Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Notre eau pour notre monde : La Conférence internationale de l'UNESCO sur l'eau appelle à un changement de paradigme en faveur de la sécurité de l'eau pour une paix durable

16 Mai 2019

focus_gettyimages-899180524.jpg

© iStock / Getty Images Plus / Fabian Gysel

La façon dont nous gérons l'eau, lien de vie et ressource fragile, définira notre succès dans la réalisation de tous les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030. L'accès à l'eau est essentiel à la réduction de la pauvreté et à la santé humaine, il a des répercussions sur l'égalité des sexes, l'éducation et toutes les activités humaines. Les écosystèmes et la biodiversité dépendent de l'eau, elle fournit les trois quarts de l'énergie renouvelable dans le monde et les trois quarts des ressources utilisées sont consacrés à la production alimentaire. Le défi de la gestion durable de l'eau exige une approche holistique, mettant à profit l'expertise de toutes les disciplines à tous les niveaux. La première Conférence internationale de l'UNESCO sur l'eau a réuni 34 ministres* et 1 200 experts de 126 pays afin de mobiliser l'expertise et de favoriser la coopération nécessaire pour relever ce défi.

« Vous conviendrez avec moi qu'au cours des années difficiles à venir, c'est l'application pacifique et novatrice de la science et de la politique, dans un contexte culturel significatif et compréhensif, qui définira notre développement positif en tant que famille mondiale » a déclaré S.A.R. la Princesse Sumaya bint El Hassan de Jordanie, envoyée spéciale de l'UNESCO pour la science et la paix. « L'UNESCO nous fournit à tous une plateforme de dialogue et d'engagement, où le concept et les pratiques de la diplomatie et de la coopération dans le domaine de l'eau peuvent transcender le simple transfert de connaissances, pour englober la promotion de partenariats solides entre des parties prenantes engagées. »

La coopération dans le domaine de l'eau, puissant levier de paix et de développement durable, a été au cœur de cette première édition. En discutant de leur expérience des mécanismes de gestion des ressources en eau partagées, les représentants des États membres ont souligné la nécessité d'une forte volonté politique de dialogue et de coopération pour créer des outils et des mesures efficaces pour la mise en œuvre. Ils ont souligné que de tels mécanismes doivent être appuyés par une meilleure base de connaissances sur les ressources en eau et le renforcement des capacités pour faire progresser les connaissances techniques sur cette ressource vitale. Ils ont également appelé à plus de dialogue scientific entre les pays riverains d'un bassin commun ainsi qu'entre les bassins du monde entier.

Notant la longue expérience de l'UNESCO en matière de promotion de la coopération dans le domaine de l'eau, ils ont observé que l'Organisation pourrait servir de cadre à de tels dialogues multi-disciplinaires, ce qui lui permettrait de favoriser des solutions fondées sur une coopération intersectorielle combinant, dans le cadre de son mandat, les sciences, l'éducation, la culture, la communication et le partage des informations.

Pendant deux jours, les participants ont partagé leurs expériences et leurs solutions sur de nombreux aspects de la gestion de l'eau, notamment l'éthique, la gestion des risques de catastrophe, le patrimoine culturel, l'égalité des sexes, la recherche et l'innovation technologique. Un rapport de synthèse de chaque panel thématique partagera les recommandations des dialogues et discussions pertinents.

« La promotion de la sécurité de l'eau et d'une paix durable était au cœur des ambitions de la conférence » a déclaré M. Xing Qu, Directeur général adjoint de l'UNESCO, dans ses remarques finales. « Aujourd'hui, nous demandons un changement fondamental dans la façon dont nous voyons l'eau. Aujourd'hui à Paris, cette Conférence internationale sur l'eau, convoquée par la Directrice générale de l'UNESCO, appelle à une approche transsectorielle de l'eau qui nous conduira à la réalisation du Programme 2030 et de ses 17 objectifs de développement durable et cibles connexes. Aujourd'hui, le Secrétariat de l'UNESCO s'engage à favoriser la collaboration entre ses secteurs en vue d'assurer la sécurité durable de l'eau et la paix. »

La Conférence était organisée par l'UNESCO, avec le soutien du Global Energy Interconnection Development and Cooperation Organization (GEIDCO), du Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP), de l'Agence de régulation des services d'eau, d'énergie et d'assainissement du District fédéral du Brésil (ADASA) et du magazine Techniques sciences méthodes.

