éducation en situation d’urgence a été soulignée comme étant essentielle, la valeur ajoutée que tous les secteurs apportent permettant d’identifier et répondre efficacement aux besoins éducatifs des jeunes vulnérables en vue de parvenir à une éducation de qualité pour tous d’ici 2030.

Mme Hina Shikhani, étudiante réfugiée afghane élevée au Pakistan, a expliqué que « l’éducation est la clé fondamentale pour nous transformer, et transformer la vie des membres de nos communautés ».

En réalité, bien que l’éducation en situation d’urgence ne bénéfice que de 3 % environ du financement humanitaire total, elle continue de représenter une priorité absolue pour les communautés touchées par les situations d’urgence et les crises. Ainsi que l’a décrit le Directeur général du Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur du Liban, M. Fadi Yarak, « au Liban et dans d’autres pays arabes, malgré la brutalité de la crise, les parents continuent de se battre pour que leurs enfants reçoivent un enseignement et bénéficient de perspectives ».

« L’éducation ne doit pas être considérée comme un luxe, mais bien comme un droit que nous devons protéger » a ajouté Mme Shikhani, en plaidant pour la nécessité d’éliminer de façon holistique tous les obstacles à l’éducation pour les enfants et les jeunes vulnérables touchés par des situations d’urgence. Il s’agit notamment des obstacles économiques, linguistiques et culturels, ainsi que des aspects moins perceptibles tels que les effets psychosociaux des situations d’urgence qui peuvent limiter l’accès à l’éducation et avoir un impact sur les résultats scolaires.

L’engagement du Centre mondial de Genève sur l’éducation en situation d’urgence

Compte tenu de la valeur transformatrice reconnue à l’éducation pour tous les enfants, les jeunes et les communautés, en particulier pour ceux qui ont été confrontés aux épreuves des situations d’urgence et des crises, les cosignataires du Centre mondial de Genève se sont engagés à accroître leur collaboration afin de prioriser, de réaliser et de protéger le droit à une éducation inclusive, de qualité et sûre pour tous les enfants et jeunes touchés par les crises et pour les déplacés. Leur mission est d’entamer un dialogue avec les gouvernements, les donateurs, les acteurs humanitaires et de développement de la société civile, ainsi que le monde de l’éducation pour se rassembler autour d’une action commune transformatrice.

Cet engagement a été cosigné à l’occasion du Forum mondial sur les réfugiés de 2019 par la Suisse, Education Cannot Wait, le Pôle mondial de l’éducation, l’UNESCO, le HCR, l’UNICEF, le Réseau inter-agences pour l’éducation en situation d’urgence (INEE), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), l’Institut des hautes études internationales et du développement et l’Université de Genève. Il représente l’union de leurs forces pour faire de l’éducation une réalité pour des millions d’enfants pris au piège des situations de crise. La représentation inclusive des acteurs de l’éducation du monde humanitaire, du développement et de l’éducation reflète la nécessité croissante d’une approche plus holistique face à l’éducation en situation d’urgence, le travail en silo n’étant plus envisageable.

L’engagement de l’UNESCO envers le Centre mondial de Genève sur l’éducation en situation d’urgence

Mme Stefania Giannini, Sous-Directrice générale de l'UNESCO pour l'éducation, a décrit le Centre mondial de Genève comme une « plate-forme nécessaire alliant l’influence institutionnelle et politique pour plaider en faveur d’un financement accru de l’éducation et d’une allocation plus équitable des ressources ». Le Centre mondial de Genève sera en réalité un catalyseur d’engagements politiques et financiers à long terme, ainsi que de solutions innovantes visant à promouvoir l’inclusion dans l’éducation et la reconnaissance de l’apprentissage pour les apprenants les plus vulnérables.

L’UNESCO salue cette initiative comme étant un précieux tremplin vers la mise en œuvre du Cadre d’action Éducation 2030 qui souligne la nécessité de « concevoir des systèmes éducatifs plus résilients et plus réactifs face aux conflits, aux troubles sociaux et aux catastrophes naturelles – et de veiller à ce que l’éducation continue d’être assurée pendant les situations de conflit, d’urgence et de post-conflit ».

L’UNESCO s’engage à soutenir l’important travail de prestation de l’éducation dans les contextes de crise en recourant à son expertise technique en matière de politique, de planification et de statistiques de l’éducation, autant de domaines qui peuvent apporter une valeur ajoutée au travail des acteurs de l’éducation en situation d’urgence. Grâce à sa présence à travers le monde et en collaboration avec ses instituts spécialisés tels que l’IIPE, l’ISU et le BIE, l’UNESCO contribue à renforcer les capacités de ses États membres à offrir à tous un accès à des possibilités éducatives de qualité, même en situation d’urgence et de crise.

L’UNESCO est à la pointe des efforts concernant une planification de l’éducation sensible aux crises, la protection de l’éducation contre les attaques, l’autonomisation des jeunes dans les situations de crise et le suivi des impacts mondiaux de la COVID sur l’éducation. En outre, l’Organisation met actuellement en œuvre des programmes à fort impact comme le Passeport des qualifications de l’UNESCO destiné aux réfugiés et aux migrants vulnérables et l’initiative visant à améliorer la qualité des données de l’éducation pour une éducation en situation d’urgence qui soit axée sur les preuves pour une résilience accrue aux crises, deux initiatives considérées comme essentielles pour éliminer les obstacles à l’éducation pour les enfants et les jeunes les plus vulnérables.

Le Centre mondial de Genève sur l’éducation en situation de crise présente un fort potentiel pour le renforcement des synergies de l’UNESCO au sein de l’architecture mondiale de l’aide à l’éducation.

The Geneva Global EiE Hub has good potential to strengthen UNESCO synergies within the global education aid architecture.