News

L’UNESCO et « Women in Africa » s’unissent pour promouvoir les compétences numériques et l’esprit d’entreprise des femmes à travers le continent

04/03/2021

L’investissement dans l’esprit d’entreprise numérique des femmes, en plus d’être une obligations morale, est une pratique commerciale judicieuse. Selon McKinsey, l’économie féminine constitue le plus grand marché émergent du monde. En effet, elle pourrait rapporter 12 trillions de dollars au PIB mondial d’ici 2025. Investir dans la formation aux compétences numériques et à l’esprit d’entreprise des femmes africaines, c’est investir dans la croissance économique et sa portée sociale à l’échelle locale, nationale et continentale.

L’Observatoire mondial de l'entrepreneuriat pour 2019/2020 a souligné que des millions de femmes à travers le monde avaient démarré une activité seules au cours des cinq dernières années. La plupart d’entre elles habite en Afrique, environ 26 % des femmes adultes s’étant lancées dans une activité indépendante. Le Ghana est le pays comptant le plus grand nombre d’entrepreneuses, 46 % des entreprises étant gérées par des femmes.

Néanmoins, malgré un entrepreneuriat élevé à travers le continent, deux difficultés persistent : 1) le manque d’investissement financier et 2) le manque de formation au numérique, qui empêche les entrepreneuses de pleinement profiter des avantages de la transformation numérique en cours en Afrique et dans le monde. La Banque mondiale confirme cette disparité à travers des données collectées dans dix pays africains qui révèlent qu’en moyenne, les sociétés gérées par des hommes détiennent six fois plus de capitaux que celles gérées par des femmes. Les bénéfices mensuels des entreprises gérées par des femmes sont donc en moyenne 38 % inférieurs à ceux des entreprises gérées par des hommes. Dans la même perspective, la publication phare de l’UNESCO Je rougirais si je pouvais a souligné que de nos jours, les femmes et les filles étaient 25 % moins susceptibles que les hommes de savoir comment tirer profit des technologies numériques à des fins simples, 4 fois moins susceptibles de savoir comment développer et 13 fois moins susceptibles de déposer un brevet technologique.

La récente enquête de l’UNESCO sur l’évaluation des besoins en Intelligence artificielle en Afrique a révélé que le continent africain enregistrait des signes encourageants en matière d’innovation et de développement dans le domaine de l’IA : cours dans des structures de quartier le week-end, formations intensives pour étudiants et jeunes chercheurs, création de pôles d’innovation transnationaux publics ou privés.

Cependant, malgré un fort potentiel de développement, des défis subsistent quant à la disponibilité des infrastructures et aux écarts de compétences humaines et institutionnelles permettant de développer et de maîtriser l’IA dans le but d’optimiser les avantages de l’exploitation de l’IA pour autonomiser les femmes entrepreneuses et ainsi, produire activement des solutions répondant aux difficultés de développement.

Des pays africains ont demandé à l’UNESCO de soutenir le développement de ressources de formation à l’IA ouvertes et accessibles aux citoyens, notamment à travers des programmes de formation numérique visant à promouvoir la participation des filles et des femmes et réduire l’écart existant en matière de participation des femmes au développement et à l’utilisation de l’IA.

Afin de répondre à ce besoin, l’UNESCO et l’initiative « Women in Africa » (WIA) s’unissent à des partenaires du secteur public et privé dans le but de développer un cours en ligne ouvert à tous (MOOC) visant à promouvoir l’esprit d’entreprise et la formation numérique des femmes africaines dans le domaine de l’intelligence artificielle.

WIA est la principale plateforme internationale consacrée au développement économique et au soutien des entrepreneuses africaines. WIA pense que les femmes africaines, vectrices d’action, font évoluer et influencent l’économie à l’échelle du continent. Chaque année depuis 2017, parallèlement à d’autres projets, WIA identifie, sélectionne, soutient et forme les meilleures entrepreneuses à travers son programme WIA54.

À cette fin, l’UNESCO et l’initiative « Women in Africa » lancent, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, une enquête destinée à écouter directement les femmes entrepreneuses sur le terrain et à comprendre leurs besoins et leurs souhaits en matière de formation.

Vous êtes une entrepreneuse africaine ? Vous souhaitez approfondir votre formation numérique, en savoir plus sur l’IA et œuvrer à la promotion de la transformation numérique dans votre entreprise, votre entourage et votre pays ?

 

Participez à notre enquête. Votre avis nous intéresse et nous permettra d’affiner notre prochaine formation.

Accédez à notre enquête en français, anglais, espagnol et portugais en cliquant sur ce lien, jusqu’au 31 mars : cliquez ici