 

* Ministres participant à la conférence :

  • Erik Grigoryan, Ministre de la Protection de la Nature, Arménie;
  • Kefentse Mzwinila, Ministre de la Gestion des terres, de l'eau et des services d'assainissement, Botswana;
  • Ambroise Ouedraogo, Ministre de l'Eau et de l’Assainissement, Burkina Faso;
  • Chann Sinath, Sous-Secretaire d'Etat, Ministère des Ressources en Eau et de la Météorologie, Cambodge;
  • Eloundou Essomba (représenté par son Directeur des ressources en eau, Mamoudou Ousman), Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Cameroun;
  • Serge Blaise Zoniaba, Ministre de l'Energie et de l'Hydraulique, Congo;
  • Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l'Environnement, Congo;
  • Laurent Tchagba, Ministre de l'Hydraulique, Côte d'Ivoire;
  • Hortense Euphrasie Kouassi-Yao, Conseillère du Président sur les questions de genre, Côte d'Ivoire;
  • Alain-Richard Donwahi, Ministre des Eaux et Forêts, Côte d'Ivoire;
  • Myung-Rae Cho, Ministre de l’Environnement, Corée (République de)
  • Bolivar Beltran, Vice-Secrétaire national de l’Eau, Equateur;
  • Hesham Bakhit, Ministre assistant pour les Affaires, l'Etude, la Recherche et le Développement des Eaux transfrontalières, Egypte;
  • Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gabon;
  • Cecilia Abena Dapaah, Ministre de l'Assainissement et des Ressources en Eau, Ghana;
  • Jamal Al-Adilee, Ministre des Ressources en Eau, Irak;
  • Sergio Costa, Ministre de l'Environnement, des Terres et de la Mer, Italie;
  • Emanuela Claudia Del Re, Vice-Ministre des Affaires étrangères, Italie;
  • Raed Muzaffar Abu al-Saud, Ministre de l’Eau, Jordanie
  • Joseph Irungu, Secrétaire permanent du ministère de l'Eau et de l'Assainissement, Kenya;
  • Duannah A. Kamara, Directeur général de la compagnie des eaux et des eaux usées, Liberia
  • Joe Mizzi, Ministre de l’Energie et de l’Eau, Malte;
  • Tserenbat Namsrai, Ministre de l'Environnement et du Tourisme, Mongolie;
  • Abdelkader Amara, Ministre de l'Equipement, des Transports, de la Logistique et de l'Eau, Maroc;
  • Mazen Ghunaim, Ministre, Chef de l'Autorité palestinienne de l'Eau, Palestine;
  • João Pedro Matos Fernandes, Ministre de l'Environnement et de la Transition énergétique, Portugal;
  • Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Sénégal;
  • Wasanta Aluwihare, Ministre de l'Agriculture et de l'Irrigation, Sri Lanka;
  • Lukmon Isomatov, Chef du département pour la coopération économique extérieure, et représentant le Ministre des Affaires étrangères, Tadjikistan;
  • Antoine Lekpa Gbegbeni, Ministre de l'Eau, de l'Equipement Rural et de l'Hydraulique Villageoise, Togo;
  • Samir Taieb, Ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Tunisie;
  • Annageldi Yazmyradov, Président du Comité d'Etat sur la Gestion de l'Eau, Turkménistan;
  • Bakhodir Ruziboyev, Premier Vice-Ministre des Ressources en Eau, Ouzbékistan;
  • Alfred Maoh, Ministre des Terres et des Ressources naturelles, Vanuatu.

La conférence a également bénéficié de la participation de S.A.R. la Princesse Sumaya bint El Hassan of Jordan, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour l’eau et la paix ; de Loic Fauchon, Président du Conseil mondial de l’eau, et de Jean-Louis Chaussade, Président de Suez.