Article

Montréal, paysages en confinement

18/12/2020
03 - Good Health & Well Being
11 - Sustainable Cities and Communities
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

La Chaire UNESCO en paysage urbain de l’Université de Montréal (CUPUM) a initié une réflexion sur l’impact de la COVID-19 sur les espaces publics à Montréal, visant à documenter les actions mises en œuvre dans la phase de confinement montréalais (du 13 mars au 16 mai 2020) et certaines représentations paysagères vis-à-vis de ce territoire urbain.

Plusieurs des points de vue expriment également l'importance de repenser la ville à travers l'idée de paysage, considéré comme un environnement urbain qui porte une expérience à taille humaine et comme un type de nature accessible et porteur de valeurs telles que le sentiment d'appartenance, la bienveillance, la solidarité et l'équité sociale.

Cette analyse, reposant sur une revue de presse, a tiré des constats sur les espaces publics du paysage urbain montréalais [1] (réf. : rue, parc, artère commerciale, trottoir, piste cyclable, métro) où se cristallisent les enjeux du confinement, lié à la COVID-19, à partir des préoccupations journalistiques, dont celles de certains organismes à but non lucratif (OBNL) concernés par le sujet et celles émises par le milieu municipal dans cette phase de confinement. Cette réflexion a également été l’occasion d’interpréter le regard de photographes de presse et professionnels envers l’espace public montréalais.

En tant que membre de la Coalition internationale des villes inclusives et durables - ICCAR, par l'intermédiaire de la Coalition canadienne des municipalités, Montréal illustre, par son travail, les efforts déployés par les villes membres afin de parvenir à des villes inclusives et durables, en particulier à la suite de la pandémie COVID-19.  En outre, il s'agit également d'une réponse sans équivoque à l'appel à l'action de l'UNESCO visant à relever les défis sociaux liés à la pandémie.

 


© Emmanuel Beaudry-Marchand – CUPUM – may 2020

 

 

La valorisation de l’espace public; enjeux de mobilité, de proximité et d’itinérance

Les résultats issus du premier volet d’analyse [2] ont cerné l’importance des enjeux reliés aux modes de vie et l’aménagement urbain et de caractériser et de spatialiser (cartographier) les préoccupations publiques et sociales envers l’espace public tout comme d’identifier les mots dominants utilisés pour qualifier la population montréalaise interpellée durant le confinement de la COVID-19. De plus, cette analyse a révélé un intérêt très marqué pour l’espace public. La rue et le parc public constituent les deux principaux attributs du paysage urbain. [3] Également, l’émergence de nouveaux attributs, soit le corridor sanitaire et les voies actives sécuritaires qui ont marqué l’aménagement de l’espace urbain montréalais. 

Ces attributs urbains renvoient à la question de la mobilité montréalaise durant cette crise sanitaire. Cette période a favorisé la « mobilité douce » (renommée par les médias « mobilité lente ») auprès des Montréalais en raison du ralentissement des flux automobiles, généré par le télétravail et la difficile gestion des transports en commun.  Le vélo et la marche ont rapidement gagné en popularité à Montréal et la municipalité semble avoir saisi l’opportunité de cette crise sanitaire pour élargir son réseau de pistes cyclables. Par ailleurs, le qualificatif le plus souvent utilisé pour décrire l’« Homo urbanus montréalais » est sans nul doute « le piéton ». Ce constat confirme l’intérêt accordé à la mobilité douce et surtout de l’importance de vivre l’espace public extérieur en cette période de crise sanitaire. De leur côté, la rue et le parc de quartier semblent avoir joué un rôle d’antidotes durant cette période de confinement montréalais confirmant ainsi l’enjeu du paysage de proximité.

Sur d’autres considérations, la veille informationnelle a soulevé une grande préoccupation envers la population itinérante montréalaise et les problèmes de vie et d’accueil de celle-ci dans les espaces publics. Ces lieux se sont adaptés au fil du confinement par la mise en place de centres de jour, centres d’hébergement d’urgence et de haltes-répit.

