Nouvelle Chaire UNESCO sur le genre et la vulnérabilité dans la réduction des risques de catastrophe

10 Avril 2018

La première Chaire UNESCO sur le genre et la vulnérabilité dans la réduction des risques de catastrophe à l'Université de Kobe (Japon) a été lancée le 06 avril 2018. Cette nouvelle chaire aidera à sensibiliser à l'importance de la mise en place de politiques et de programmes de réduction des risques de catastrophe (RRC) qui soient sensibles au genre.

M. Hiroshi Takeda, Président de l'Université de Kobe, a ouvert le Symposium, suivi des discours d’un représentant de M. Kazuaki Kawabata, Directeur général des affaires internationales du Ministère de l'Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie du Japon ; Mme Saniye Gülser Corat, Directrice de l'UNESCO pour l'Egalité des genres et M. Takeo Fukui, de la section des sciences de la Terre et des géorisques de l'UNESCO. Dans son discours, Mme Corat a mentionné que « les femmes représentent 70% des pauvres dans le monde et sont plus vulnérables à l'impact des catastrophes en raison des désavantages socio-économiques, politiques et culturels existants. Dans le même temps, les femmes jouent un rôle essentiel pour la protection et la sécurité de leurs communautés. »

M. Kazunori Uchida, vice-président exécutif pour les relations publiques et la coopération communautaire, Université de Kobe, a présenté la nouvelle Chaire UNESCO. Son discours a été suivi d’une table ronde sur le thème « L'importance de la collaboration internationale dans le traitement des catastrophes : visions et réalités des catastrophes liées au genre et à la vulnérabilité ». Les participants provenaient de différentes institutions partenaires, dont l'Université Gadjah Mada (Indonésie), MERCY Malaysia (Malaisie), l'Université nationale Kaohsiung Marine (Taiwan), le Centre national d'éducation des femmes (Japon), le Réseau pour la coopération internationale au développement (Université Thammasat, Thaïlande) et l'Université Tunku Adbul Rahman (Malaisie).

L'université de Kobe est la seule université nationale située au centre des dégâts et de la destruction du séisme de Hanshin-Awaji en 1995. Elle a accumulé, depuis cet événement, les connaissances les plus avancées sur la réduction des risques de catastrophe et le soutien à la reconstruction des communautés touchées. Les personnes les plus touchées par les catastrophes sont généralement des populations dont l'accès aux services est déjà limité - les femmes et les filles. Avec moins de ressources et moins de mobilité, ces personnes sont placées dans des situations exceptionnellement vulnérables en cas de crise et sont davantage exposées à la violence liée au genre et à l'exploitation sexuelle. C'est la raison pour laquelle les activités de réduction des risques de catastrophe ne peuvent réussir que si elles sont construites autour des besoins, des forces et des vulnérabilités des hommes et spécialement des filles et des femmes.

Pour voir plus de photos, cliquez ici