Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’Union européenne fait un don de 20 millions d’euros pour appuyer l’initiative phare de l’UNESCO « Faire revivre l'esprit de Mossoul »

22 Février 2019

infocus_mosquee_al_nuri_01.jpg

Mosquée Al Nuri, Mosul
© UNESCO

Jeudi dernier à Bruxelles, dans le cadre de l’initiative phare « Faire revivre l'esprit de Mossoul » lancée par la Directrice générale de l’UNESCO Audrey Azoulay en février 2018, l’Union européenne a signé un accord de partenariat d’un montant de 20 millions d’euros avec l’UNESCO. Ce projet vise à promouvoir la cohésion sociale et la réconciliation en Iraq afin de restaurer et de reconstruire le paysage urbain. Principalement axé sur Mossoul, ce projet contribuera également à réhabiliter la ville de Bassorah.

Ce projet d’une durée de trois ans se concentre sur la création d’emplois et sur le développement des compétences, afin de répondre au grave manque de moyens de subsistance, en particulier chez les jeunes, auprès des personnes déplacées à l’intérieur du pays et de celles qui retournent à Mossoul. A travers des modules sur-mesure conçus par des formateurs reconnus, environ 1 500 jeunes recevront une formation théorique, combinée à une formation pratique pour les jeunes travailleurs non qualifiés ou partiellement qualifiés.

Ces activités viendront renforcer les mesures de redressement ciblés mises en œuvre dans les deux villes, y compris le développement d’infrastructures d’auto-reconstruction, au travers desquelles les populations locales des vieilles villes de Mossoul et Bassorah recevront les ressources dont ils ont besoin pour reconstruire leurs maisons. D’autres activités du projet comprennent la documentation numérique du patrimoine urbain et la création d’un Plan de redressement et de reconstruction. Des sites seront identifiés pour être bénéficier d’une réhabilitation prioritaire.

Des manifestations culturelles seront organisées autour des sites restaurés afin de renforcer la cohésion sociale et de consolider les identités culturelles autour du patrimoine urbain.

 


© UNESCO/G.Fontana

Le projet sera mené en coopération avec les autorités nationales et locales iraquiennes, notamment le Ministère de la Culture, les bureaux de dotations religieuses, les provinces de Ninive et Al-Basra, et en étroite collaboration avec la société civile et les communautés locales. Les groupes de jeunes et de femmes seront tout particulièrement consultés pour définir les domaines prioritaires et les modalités de mise en œuvre du projet.

Le Directeur général de la DG DEVCO (Direction générale de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne) de l’Union européenne, M. Stefano Manservisi, et le Sous-Directeur général pour la culture, M. Ernesto Ottone Ramirez ont signé cet accord jeudi dernier à Bruxelles.

Le Sous-Directeur général pour la culture, M. Ernesto Ottone Ramirez, a souligné « qu’il sera impossible de réhabiliter le tissu urbain de Mossoul et Bassorah sans l’engagement et la participation des jeunes. En offrant des possibilités de formations et d’emplois dans le domaine de la reconstruction du patrimoine urbain, ce projet ne se limite pas à revitaliser une ville. Il vise à rassembler les communautés, à favoriser la réconciliation et à redonner aux habitants l’espoir en l’avenir ».

M. Manservisi s’est fait l’écho de cet appel en faveur des « vieilles villes de Mossoul et Bassorah, symboles vivants de la mosaïque riche et diverse des identités en Iraq. La diversité et le patrimoine culturels font partie intégrante des valeurs de l’Union européenne. Nous pensons que le patrimoine culturel est important non seulement parce qu’il est au cœur de ce que nous sommes, de notre identité, mais aussi parce qu’il peut grandement contribuer à stimuler l’économie et favoriser la cohésion sociale. Par le biais de cette initiative, nous impliquons les jeunes dans la réhabilitation et l’entretien de leurs villes, et de leur patrimoine culturel et urbain. Ils feront l’expérience du développement et de la culture, et en viendront à reconnaître ce qu’ils en ont en commun. A long terme, cela favorisera la paix dans cet Etat multiculturel et pluraliste qu’est l’Iraq ».