Océan : passer du constat aux actions

07 Septembre 2018

 Érosion de la biodiversité, pollution, acidification, désoxygénation, réchauffement des eaux et autres effets du changement climatique : ces phénomènes qui affectent l’océan ne fragilisent pas seulement les zones marines mais menacent l’équilibre de notre planète tout entière. La conférence, organisée par la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO et la Plateforme Océan et Climat*, vise à dresser un bilan de l’état de la science de l’océan et à esquisser des pistes pour l’élaboration de politiques en faveur de la de la protection des zones marines.

Quel est aujourd’hui le diagnostic de la science à propos de l’océan ? Comment convertir les données scientifiques en politiques ? Comment la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030) peut-elle faire la différence ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront débattues au cours des quatre sessions composant cette conférence qui réunira des scientifiques, des chercheurs et des décideurs politiques.

Parmi les personnalités qui prendront part à cet événement figurent notamment le Président du Conseil exécutif de l’UNESCO, Byong Hyun Lee ; la ministre française de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal ; la ministre portugaise de la mer, Ana Paula Vitorino et le président de la Plateforme Océan et Climat, Romain Troublé.

Cette conférence est organisée en amont de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030), initiée par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO. Alors que de nombreux voyants sont au rouge concernant la pollution plastique, les zones touchées par la désoxygénation ou les phénomènes d’acidification, cette Décennie a pour objectif de stimuler la recherche dans des domaines où les connaissances sont encore fragmentaires, notamment en ce qui concerne les interactions existant entre le climat, l’océan et la biodiversité.

Elle vise aussi à favoriser à l’adoption de mesures permettant un meilleur suivi des zones marines comme la mise en place d’un système d’observation de tous les bassins océaniques, la constitution d’une base de données mondiale des ressources marines ou encore l’utilisation de nouvelles technologies pour évaluer précisément la biodiversité marine.

Lancée en 2014 avec le soutien de la COI, la Plateforme Océan et Climat* regroupe plus de 70 organisations – à la fois instituts de recherche et ONG-  qui ont pour objectif de valoriser l’expertise scientifique et de sensibiliser les décideurs politiques aux enjeux liés à la préservation de l’océan.

***

Plus d’information

Contact médias : Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO, a.bardon@unesco.org, +33 (0) 1 45 68 17 64.