Nouvelle étude sur le harcèlement basé sur l'orientation sexuelle et l'identité du genre dans les écoles du Tamil Nadu, en Inde

13 Mars 2018

Assurer à tous les élèves l’accès à des environnements d'apprentissage sûrs et inclusifs est l’une des priorités de l’UNESCO, d’où son travail en faveur de l'élimination de la violence et du harcèlement à l’école, y compris le harcèlement fondé sur l'orientation sexuelle et l'identité du genre (SOGI). Dans ce contexte, le Bureau de l’UNESCO à New Delhi a apporté son concours à une étude communautaire sur le harcèlement SOGI, conduite en 2017 dans les écoles du Tamil Nadu, en Inde.

La recherche a consisté en huit discussions de groupes ciblés et huit entretiens plus approfondis avec 69 jeunes s’identifiant comme appartenant à la « minorité sexuelle/de genre » de jeunes ; 20 entretiens avec des personnes ressources clés, enseignants des écoles, directeurs d’école et responsables du Département de l'éducation scolaire; et un questionnaire d’enquête administré à 371 jeunes de la minorité sexuelle/de genre. Le recrutement des répondants à l'enquête s’est fait par le bouche à oreille. Les critères d'inclusion dans l'enquête étaient les suivants : avoir 18 ans et plus, s’auto-identifier comme une femme transgenre ou un homme attiré par d’autres hommes et être en mesure de fournir un consentement éclairé.

Prévalence et formes de harcèlement SOGI

Selon les résultats de cette recherche, les formes de harcèlement SOGI varient en fonction des niveaux d'éducation. 60 % et 50 % des répondants ont indiqué avoir été principalement victimes de harcèlement physique lorsqu’ils étaient respectivement dans l’enseignement moyen/premier cycle du secondaire et dans le second cycle du secondaire, tandis que 43 % des répondants ont déclaré avoir été l’objet de harcèlement sexuel à l’école primaire.

Les conséquences du harcèlement SOGI

Près des trois quarts des répondants ont indiqué avoir réduit leurs interactions sociales avec leurs pairs (73 %), avoir souffert d’anxiété et de dépression (70 %) et avoir perdu leur capacité de se concentrer sur leurs études (70 %). 63 % des participants ont indiqué avoir eu des résultats scolaires moins bons, tandis que plus de la moitié (53 %) a indiqué ayant manqué la classe. Environ un tiers (33,2 %) a indiqué que le harcèlement avait joué un rôle clé dans leur décision d’abandonner l'école.

Réponse des autorités scolaires

Seulement 18 % des participants ont indiqué avoir signalé les faits de harcèlement SOGI aux autorités ; et 53 % de ceux qui ont signalé ces faits dont ils avaient été victimes ont indiqué que les autorités avaient pris quelques mesures à l’encontre des auteurs de ce harcèlement.

Recommandations politiques

Les répondants à l’étude ont formulé une série de recommandations sur la manière de prévenir et de traiter le harcèlement. Une de ces recommandations consiste à faire en sorte que les programmes scolaires dispensent des informations sur la santé sexuelle adaptées à l’âge des élèves, y compris des informations sur la diversité sexuelle et de genre. Les recommandations émises à l’intention des responsables des écoles sont la mise en place de politiques de lutte contre le harcèlement, la sensibilisation des élèves, la formation des enseignants à la diversité sexuelle et de genre, la création de mécanismes de suivi, le développement de moyens confidentiels de signaler des faits de harcèlement et la mise à disposition d’un appui psychosocial pour venir en aide aux victimes de harcèlement.

Cet article a été préparé sur la base de la publication “Experiences of Bullying in Schools: A survey among sexual/gender minority youth in Tamil Nadu”, à la demande de l’UNESCO, afin de mettre à disposition des données sur la Cible de l’ODD 4.a. Les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de l’UNESCO.

Tandis que le monde progresse dans la mise en œuvre de l’agenda Éducation 2030, l’UNESCO s’engage à suivre les progrès accomplis dans la réalisation de la Cible 4.a axée sur la violence et le harcèlement en milieu scolaire. L’UNESCO a publié son rapport intitulé Violence et harcèlement à l’école : Rapport sur la situation dans le monde en tant que document de référence pour l’élaboration d’un cadre de planification et d’intervention.