 


© Danilo Apoena – november 2020

 

 

Le confinement, une figure paysagère triste et sublimante de la ville

L’analyse des regards photographiques réalisée dans le deuxième pan de la réflexion, soit les cadrages visuels de l’espace public montréalais captés par des photographes, livre des constats très intéressants sur l’expérience paysagère urbaine en mode confinement. [4] Contrairement aux photographies qui ont documenté les scènes urbaines quotidiennes animées, chaleureuses et actives à travers l’histoire, le confinement montréalais présente une figure triste de la ville. L’animation urbaine est exempte des cadrages photographiques montréalais. La ville n’est plus la vie comme le rapportent actuellement les cadrages photographiques de plusieurs villes européennes en état de couvre-feu dans la deuxième vague de la pandémie.

L’urbain montréalais révèle ainsi un simple (et parfois majestueux) décor architectural et urbanistique sans acteur. Malgré la présence importante de la lumière, les photographes ont dépeint Montréal comme une ville solitaire, froide et figée. Ce constat est d’autant omniprésent que le confinement montréalais prenait place dans un entre-deux saisonnier nordique et aride (hivers/printemps). Cependant, l’interprétation de ces cadrages a dévoilé des expressions sublimées [5], ennoblies de la ville en mode confinement. Ainsi, la crise sanitaire de la COVID-19 a démontré la force et la singularité des architectures montréalaises (des passages et des façades de bâtiments) et des espaces souterrains sous la lumière crue des éclairages naturels et artificiels. Ce confinement a transcendé le beau dans la ville, soit les vues attendues, équilibrées par ces formes et rassurantes par ses ambiances urbaines connues de vie, de couleurs et de chaleur. Cette interprétation photographique a également rapporté des expressions et impressions paysagères où le regard envers l’espace de proximité est fragmentaire tout en étant fermé sur lui-même et épris de solitude.

 


© Emmanuel Beaudry-Marchand – CUPUM – may 2020

 

 

En guise de conclusion

Cette réflexion a permis de relever les principaux enjeux et les mesures engagés à Montréal lors de la phase de son confinement au printemps 2020. Cette documentation montréalaise sur les espaces publics et leur interprétation sociale et culturelle nous livre un portrait global des enjeux du paysage urbain montréalais avec les limites d’une analyse de veille informationnelle qui ne peut qu’être partielle face au vécu d’une population et d’une société en crise sanitaire. Il s’agit d’un aperçu qui souligne les principales préoccupations sociales et politiques d’une urbanité en confinement. Elle nous a livré des indices pour promouvoir de nouvelles réflexions et actions sur la ville et appréhender la deuxième vague de cette pandémie. Ainsi, elle amène à nous interroger sur l’impact économique, social, culturel et environnemental d’un confinement urbain tout comme la viabilité des mesures post-confinement de la COVID-19 dans les espaces publics montréalais qui semblent s’engager vers une ère post-hygiéniste. Comment peut-on favoriser et rendre accessible à tous, la nature et le grand air en ville ? Comment doit-on réinventer l’espace de vie publique et privée (transitoire ou non) ; la rue, les trottoirs, les parcs, les aires de jeux, l’habitat domiciliaire, les commerces, les lieux de travail, les quartiers ? Comment faut-il repenser le centre-ville pour en conserver sa vitalité sociale, culturelle et économique ? Comment réaménage-t-on les lieux de rencontre et de rassemblement pour sauvegarder la culture en ville ? Quels seront les contours d’une convivialité urbaine soucieuse des uns et des autres ? Et plus largement, comment va-t-on repenser le devenir durable des villes face aux défis convergents (sanitaires, environnementaux, sociaux, etc.) auxquels elles sont confrontées en ce début de siècle ?

