La lutte traditionnelle coréenne inscrite sur la Liste du patrimoine immatériel suite à la fusion inédite des candidatures des deux Corée

26 Novembre 2018

if_ith-korea.jpg

© Vicky Somrah

« Un pas hautement symbolique vers la réconciliation intercoréenne qui  nous rappelle le pouvoir du patrimoine culturel comme vecteur de paix»

  

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, réuni à Port-Louis (Maurice), a décidé d’inscrire la lutte traditionnelle coréenne- le « ssirum/ssireum»- sur la Liste représentative du  patrimoine culturel immatériel de l’humanité, sur une proposition conjointe de la République populaire démocratique de Corée et de la République de Corée.

 A cette occasion, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay a déclaré : « Le fait que les deux Corée aient accepté de fusionner leurs candidatures respectives est sans précédent. Cela n’aurait pas été possible sans une grande confiance de l’ensemble des autorités coréennes envers l’UNESCO. Cette inscription conjointe constitue un pas hautement symbolique sur le chemin de la réconciliation intercoréenne. Il nous rappelle le pouvoir extraordinaire du patrimoine culturel comme vecteur de paix et trait d’union entre les peuples. C’est la victoire du temps long et des liens profonds des deux côtés de la frontière intercoréenne.»

 La lutte traditionnelle coréenne - « Ssirum » en République populaire démocratique de Corée et « Ssireum » en République de Corée - a une signification profonde pour tous les Coréens. Fondamentalement liée à la terre et à l’agriculture, il s’agit à la fois d’un sport national et d’une pratique culturelle très populaire. Des compétitions sont organisées périodiquement à l’occasion d’événements ou de fêtes agricoles liées au cycle des saisons.

Cette inscription conjointe inédite a été rendue possible par la volonté commune des deux Corée, la République populaire démocratique de Corée et la République de Corée, qui ont accepté, suite à la médiation de l’UNESCO, de fusionner leurs candidatures initialement séparées pour l’inscription de la lutte traditionnelle coréenne sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel.

Ce premier résultat fait suite à la visite de la Directrice générale en République de Corée en juin dernier et à sa rencontre avec le Président Moon Jae-in le mois dernier à Paris. Cette rencontre avait été pour elle l’occasion de proposer une série de projets concrets avec l’UNESCO pour faciliter la réconciliation intercoréenne.  Des échanges de même nature se sont tenus au cours des dernières semaines avec la République populaire démocratique de Corée. Ce rôle de facilitateur de l’UNESCO  au service  de la paix entre les deux parties a permis d’aboutir à  cette inscription commune dans de très courts délais.

L’UNESCO continuera de travailler, à travers des projets concrets, avec les autorités des deux pays sur la réconciliation de la péninsule coréenne au travers de la culture, de l’éducation et des sciences. Ces secteurs, au cœur du mandat de l’UNESCO, constituent des fondements essentiels à une paix durable.

 

****

Contact médias :

Lucía Iglesias Kuntz, Service de presse de l’UNESCO, l.iglesias@unesco.org; Tél : : +33 (0) 6 80 24 07 29

 

Plus d’information sur le Comité : https://ich.unesco.org/fr/13com

Dossier de presse : https://ich.unesco.org/fr/13com-press

 

Plus d’information sur le ssirum / ssireum, dans Le Courrier de l'UNESCO  https://fr.unesco.org/courier/supplement-numerique/patrimoine-culturel-commun-peninsule-coreenne-lutte-traditionnelle

 

Suivez la réunion sur Twitter : @unesco_fr , #Patrimoineimmatériel #Patrimoinevivant