Le Mali valide sa politique nationale des enseignants avec l’appui de l’UNESCO

26/03/2021
BAMAKO, Mali

Le ministère de l’Éducation nationale a organisé ce 24 mars 2021, l’atelier de validation technique de la politique nationale des enseignants du Mali avec l’appui technique et financier de l’UNESCO à travers son projet CapED.

Sous la présidence de M. Kinane AG GADEDA, Secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, et de M. Edmond MOUKALA, Représentant de l’UNESCO au Mali, près d’une cinquantaine de participants composés des cadres des services centraux des ministères en charge de l’éducation, de la formation, de la décentralisation et du Budget, des recteurs d’université de Bamako, des membres de l’équipe technique nationale (ETN) chargée de l’élaboration de la politique, des personnes-ressources, et de l’IICBA ont pris part à cet atelier de validation technique.

Dans son intervention, le Chef du Bureau de l’UNESCO à Bamako, M. MOUKALA s’est réjoui de participer à cet atelier avant de rappeler le processus et les résultats des productions qui sont le fruit d’un travail intense même par les membres de l’équipe technique nationale, avec l’appui de l’UNESCO. Il a rappelé que : « cette politique devrait conduire à relever quelques défis liés à la revalorisation de la question enseignante, à la fermeture des écoles notamment au centre et au nord dû à l’absence des enseignants et à l’intégration des TIC dans les enseignements apprentissages dans ce contexte de COVID 19 ».

Il a ainsi remercié toutes les parties prenantes qui ont pris part au processus d’élaboration, particulièrement Monsieur le Secrétaire général, pour son implication personnelle, son engagement sans faille.

M. MOUKALA, avant de réitérer l’engagement de l’UNESCO à continuer son appui au Mali dans l’accomplissement de notre mission commune (ODD4), a lancé un vibrant appel pour la mise en œuvre effective de cette politique et a clôturé son intervention par une citation de Madame Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, prononcée à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des enseignants : « […] Nous encourageons les gouvernements à faire de l'enseignement une profession de premier choix pour les jeunes. Nous invitons également les syndicats d'enseignants, les employeurs du secteur privé […] et les formateurs d'enseignants à partager leur savoir et leur expérience en vue de favoriser l'émergence d'un corps enseignant dynamique. » (Fin de citation).

Pour sa part, le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, M. Kinane AG GADEDA s’est réjoui de présider cet atelier, tout en remerciant les participants pour leur engagement.

Il a rappelé le rôle central que jouit l’enseignant dans le processus d’évolution sociale, économique et culturel d’un pays, d’où l’article 20 de la loi d’orientation sur l’éducation : « les enseignants occupent une place de premier ordre dans la communauté éducative des établissements ». C’est ainsi que les autorités ont décidé d’élaborer une politique holistique prenant en charge toutes les dimensions, tous les niveaux et tous les aspects de la question enseignante. M. AG GADEGA a ainsi remercié au nom du Ministre, l’UNESCO pour son accompagnement de qualité, félicité et remercié l’ETN, les consultants, ainsi que les personnes-ressources et l’UNICEF pour les sacrifices et la production de qualité dans une démarche très contraignante.

Il invitera les parties prenantes à examiner, apprécier et valider tout en étant ouvert aux éventuelles observations et contributions, ce document produit conformément aux objectifs de l’ODD4, de la CESA (Stratégie d’Education Continentale pour l’Afrique) et du PRODEC II, mais aussi qui est le fruit d’une collaboration fructueuse et dynamique entre les départements concernés et l’UNESCO à Bamako.

Avant de souhaiter un plein succès aux travaux de validation, il a notifié que « ce document est un outil essentiel pour l’amélioration de la qualité de l’éducation et de la formation au Mali. »

Les échanges fructueux ont permis de consolider le document de politique avec une entière satisfaction des parties prenantes. « Un sentiment de fierté qui m’anime, je suis ravi d’avoir participé depuis le début d’élaboration de la politique […]. Nous avons eu la chance de jeter les jalons en produisant ce document », Mme Diallo Assa DIAGOURAGA, conseillère technique, ministère du Travail et de la Fonction publique.

Selon M. Issoufi DICKO, Directeur national adjoint de l’enseignement normal au Mali. « J’ai découvert un travail formidable qui a été abattu par les collègues membres de l’équipe technique nationale (ETN) avec l’appui technique et financier de l’UNESCO, et surtout l’accompagnement d’experts de qualités qui ont été mobilisés pour ce travail. C’est donc un document de qualité qui a été mis à disposition par cette équipe. C’est un travail participatif qui a été mené. Nous avons appris avec les experts (nationaux et internationaux). »

Cette politique favorisera/contribuera davantage à l’atteinte des objectifs de l’ODD4 et spécifiquement de la cible 4c. Son cout total (2021-2025) avec 281 activités est estimé à environ deux cent soixante-sept milliards de FCFA (267.442.942.714) pour un GAP de financement à rechercher de 22,8%.

 

© UNESCO
© UNESCO