Dans la foulée de notre réflexion sur le confinement montréalais et pour compléter celle-ci nous avons interpellé certains membres de notre réseau international de coopération scientifique [8]. Les réponses de ses experts des villes de Fès, de Mexico, de Montréal, de Paris, de Rome, de Sao Paulo, de Tokyo et de Tunis que nous avons colligées auprès d’eux apportent un éclairage complémentaire aux constats de notre réflexion montréalaise. Leurs propos [9], révèlent des singularités et de profondes similitudes face à cette crise sanitaire. Les enjeux rapportés par ces experts interpellent les problèmes liés à la densité urbaine, à l’isolation et aux inégalités sociales, à la détresse psychologique et au bien-être urbain, à l’acceptabilité des mesures sanitaires par les populations, à l’exode des métropoles, etc. tout en constatant des attitudes de résilience, de solidarité spontanée, d’entre-aide et d’appropriation des nouveaux espaces publics par les populations notamment à l’échelle des quartiers. Ces experts ciblent des nécessités comme celles de mettre en œuvre des systèmes d’aide sociale, de soutien psychologique, de repenser la planification territoriale pour favoriser le voisinage, la mixité et l’interaction sociale, les services de proximité, la mobilité douce, la proximité et les liens expérientiels avec la nature en plus de réinventer les espaces publics pour favoriser leurs réappropriations sociales. Plusieurs des points de vue expriment également l’importance de repenser la ville à travers l’idée de paysage, soit un milieu urbain qui porte l’expérience d’une échelle humaine et d’une nature accessible qui exprime notamment des valeurs d’appartenance, de bienveillance, de solidarité, d’équité sociale.

Cette réflexion montréalaise et ces propos internationaux confirmeraient ainsi l’importance de l’enjeu du « paysage urbain matériel et immatériel » qui serait synonyme d’une urbanité inclusive et durable. Dans un contexte de crise sanitaire, une telle perspective contribuerait avant tout au bien-être [10] et à la qualité de vie des populations urbaines. 

 

Philippe Poullaouec-Gonidec, Professor emeritus and title holder of the UNESCO Chair in Urban Landscape of the University of Montreal – CUPUM

Notes : L’auteur tient à remercier Chloé Lévesque (auxiliaire de recherche), Emmanuel Beaudry-Marchand (agent de recherche) et les partenaires scientifiques internationaux de la CUPUM pour leur apport scientifique dans la réalisation de la recherche « Montréal/paysage en confinement – 16 mars/16 mai 2020 – Chaire UNESCO en paysage urbain de l’Université de Montréal ». L’auteur est également reconnaissant du haut patronage de la Commission canadienne auprès de l’UNESCO (CCUNESCO) et du Secteur des Sciences sociales et humaines (SHS-UNESCO) pour cette initiative de recherche qui a bénéficié de leur précieux soutien.

 

[1] Dans le cadre de cette réflexion, le paysage urbain est défini comme étant un concept de qualification sociale et culturelle d’un territoire urbain par le regard ; un regard investi de sens, d’expressions et de valeurs individuelles et collectives (environnementales, sociales, esthétiques, patrimoniales, économiques, etc.) in POULLAOUEC-GONIDEC, Philippe (2003). « Les cultures du paysage » in Traité de la Culture, Institut québécois de la recherche sur la culture, Édition de l’IQRC (Institut québécois de la recherche sur la culture), p. 643-660

[2] Montréal/Paysage en confinement, p. 7

[3] Les attributs du paysage urbain sont les constituants physiques de l’espace public, soit les termes identifiables pour décrire un milieu urbain.

[4] Montréal/Paysage en confinement, p. 20

[5] Les expressions sublimées renvoient à l’expérience irréelle d’un paysage urbain où l’étrangeté, le vide, la froideur, etc. en constituent les qualités esthétiques.

[6] À titre d’exemples, les vues attendues se réfèrent à l’expérience visuelle qu’offre la ville soit par sa topographie, la hauteur de ses architectures, ses panoramas, ses belvédères, etc.

[7] Voir le schéma sur l’identité visuelle des paysages montréalais : Montréal/Paysage en confinement, p. 27, (réf. : POULLAOUEC-GONIDEC, Philippe et S. PAQUETTE (2005), « Des paysages de l’urbain » in POULLAOUEC-GONIDEC, Philippe., Gérald DOMON, et Sylvain PAQUETTE (Dirs.), Paysages en perspective, Édition Les Presses de l’Université de Montréal, Série « Paysages », p. 275-318)

[8] Chercheurs partenaires

[9] Post-confinement : aperçus internationaux

[10] Voir à ce propos : POULLAOUEC-GONIDEC, Philippe (2020), « Bien-être et paysage, perspectives montréalaises » in Capuano Alessandra (Dir.), Style de vie et ville du futur, Éditions Quodlibet (Italie)