Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO tient une consultation d’experts sur l’antisémitisme en contribution au rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction

12 Juin 2019

expert-consultation-antisemitism_.jpg

© UNESCO/Noam Assouline

Le 28 mai 2019, l’UNESCO et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, M. Ahmed Shaheed, ont tenu au Siège de l’UNESCO, à Paris, une réunion de consultation d’experts d’une journée sur l’antisémitisme. La réunion s’est tenue dans le cadre d’une série de réunions internationales de consultation organisées par le Rapporteur spécial des Nations Unies en vue de l’élaboration du rapport qu’il devra présenter à l’Assemblée générale des Nations Unies plus tard cette année. Pour la première fois, le Rapporteur spécial fera rapport sur l’antisémitisme, conformément à sa mission consistant à identifier les obstacles existants et émergents à la jouissance du droit à la liberté de religion ou de conviction.

Dans son discours d’introduction, le Rapporteur spécial des Nations Unies Ahmed Shaheed a indiqué que « tous les indicateurs mettent en évidence une montée de la haine dans le monde. L’antisémitisme est la forme de haine la plus ancienne et peut-être la plus répandue, et c’est aussi souvent la première à réapparaître dans toute son horreur à mesure que les sociétés sombrent dans le sectarisme. Tout comme une seule forme de haine jette les bases de toutes les formes de haine, la lutte contre l’antisémitisme jettera les bases de la lutte contre toutes les formes de haine. J’organise ces consultations car je veux entendre directement les communautés touchées et ceux qui s’emploient à relever ce défi mondial. »

La réunion de consultation a été organisée par le Secteur de l’éducation de l’UNESCO, conformément à son engagement de lutter contre l’antisémitisme et toutes les formes de discrimination par l’éducation. Dans ce contexte, Stefania Giannini, la Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, s’est félicitée du thème du rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies de cette année, en soulignant le pouvoir de l’éducation pour prévenir toutes les formes de discrimination : « Comme n’importe quelle forme de discrimination, l’antisémitisme présente une menace pour la réalisation des droits humains de tous les individus. Alors que nous assistons à une poussée de l’antisémitisme dans le monde, nous ne pouvons rester les bras croisés : nous devons agir. L’UNESCO s’est engagée à promouvoir l’éducation en tant qu’instrument pour bâtir la résilience des apprenants face aux stéréotypes antisémites, les sensibiliser aux effets néfastes des discours discriminatoires et leur donner les moyens de rejeter toutes les formes de préjugés. »

La réunion de consultation à l’UNESCO a rassemblé 25 experts sur l’antisémitisme, représentant les principales organisations juives, des organismes de défense des droits humains, des organismes nationaux chargés de promouvoir la tolérance et la non-discrimination ainsi que des centres de recherche universitaires de France, de Belgique, d’Italie, d’Espagne et d’Israël. Durant la réunion, les participants ont examiné les tendances actuelles de l’antisémitisme en Europe, l’impact de l’antisémitisme sur les droits des Juifs et la liberté de religion ou de conviction, ainsi que les réponses et les mesures préventives pour lutter contre l’antisémitisme. Ont participé à la réunion les institutions suivantes : le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), l’American Jewish Committee (AJC), la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), la Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH), le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), Yad Vashem, Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX), UNIA, le Congrès juif mondial, Centro Sefarad-Israel, l’Union des communautés juives italiennes, le Site Mémorial du Camp des Milles, le Groupe d’étude de l’Assemblée nationale française sur l’antisémitisme, le Mémorial de la Shoah et B’nai B’rith International.

L’UNESCO est engagée dans la lutte et la prévention de l’antisémitisme contemporain par le biais de ses programmes en faveur de l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM) et de la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation (PVE-E). Dans ce contexte, l’UNESCO s’efforce de promouvoir des systèmes éducatifs qui luttent contre l’antisémitisme dans et par l’éducation et qui améliorent la résilience des jeunes face aux idéologies et aux préjugés extrémistes. Pour atteindre cet objectif, l’Organisation s’emploie à renforcer les capacités des responsables des politiques éducatives et des enseignants en élaborant des lignes directrices, des formations ciblées ainsi que des matériels pédagogiques, tels que des lignes directrices à l’intention des décideurs politiques intitulées « Prévenir l’antisémitisme par l’éducation », publiées conjointement avec l’OSCE/BIDDH en 2018.