News

Une nouvelle exposition à l’UNESCO rend hommage aux survivants de l’Holocauste

21/01/2021

Une nouvelle exposition lancée le 25 janvier au Siège de l’UNESCO à Paris commémore les victimes de l’Holocauste et de la persécution nazie.

« N’oublions pas », une exposition de photos de survivants de l’Holocauste et d’autres victimes des persécutions nazies, réalisées par le photographe germano-italien Luigi Toscano, est présentée au siège de l’UNESCO à Paris du 18 janvier au 12 février 2021.

Toscano a parcouru les États-Unis, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Bélarus, l’Ukraine, Israël et la Russie pour rencontrer et photographier plus de 400 survivants. Leurs portraits et leurs histoires personnelles sont au cœur de l’exposition, dont 200 sont installés dans le Hall Ségur et sur le pourtour du bâtiment de l’UNESCO, accessibles au public.

L’installation de l’exposition marque la Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste, le 27 janvier 2021.

S’exprimant lors de l’installation de l’exposition, Toscano a déclaré : « J’ai démarré ce projet en 2014. J’étais inquiet de ce qui se passait dans le monde et j’ai décidé de me servir de ce que je sais le mieux faire, la photographie, pour sensibiliser à l’histoire de l’Holocauste et prendre position contre l’antisémitisme, le racisme et toute forme de haine. Au contraire, je veux promouvoir les droits de l’homme et le respect mutuel. »

« L’une des premières survivantes que j’ai photographiée a été Susan Cernyak-Spatz, qui a survécu à Auschwitz. Je me souviens encore aujourd’hui de ce qu’elle m’a dit : « Si nous oublions le passé, nous sommes condamnés à le revivre. » Aujourd’hui, la montée de l’antisémitisme, les discours de haine, l’extrémisme de droite montrent très bien que c’est vrai. Ses paroles m’inspirent à poursuivre ce projet. De plus, je continuerai à promouvoir notre démocratie, car je suis profondément convaincu qu’elle gagnera. »

Plusieurs survivants de l’Holocauste photographiés pour l’exposition ont visité l’installation à Paris. Après avoir vu l’exposition, Ginette Kolinka, survivante de l’Holocauste, a déclaré : « La mémoire de l’Holocauste est entre les mains des jeunes générations. Ce sont elles qui m’encouragent à parler de mon expérience. Moi-même et beaucoup d’autres survivants, nous n’avons pas parlé à nos propres enfants, mais aujourd’hui je visite les écoles pour parler de l’Holocauste aux élèves et aux enseignants. Les enseignants en particulier ont une grande responsabilité : éduquer à propos de cette histoire, afin qu’elle ne soit pas oubliée. »

L’exposition est la plus vaste du genre et elle a déjà été présentée au Siège des Nations Unies à New York, aux Nations Unies à Genève, à Washington DC, à Berlin, à Vienne, à Bruxelles et à Kiev. Son installation au siège de l’UNESCO à Paris est organisée en partenariat avec le Congrès juif mondial, l’Union européenne, les délégations permanentes de l’Allemagne, de l’Autriche et de la France auprès de l’UNESCO, et avec le Forum culturel autrichien à Paris.

Le vernissage virtuel de l’exposition aura lieu le 25 janvier à 16 heures HAEC.

Maria Neimann © Luigi Toscano