News

L’UNESCO et ses partenaires proposent un cours ouvert en ligne sur la sécurité des femmes journalistes

22/04/2021

Les journalistes du monde entier font face au quotidien à du harcèlement, des violences et des menaces. Les femmes journalistes sont exposées à davantage de risques du fait de leur genre. Des salles de rédaction aux reportages sur le terrain, cette violence peut prendre la forme de harcèlement sexuel, d'agressions, de torture, de violences sexuelles voire d'assassinats.

Les femmes journalistes sont particulièrement visées dans l’espace numérique. Dans une étude mondiale menée en 2020 par l’UNESCO et l’ICFJ sur les violences en ligne rencontrées par les femmes journalistes, 73 % des participantes déclaraient avoir subi des violences en ligne dans le cadre de leur travail.

L’UNESCO, la Fondation internationale pour les femmes dans les médias (IWMF) et le Knight Center pour le journalisme dans les Amériques de l’Université du Texas à Austin lancent un cours en ligne ouvert à tous (MOOC) intitulé “How to Report Safely: A Guide for Women Journalists and their Allies” (Sécurité des reporters : guide pour les femmes journalistes et leurs partenaires). Ce cours, qui commencera à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai, vise à aborder les dimensions sexospécifiques de la sécurité des journalistes, tant en ligne que hors ligne, et à proposer aux femmes journalistes une formation spécialisée en matière de sécurité.

Dirigé par l'instructrice Alison Baskerville, le cours sera divisé en quatre modules hebdomadaires :

  1. Introduction à la planification de la sécurité, qui abordera l'élaboration d'une évaluation des risques et d'une stratégie de communication
  2. Connaissance de la situation et sécurité personnelle, qui portera sur l’atténuation des risques sur le terrain
  3. Harcèlement et violence sexiste, qui exposera comment s'y préparer et comment en soutenir les victimes
  4. Soins personnels et bien-être mental, qui proposera la création d’un plan de soins personnels et de réseaux de soutien par des pairs

Favoriser un environnement sûr pour que les femmes journalistes puissent faire leur travail est essentiel pour protéger la liberté d'expression et l'accès à l'information. Ce cours en ligne, qui complète le travail existant de l'UNESCO avec les États membres et les organisations de médias, sera un espace idéal pour partager des outils pratiques et des conseils adaptés aux femmes journalistes sur la manière d'assurer leur sécurité.

Guilherme Canela, Chef de la Section Liberté d'expression et Sécurité des journalistes de l'UNESCO

Un plan de sécurité de base n'éliminera pas le risque, mais en atténuera les effets.

Alison Baskerville, formatrice principale en sécurité inclusive pour l'IWMF

Le cours s’appuiera sur des conférences vidéo, des entretiens avec des orateurs invités, ainsi que des lectures et des documents. Les étudiants participeront également à des forums de discussion et répondront à des questionnaires hebdomadaires.

Ce cours gratuit se déroulera du 3 au 30 mai. Les participants de n'importe quel fuseau horaire pourront y participer car il pourra être suivi de manière différée. Pour davantage d’informations sur le MOOC, notamment sur les modalités d’inscription et la possibilité de recevoir un certificat de réussite, cliquez sur ce lien.

Les inscriptions au MOOC sont ouvertes.

Ce projet a été financé par la Swedish Postcode Foundation. Ce MOOC s’inscrit dans le travail plus vaste de l'UNESCO dans ce domaine qui, au-delà du renforcement des capacités, comprend la recherche et la sensibilisation pour aborder les différents aspects de la violence hors ligne et en ligne.

L'UNESCO lancera également le 30 avril un document de réflexion sur les tendances mondiales en matière de violence en ligne à l'encontre des femmes journalistes, qui fera l’objet de discussions lors d'une session de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

  • Cliquez ici pour participer à la session de la Journée mondiale de la liberté de la presse
  • Cliquez ici pour vous inscrire au MOOC.