News

La lutte contre la pauvreté, exacerbée par la COVID-19 : déclarée priorité des Etats de l’Afrique centrale

30/09/2020
Libreville, Gabon
01 - No Poverty

Le Gouvernement de la République gabonaise et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), ont organisé en ligne, le 30 septembre 2020, le 2ème Forum des ministres en charge de développement social sur le thème : « Le défi de la pauvreté en Afrique centrale : quel impact de la pandémie de la COVID-19 et quelles stratégies ? ». Il s’est achevé avec une déclaration forte des ministres qui se sont engagés à lutter contre la pauvreté dans la sous-région, notamment à la lumière des effets néfastes exacerbés par la pandémie de la COVID-19.

Sous l’égide du Programme pour la Gestion des transformations sociales (MOST) de l’UNESCO, ce forum en ligne, premier du genre, a eu pour objectif d’encourager les pays d’Afrique centrale à la mise en œuvre d’une synergie renforcée entre les politiques publiques et la recherche en sciences sociales pour répondre au défi de la pauvreté, amplifié par l’impact de la pandémie de la COVID-19, en vue de la réalisation, en particulier, de l’objectif n° 1 de l’Agenda 2030 des Nations Unies, d’une part ; et de l’Aspiration n° 1 de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, d’autre part. Cette aspiration de l’Agenda 2063 souligne la détermination des Peuples africains à « éradiquer la pauvreté en une génération, grâce au partage de la prospérité par le biais de la transformation sociale et économique du continent. »

Ce forum ministériel a été l’aboutissement de plusieurs réunions préparatoires.

Co-présidée par mesdames Prisca Koho Nlend, ministre gabonaise des Affaires sociales et des Droits de la femme, et Faustina Inglês De Almeida Alves, ministre angolaise de l’Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, la première réunion préparatoire, qui s’est tenue le 22 juillet, a rassemblé des représentants des ministres, des Bureaux de Coordinateurs résidents des Nations Unies, du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique, de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, de l’ONU-Femmes, de l’Union européenne, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, et de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Présidée par le Directeur régional de l’UNESCO pour l’Afrique centrale, la deuxième réunion a rassemblé des chercheurs en sciences sociales et les Secrétaires généraux des Commissions nationales pour l’UNESCO.

La troisième et dernière réunion préparatoire s’est tenue les 14-15 septembre en rassemblant des experts nationaux, des chercheurs, des leaders associatifs et des experts des Nations Unies et des partenaires techniques et financiers.

Le principal résultat du forum a été l’adoption d’une déclaration par laquelle les ministres s’engagent, sous la coordination conjointe de l’UNESCO et de la CEEAC, à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un programme sous-régional de lutte contre la pauvreté dans la perspective des Agendas 2030 et 2063. Celui-ci se décline en six axes, à savoir : (i) Production des données, incluant des activités de formation et de recherche ; (ii) Economie verte ; (iii) Transformation numérique ; (iv) Renforcement des systèmes de santé ; (v) Renforcement des secteurs productifs ; (vi) Vision prospective post-COVID.

La mise en œuvre dudit programme démarrera, dès 2021, par une étude diagnostique et prospective de la pauvreté mettant un accent particulier sur les conséquences de la pandémie de la COVID-19 et proposant des solutions politiques, particulièrement en ce qui concerne le genre, les jeunes et les personnes en situation d’handicap.

Ont pris part à ce forum, les ministres du Gabon, de l’Angola, du Cameroun, Congo, du Tchad, de la République Démocratique du Congo. Le Burundi a été représenté par le Secrétaire permanent du ministère en charge du développement social.