Une meilleure éducation pour l’essor de l'Afrique organise des ateliers de validation dans cinq pays

bear-validation-workshops-five-countries-c-unesco-unevoc-eyitayo_oyelowo.jpg

CC BY-NC-SA 3.0 IGO © UNESCO-UNEVOC/Eyitayo Oyelowo.
20 Septembre 2017

Ce mois-ci, l'UNESCO et les cinq pays bénéficiaires du projet Une meilleure éducation pour l’essor de l’Afrique (BEAR II) – l’Éthiopie, le Kenya, Madagascar, l’Ouganda et la Tanzanie - organiseront des ateliers de validation de deux jours en conclusion de la phase de planification au niveau national.

Ce projet constitue la deuxième phase d'une initiative conjointe sur cinq ans de l'UNESCO et de la République de Corée qui a pour but de renforcer les systèmes nationaux d’enseignement et de formation techniques et professionnels (EFTP) des pays africains sélectionnés afin d’accroître les possibilités de travail décent et d’entreprenariat pour les jeunes.

Pour cette deuxième phase du projet BEAR, les pays bénéficiaires sont l'Éthiopie, le Kenya, Madagascar, l’Ouganda et la République-Unie de Tanzanie. Pendant les ateliers, l'UNESCO partagera les conclusions des récentes missions de cadrage avec les acteurs nationaux et proposera des interventions entrant dans le cadre de la Stratégie de l’UNESCO pour l’EFTP (2016-2021), tout en présentant les objectifs généraux du projet et sa portée.

Les ateliers de validation proposeront et débattront d’interventions spécifiques en matière d’EFTP dans les secteurs sélectionnés et priorisés, et ils offriront une plate-forme destinée à bâtir des synergies entre les différents acteurs, dans le but de garantir un processus de consultation inclusif et l’appropriation par les pays. Les participants seront les ministères concernés, les autorités en charge de l’EFTP, les établissements d’EFTP, les centres de formation professionnelle et les entreprises.

Trois principaux domaines d'intervention seront débattus au sein des groupes de travail, concernant la pertinence, la qualité et l’image de l’EFTP. Les ateliers de validation identifieront aussi les synergies que le projet BEAR II pourrait contribuer à susciter, en complément des interventions existantes.

À propos du projet BEAR II

La première phase du projet BEAR a collaboré avec la République démocratique du Congo, le Botswana, le Malawi, la Namibie et la Zambie.

En accord avec l’Objectif de développement durable sur l’éducation et avec le Cadre d’action Education 2030, le projet BEAR II cherche à améliorer la pertinence des systèmes d’EFTP en Afrique de l’Est, pour accroître les chances des jeunes d'accéder à un travail décent et de créer des emplois indépendants.

Les interventions BEAR II porteront sur des secteurs spécifiques, choisis avec soin dans chacun des pays bénéficiaires en raison de leur potentiel à créer des emplois. Le projet appuie les efforts entrepris pour actualiser les programmes d’enseignement, la formation du personnel enseignant et l’engagement des employeurs et des entreprises en faveur de la création de systèmes d’EFTP plus pertinents.

Le projet BEAR contribue aux efforts déployés au niveau mondial pour mettre en œuvre l’Agenda Éducation 2030, la Stratégie continentale pour l’éducation en Afrique (2016 – 2025) et la Stratégie de l’UNESCO pour l’EFTP (2016 – 2021).