Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Le multilinguisme en vedette à la conférence de la Journée internationale de l'alphabétisation de l'UNESCO

10 Septembre 2019

ild2019-news.jpg

© UNESCO

« L'alphabétisation est le point de départ de toute forme d'éducation inclusive de qualité et nous devons soutenir et renforcer les nombreuses initiatives engagées à travers le monde qui œuvrent à faire de l'alphabétisation une réalité pour tous » a déclaré Audrey Azoulay, Directrice générale de l'UNESCO, dans son message à l’occasion de la Journée internationale de l'alphabétisation.

L'UNESCO a tenu sa conférence de la Journée internationale de l'alphabétisation le lundi 9 septembre à Paris, réunissant des parties prenantes et des décideurs du monde entier.

Sur le thème « Alphabétisation et multilinguisme », les participants ont débattu des questions clés et des moyens d'améliorer les politiques et les pratiques en matière d'alphabétisation dans des contextes multilingues, dans un monde numérique de plus en plus globalisé.

La conférence est aussi l'occasion d'exprimer sa solidarité avec les célébrations de l'Année internationale des langues autochtones 2019 et du 25e anniversaire de la Conférence mondiale sur l'éducation et les besoins éducatifs spéciaux, au cours de laquelle la Déclaration de Salamanque sur l'Éducation inclusive a été adoptée.

Lors de la session d'ouverture de la conférence, la Sous-Directrice générale de l'UNESCO pour l'éducation, Madame Stefania Giannini, a déclaré :

« La relation entre la mondialisation, la numérisation et les langues est paradoxale. D'une part, l’accroissement de la mobilité humaine fait que les individus sont de plus en plus exposés à plusieurs langues et en utilisent plus d'une dans la vie, le travail et l'apprentissage. La réalité d’aujourd'hui fait qu'environ deux enfants sur trois grandissent dans des contextes multilingues. D’autre part cependant, la mondialisation est aussi une menace pour la diversité, exerçant une puissante force qui pousse à l'uniformité. C'est contre cette tendance que nous devons agir afin de permettre au multilinguisme de s’épanouir, en recourant à des politiques concrètes, à la fois au sein du secteur de l’éducation et en dehors ».

Madame Koumbou Boly Barry, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur le droit à l'éducation, Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), a souligné dans son discours d'ouverture l'importance des approches fondées sur les droits pour libérer le potentiel transformateur de l’alphabétisation.

Elle a mentionné la nécessité de prendre l’usage de la langue maternelle comme base de référence et de mettre en œuvre des politiques qui sous-tendent une vision holistique englobant l'éducation de qualité, qu’elle soit formelle ou non formelle.

Le contexte du thème de cette année

Notre monde est riche au plan linguistique, avec près de 7000 langues parlées, chacune liée à des identités, des cultures et des systèmes de connaissances distincts. À cause de la mondialisation, de la numérisation et de l’accroissement de la mobilité, le multilinguisme s'est encore développé de nos jours et de nombreuses personnes utilisent plus d'une langue dans leur vie quotidienne.

Certains éléments démontrent cependant que quelques-unes seulement de ces langues sont mises en valeur : à peine 5 % des langues du monde sont présentes sur Internet, 2680 langues parlées sont en danger d’extinction et 40 pour cent de la population mondiale n'ont pas accès à un enseignement dans la langue qu'ils parlent ou comprennent, ce qui a des répercussions sur la qualité de l'éducation et de l'apprentissage tout au long de la vie. Ces défis mettent en péril la qualité de vie des individus, ainsi que la diversité linguistique et culturelle.

A l'occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation 2019, l'UNESCO a appelé à repenser l'alphabétisation dans les contextes multilingues, un facteur essentiel pour relever les défis mondiaux de l'alphabétisation, encourageant la communauté internationale à investir dans des politiques et des pratiques d'alphabétisation inclusives en adéquation avec les besoins et l'environnement des apprenants, afin d’encourager à davantage de diversité linguistique et d’inclusivité dans l'éducation.

Au cours de la Conférence, une cérémonie a également été organisée pour honorer la collaboration avec l’UNESCO de S.A.R. la Princesse Laurentien des Pays-Bas qui est depuis dix ans l’Envoyée spéciale pour l'alphabétisation au service du développement :

« Ces dix dernières années, vous n'avez cessé de hisser le drapeau de l'alphabétisation en tant que droit, œuvrant pour la confiance, agissant comme une force de transformation pour les individus et les familles » a déclaré Madame Giannini.

Dans son discours d'ouverture, S.A.R. la Princesse Laurentien a réaffirmé son engagement aux côtés de l’UNESCO dans son action en faveur de l'alphabétisation. Déclarant que « l'alphabétisation commence avant même la naissance », elle a souligné l'importance d'investir dans le développement du langage dans les premières années de la vie d'un enfant comme une mesure de prévention efficace, et d’améliorer la qualité de l'éducation en impliquant les enfants dans la cocréation de programmes éducatifs.

La conférence s’est achevée par une cérémonie de remise des Prix distinguant les projets lauréats de cette année venus d’Algérie, de Colombie, d’Indonésie, d’Italie et du Sénégal, auxquels ont été remis les cinq Prix internationaux d’alphabétisation de l'UNESCO 2019.

Exprimant sa profonde gratitude à chacun des cinq lauréats pour la solidité de leur engagement, pour le fait qu’ils inspirent l'innovation et pour leur action audacieuse, Madame Giannini a déclaré au nom de l'UNESCO :

« J'espère que les programmes et les initiatives que nous récompensons aujourd'hui seront à l’origine d’une chaîne d'action positive pour rendre notre monde plus alphabétisé et inclusif, défini par la diversité. »