News

Migration et emploi des jeunes en temps de COVID 19 : l’UNESCO appuie les médias pour une production adaptée aux réalités du Sénégal

21/10/2020

Des radios communautaires de Dakar et de Thiès ont bénéficié d’une formation en ligne organisée le 20 octobre 2020 par l’UNESCO, en collaboration avec la West Africa Democracy Radio (WADR), dans le cadre du renforcement des capacités pour l’accès des populations à une information de qualité sur la migration.

Six (06) femmes et cinq (05) hommes des radios communautaires de Dakar et de Thiès ont pris part au webinaire tenu mardi, 20 octobre 2020. Ces acteurs de médias avaient déjà bénéficié d’un atelier de formation organisé en décembre 2019 autour de la thématique « Information, migration et défis de l’emploi pour les jeunes au Sénégal ». Mais la COVID 19, est un nouveau contexte qui oblige une nouvelle approche sur la manière de traiter les sujets liés à la migration en Afrique de l’Ouest-Sahel.

Au Sénégal comme ailleurs, la crise sanitaire a entrainé de fortes pertes économiques. Chômage technique, partiel ou perte d’emploi, migrants réguliers et irréguliers sont concernés, mais aussi les nationaux.

Quand vous êtes chômeurs, vous êtes mal vu dans la société, c’est un élément qui accentue la migration irrégulière. Malgré la situation du coronavirus et les restrictions imposées, le phénomène a repris de plus belle.

M. El Hadji Saidou Nourou DIA, formateur

D’après les chiffres fournis par son exposé, de janvier à septembre 2020, 1.319 Sénégalais sont entrés en Espagne (autorités espagnoles). L’expert indique également que de fin septembre à début octobre 2020, quatre pirogues sont parties de Mbour, avec plus de 486 migrants qui ont pu rejoindre l’Espagne, en notant que ces candidats à la migration, de plus en plus jeunes, adaptent leur stratégie à la situation sanitaire du moment. D’où le questionnement sur les capacités de résilience des migrants face à la COVID 19, pour leur survie socio-économique.

Conscient de cet enjeu, l’Etat du Sénégal et ses partenaires misent sur l’entrepreneuriat comme solution pour aider les jeunes à investir et à réussir dans leurs différentes localités. Des initiatives d’accompagnement très peu connues du public. De ce fait, s’impose la nécessité « d’un modèle de communication basé sur une correcte information pour un impact fort auprès des communautés. C’est aux médias, que revient la responsabilité de former une génération consciente », a souligné Mme Chiara BARISON, chargée de communication au Bureau de l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS) à Dakar. Une tâche qui peut s’avérer « difficile », mais pas impossible.

La radio étant un des moyens de communication des plus efficaces en Afrique, il faut donc une implication forte des radios communautaires au premier plan pour une information capitale sur la migration.

Mme Agnes THOMASI, Directrice de la WADR

D’où l’intérêt de cette seconde formation dont l’objectif, rappelé par M. Joshua MASSARENTI, Coordonnateur de projet auprès du Bureau Régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel), est « d’appuyer les onze (11) radios communautaires des régions de Dakar et de Thiès dans la production de programmes radiophoniques de qualité sur la migration et les défis de l’emploi pour les jeunes au Sénégal dans le contexte de la COVID 19 ». Ces régions n’ont pas été sélectionnées au hasard. En effet, Dakar et Thiès restent les zones les plus touchées par la COVID 19. A la date du 19 octobre 2020, sur 15 432 cas confirmés, Dakar en comptait 10 533 et Thiès, 1866 (données MSAS). Dakar concentre l’essentiel des migrants internes avec 43,2% selon les résultats du dernier recensement de la population du Sénégal (RGPHAE, 2013), soit le quart de la population dakaroise (820.000 migrants). Les deux régions font également partie des principaux foyers de départ de migrants sénégalais vers l’Europe et des principaux bassins d’emplois du pays.

Tenue dans le cadre du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication » financé par le Ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) et l’AICS, l’activité a permis de donner aux journalistes les clés pour une meilleure couverture des enjeux de la migration dans le contexte nouveau de la COVID 19. Qu’il s’agisse d’interpeller sur les dangers de la migration irrégulière, de présenter les cas de réussite et de bonnes pratiques de la migration régulière, ainsi que les initiatives et opportunités d’emploi présentes au Sénégal, tout a été dit par les experts, dans le but d’encourager les médias à l’équilibre de l’information, sans discrimination.

Au sortir de cette formation, l’UNESCO s’est engagée à soutenir ces radios communautaires dans la production de grands reportages et émissions sur des angles ciblées : Jeunes des régions de Dakar et de Thiès, entre rêve de départ et risques migratoires dans le contexte de la COVID-19 ; Droits des migrants au Sénégal pendant la période de COVID-19 ; Impact de la crise socio-économique en Europe sur la diaspora sénégalaise et ses répercussions dans les régions de Dakar et de Thiès ; Défis et opportunités de réinsertion socio-économique pour les migrants de retour ; perspectives d'emploi pour les jeunes dans les régions de Dakar et de Thiès.

Les radios communautaires pourront compter sur le vaste réseau de correspondants de la WADR pour enrichir leurs productions locales. Une fois réalisées, entre octobre et novembre 2020, ces productions, en langues locales, seront diffusées dans les différentes stations de radios communautaires, afin de permettre au public cible d’y avoir accès et d’encourager les pouvoirs publics à l’action.

Contacts :

Théodore SOMDA : tz.somda@unesco.org

Joshua MASSARENTI : j.massarenti@unesco.org