Les médias du Centre renforcés pour contribuer à la promotion de la paix au Mali

23/08/2021

Du 17 au 19 août 2021, à Mopti, l’UNESCO et le Bureau régional de la MINUSMA, en collaboration avec la Maison de la Presse du Mali et l’URTEL-Mopti, ont organisé un atelier visant le renforcement des capacités de 45 acteurs des médias du Centre sur la prévention de l'extrémisme violent, la promotion de la liberté de la presse et la Convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

 

L’objectif de cet atelier était de renforcer les capacités des participants sur la prévention de l’extrémisme violent, l’utilisation des savoirs endogènes pour contribuer au retour progressif de la paix dans les régions du Centre. Cet atelier de trois jours entre dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action dénommé « An ka Baro kè » (Dialoguons ensemble) du Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations unies (RSSG) au Mali et Chef de la MINUSMA, M. El-Ghassim WANE, pour accélérer la stabilisation du Centre.

 

Selon le Chef du bureau et Représentant de l’UNESCO au Mali, M. Edmond MOUKALA, cette formation devra « faciliter l’appropriation par les acteurs des médias des richesses culturelles, des valeurs endogènes de dialogue, de tolérance, de la cohésion sociale et du vivre ensemble qui ont permis aux communautés du Centre, et celles du Mali tout entier, de surmonter les défis auxquels leur pays a été confronté dans son histoire très ancienne et très riche ». Dans son allocution prononcée à l’ouverture de l’atelier, il a également souligné la nécessité pour les acteurs des médias d’être bien formés, bien équipés et outillés afin qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle.

 

Le Gouverneur de la région de Mopti, le Colonel-major Abass DEMBELE a ainsi lancé, le mardi 17 août 2021, les travaux dudit atelier, au cours d’une cérémonie officielle qui a réuni à l’Alliance Franco-malienne, plusieurs personnalités parmi lesquelles, le représentant de la Cheffe du Bureau régional de la MINUSMA à Mopti, M. Djekou BROU, le représentant du Maire de la Commune Urbaine de Mopti, M. Hamé NACIRY, ainsi que le Coordinateur de l’URTEL-Mopti, représentant le Président de la Maison de la Presse du Mali, M. Mamoudou Bocoum. Etaient également présents, des experts formateurs, des acteurs des médias et des membres du Réseau des Communicateurs Traditionnels pour le Développement (RECOTRADE), issus des cinq régions du Centre, à savoir Bandiagara, Douentza, Mopti, San et Ségou et du district de Bamako.

 

Pour le Gouverneur de la région de Mopti, le thème de l’atelier, sied bien au contexte de la problématique qui sévit dans les régions du Centre.  « Les médias, rempart de la liberté, jouent une partition assez importante dans la prévention de l’extrémisme violent », a déclaré le Gouverneur de la région de Mopti.

 

Lancé le 15 juin dernier à Mopti, le Plan « An ka baro kè » du RSSG WANE a pour objectif de renforcer l’engagement à tous les niveaux du Gouvernement malien et de ses partenaires à investir davantage dans la résilience des populations civiles, y compris l’implication de tous pour faire renaitre la cohésion sociale et réduire les violences communautaires, facteurs indispensables pour la stabilisation du Centre. C’est donc dans cette optique qu’est née cette formation portée par l’UNESCO en vue du renforcement des capacités des acteurs des médias afin qu’ils accomplissent plus efficacement leur mission d’information et de sensibilisation des populations dans ce contexte crise multidimensionnelle au Centre du Mali.

 

Lors de son intervention à la cérémonie d’ouverture, le représentant de la Cheffe du Bureau régional de la MINUSMA a souligné l’importance et le rôle des radios de proximité issues des zones affectées par la crise au Centre, dans la cohésion sociale, le dialogue intercommunautaire ainsi que leur participation à l’éveil de la conscience collective. Selon M. BROU, c’est là que le Plan « An ka baro kè » du Chef de la MINUSMA prend tout son sens comme contribution à l’accélération des actions de stabilisation du Centre.

 

Saluant cet exemple de collaboration qui fait écho à l’esprit de ONE-UN ou Une Nations-Unies, le représentant de Fatou Dieng THIAM a fait remarquer que cet atelier est aussi « le symbole de la dynamique et de la synergie d’action entre le système-pays des Nations unies, le Gouvernorat de Mopti, la Maison de la Presse et les radios de proximité du Centre du Mali. » Cela, a ajouté, le représentant de la Cheffe de Bureau de la MINUSMA à Mopti, « pour créer un sursaut collectif contre l’extrémisme violent, en sensibilisant, en contrant les rumeurs infondées, en diffusant l’information vraie et vérifiée, avec la pleine conscience de votre responsabilité dans un contexte si délicat. »

 

Quant au Coordonnateur régional de l’URTEL à Mopti, M. Mamoudou BOCOUM, il a exprimé sa gratitude à l’UNESCO pour avoir tenu sa promesse d’appuyer les médias impliqués dans la mise en œuvre du plan d’actions « An ka Baro kè » de la MINUSMA. Il a aussi salué l’esprit de collaboration entre l’UNESCO, MINUSMA et la Maison de la presse.

 

Les trois jours de travaux se sont déroulés en plénières et en travaux de groupe au tour de trois sessions à savoir, la prévention de l’extrémisme violent : état de lieu, enjeux, défis et stratégies, les acteurs des médias et la promotion de la liberté de presse, ainsi que la Convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la promotion de la diversité des expressions culturelles. A l’issue des travaux, les participants ont formulé plusieurs recommandations parmi lesquelles la création d’un réseau d’acteurs de médias pour le partage et la mutualisation continus d'expériences, de leçons et de bonnes pratiques dans la lutte contre l’extrémisme violent dans les régions du centre du Mali, la promotion des politiques de formation qui aident à renforcer la résilience des médias dans la lutte contre l’extrémisme violent et à entretenir une culture de la paix. Les participants ont également demandé la multiplication d’ateliers à travers le pays pour une meilleure diffusion de la convention de 2005, la traduction de la convention de 2005 dans les langues nationales du Mali et la mise à la disposition des médias pour diffusion, et la récompense des meilleures émissions radiophoniques sur la promotion de la diversité culturelle.

 

Prenant la parole au nom des bénéficiaires, Mme Mariam KOUYATE, a remercié l’UNESCO, la MINUSMA, et leurs partenaires pour avoir impliqué les médias dans la mise en œuvre du Plan d’action intitulé « An ka Baro kè » du RSSG WANE en faveur de la stabilisation des régions du centre du Mali. Elle a rassuré de l’engagement des bénéficiaires de cet atelier à s’impliquer davantage, à travers la sensibilisation de leurs communautés afin de promouvoir les initiatives de paix et de cohésion sociale.

 

L’atelier a bénéficié du soutien financier de l’UNESCO et de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI).

© UNESCO
© UNESCO