Press release

Le Mali prépare son premier rapport quadriennal avec l’appui de l’UNESCO

23/10/2019
, Mali

Le lundi 21 octobre 2019 à 10 heures au Musée National du Mali, le Ministre de la Culture, Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo a procédé à l’ouverture des travaux de l’atelier de formation des membres du Comité de mise en œuvre et de suivi de la Convention de 2005 au Mali sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en présence de M. Edmond Moukala, Chef du Bureau, Pi, Représentant de l’UNESCO au Mali, de la Conseillère régionale pour la culture, BReDA, des partenaires techniques et financiers. Il regroupe du 21 au 25 octobre, une trentaine de participants composés des professionnels de la culture, des statisticiens, des représentants ministériels et des acteurs et opérateurs de la société civile, des médias, etc... L’UNESCO accompagne la formation à travers la mise à disposition d’une expertise spécialisée, constituée d’experts internationaux et nationaux. 

La formation permettra de renforcer les capacités du Comité pour préparer le premier rapport quadriennal du Mali et pour un meilleur suivi des politiques culturelles dans le cadre du projet UNESCO/ASDI « Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentales et la diversité des expressions culturelles », 2018-2021, Convention de 2005. Une partie des travaux sera consacrée à dresser un état des lieux de la politique nationale de promotion des industries culturelles et créatives au Mali.  

Dans son discours, M. Edmond Moukala, a souligné que le projet favorisera le renforcement la  protection et la promotion des industrielles culturelles et créatives au Mali, pays qui regorge d’une impressionnante potentialité culturelle et d’acteurs dynamiques. Qu’il s’agisse de la Radio, la Musique, le Cinéma, la Télévision, les Arts de la scène, le Design, l’Artisanat, la Mode, les Arts visuels, la Photographie, l’Architecture, le Tourisme culturel, les Jeux vidéo et l’Edition, le secteur des industrielles culturelles et créatives constitue une source de revenue et de création d’emploi, a-t-il ajouté. Ceux-ci contribuent annuellement au PIB mondial à hauteur de 2250 milliard USD, et créent 30 millions d’emplois dans le monde. La mise en œuvre du projet contribuera au développement durable à travers le renforcement de la culture de la paix, la résilience des populations face au terrorisme, la réconciliation nationale et la stabilisation de la Paix au Mali et en cohérence à la fois avec l’Accord pour la paix et du Mandat du Président de la République SE. IBK, Champion pour les arts, la culture et le patrimoine de l’UA.

Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo après avoir remercié l’UNESCO et la Suède, a souligné que le Mali, l'un des premiers pays (18ème pays sur 146 à ce jour) à ratifier cette Convention, le 09 novembre 2006, possède de nombreux atouts qui favorisent l’émergence des secteurs culturels créatifs, à savoir la richesse et la diversité de ses expressions culturelles, qui attirent des opérateurs culturels étrangers. Elle a ajouté que, les secteurs culturels et créatifs, subissent encore les impacts négatifs de la crise qui a montré leur faiblesse structurelle et l’insuffisance de soutien financier aux secteurs d’activités culturelles, ainsi que la faiblesse de dispositifs adéquats de collecte de données sur les statistiques sectorielles.

Il faut souligner que le Mali  n’a toujours pas produit son premier rapport périodique quadriennal. Dans cet exercice, il  est accompagné par l’UNESCO, à travers le projet ASDI financé par l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement.