Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Musée mobile : un lauréat du Prix UNESCO aide des filles péruviennes en zone rurale à bénéficier d’un enseignement en sciences

01 Octobre 2018

gwe-prize-2017-peru.jpg

© MaCTec Peru/Cristina Vasquez

« Ce sont des filles ordinaires qui font des choses extraordinaires », dit Johanna Johnson, cofondatrice et directrice de la MaCTec, lauréat de l’édition 2017 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes.  

Un an après l’obtention du Prix, Johanna explique comment la MaCTec continue d’accueillir de nouvelles filles à l’Académie. Chaque année, quarante étudiantes sont tirées au sort et cette année, il y a eu plus de 900 candidatures. La MaCTec a également fait de grands progrès pour faire bénéficier les filles péruviennes en zone rurale d’un enseignement en sciences, alors que va bientôt être lancé son nouveau musée scientifique mobile.

« Nos ateliers sont très demandés. Les filles qui ne réussissent pas forcément bien à l’école formelle s’épanouissent ici. Lorsque des scientifiques nous rendent visite, les filles ne veulent pas prendre de pause-déjeuner au cas où elles manqueraient quelque chose. » Le mois dernier, la MaCTec a accueilli le Dr Saad Bhamla, professeur au Georgia Institute of Technology-USA et chercheur à la MaCTec, qui a conduit un atelier sur le concept de la durée de congélation.

« Souvent, nous observons que même si un enfant est né avec une curiosité innée, il/elle peut la perdre en grandissant, ou l’école peut souvent la lui retirer », a dit Johanna. « Nous voulons nourrir la curiosité innée des filles et former de beaux esprits pour créer un monde meilleur. »

Musée mobile

Johanna explique que l’apprentissage le plus important dispensé par la MaCTec est la réflexion critique et la façon de penser en tant que scientifique. « Il s’agit moins de former des scientifiques que d’ouvrir les portes pour que les filles soient heureuses de choisir une vie qui les comble, d’explorer la planète et de conquérir le monde ! », a-t-elle dit.

La MaCTec ouvrira bientôt les portes de son nouveau musée scientifique mobile. L’Académie a prévu d’équiper un camion en tant que musée scientifique pour les jeunes apprenants, ce qui permettra à son projet d’atteindre des zones rurales éloignées et d’en faire profiter encore plus de filles.

« Le Pérou a la chance d’avoir une biodiversité fantastique », a dit Johanna. « Nous envisageons donc de conduire le bus à Piura, qui se trouve à plus de 900 kilomètres de Lima, et de former les filles au musée mobile en explorant et en s’informant sur la flore et la faune autochtones de leur région. » La MaCTec apprend aux élèves à construire des équipements à faible coût inventés par des chercheurs de l’Académie, notamment des microscopes en papier (Foldscope) et des centrifugeuses en papier.

Voyage de découverte

« À la MaCTec, chaque atelier est un voyage de découverte. En chemin, les filles font preuve de créativité et d’imagination, des caractéristiques qui ne sont pas forcément liées à leur cursus scolaire. Les filles nous inspirent et nous sommes largement récompensés », a-t-elle dit.

Valeria de Huancayo, une région rurale à environ 300 kilomètres de Lima, participe à la MaCTec depuis 2015. Tous les vendredis, elle prend le bus pendant 8 à 10 heures avec sa mère pour se rendre à l’atelier. Avec son tuteur, le Dr Javier Navarro, cofondateur de la MaCTec, Valeria explore l’adaptation d’anciennes bactéries à des conditions similaires à la planète Mars. Valeria a installé un laboratoire chez elle pour mener ses recherches. « Elle a sérieusement pour ambition de devenir astrobiologiste », a dit Johanna, « et elle est une grande source d’inspiration pour les autres filles péruviennes ».

Une autre fille de la MaCTec, Izumi, 11 ans, a construit un grand modèle atomique 3D en plastique de l’interleukine-8, une protéine clé dans le mécanisme d’inflammation. Izumi a fait participer toute sa famille au projet et a présenté son travail dans plusieurs forums universitaires, notamment à l’Université des sciences appliquées au Pérou.

« À l’avenir, nous rêvons non seulement que le musée scientifique diffuse son message partout dans le pays, mais aussi que la MaCTec soit capable d’accueillir n’importe quel enfant qui puisse passer la porte et dire, « Aujourd’hui je veux explorer les étoiles », et nous dirons alors « Entre, MaCTec est ta maison ».

La MaCTec, la Mini-Académie des sciences et des technologies, offre à des filles de différents milieux ethniques et socioculturels un enseignement scientifique de qualité, qui nourrit leurs esprits et leur volonté d’apprendre. Elle propose des ateliers gratuits couvrant tous les domaines allant de la mécanique quantique à la génétique, et invite des scientifiques du monde entier à les diriger. La MaCTec a mis au point la méthode d’apprentissage appelée Discovery-Peer Learning (DPL) (apprentissage par les pairs fondé sur la découverte), qui stimule la curiosité et encourage les filles à se lancer des défis entre elles et à en lancer aux scientifiques.