News

Open University of China a reçu un Prix UNESCO pour son utilisation de l’IA pour autonomiser les apprenants ruraux

06/04/2021

Le programme « Un étudiant par village » de l’Open University of China (OUC) est l’un des lauréats du Prix UNESCO-Roi Hamad Bin Isa Al-Khalifa pour l’utilisation des TIC dans l’éducation 2020. Ce programme innovant offre un exemple de la façon dont l’intelligence artificielle (IA) et les technologies associées peuvent créer des possibilités éducatives de qualité pour les apprenants des régions éloignées et améliorer le développement social et économique des communautés rurales.

Le programme a été créé en 2004 avec le soutien du Ministère chinois de l’Éducation, en réponse à la pénurie de ressources dans l’enseignement supérieur et à la lenteur du développement économique dans les zones rurales et éloignées de la Chine. Depuis cette date, il a non seulement amélioré les infrastructures éducatives locales et mis en place des programmes d’apprentissage à distance, mais il a aussi intégré les techniques d’IA et de réalité virtuelle (VR), améliorant ainsi considérablement l’expérience et l’engagement des apprenants.

Apprentissage mobile et salles de classe intelligentes

S’efforçant d’offrir des expériences d’apprentissage de qualité, l’OUC a mis en place plus de 500 salles de classe basées sur le cloud et intelligentes dans les zones les plus pauvres de 31 provinces, municipalités et régions autonomes.

Des environnements d’apprentissage en ligne et hors ligne ont été créés à l’intention des apprenants locaux et les contenus ont été adaptés à leurs besoins. « Comme les résidents locaux travaillent principalement dans l’agriculture, la sylviculture, l’élevage et la pêche, l’Université a développé des ressources d’apprentissage facilement accessibles en tout lieu grâce aux applications mobiles, y compris lorsqu’ils travaillent dans les champs ou à la ferme » explique Hou Songyan, chercheur associé à l’OUC.

Huang Haiyang, étudiant du comté de Tiandong dans la région autonome du Guangxi, a partagé son expérience des changements apportés par les outils dans son travail. « Comme je peux consulter les informations et les connaissances connexes depuis mon smartphone, je sais plus facilement comment lutter contre les insectes avant qu’ils ne fassent des dégâts sur mes arbres fruitiers » dit-il. « Et quand je ne sais pas comment utiliser le pesticide, je peux me rendre dans les salles de classe intelligentes pour demander de l’aide à mon tuteur en ligne. »

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, ces salles de classe ont organisé plus de 2 000 sessions d’enseignement en direct pour plus de 270 000 participants. Il y a aussi eu 300 cours en ligne supplémentaires et 100 000 « mini-conférences » ont aussi été ouvertes au grand public. À ce jour, la série de conférences a généré près de 100 000 vues.

Utiliser l’IA pour créer des environnements d’apprentissage adaptatifs

La plate-forme d’apprentissage intelligente permet aux enseignants de créer pour les étudiants des plans d’apprentissage personnalisés, en fonction du profil de chaque apprenant, et d’analyser leurs progrès grâce au Big Data.

À l’aide de l’IA, la plate-forme oriente les étudiants vers différents parcours d’apprentissage. Elle peut distinguer les intentions des apprenants par une analyse vocale et sémantique et elle est capable de leur envoyer des textos pour répondre à leurs questions et les aider dans leurs études.

Elle allège également la charge de travail des enseignants en réalisant un plus grand nombre de tâches routinières. Les évaluations automatiques et la notation automatisée des essais fournissent aux étudiants une évaluation instantanée et elles leur indiquent des ressources d’apprentissage pertinentes. « Cela me fait gagner beaucoup de temps et je peux donc consacrer davantage de temps à préparer mes cours, à réfléchir et à faire des recherches, etc. » explique Li Ganged, enseignant à l’OUC. « La notation automatisée des essais est efficace car je ne suis pas obligée de noter ces devoirs moi-même, mais je peux avoir une idée claire des points sur lesquels les apprenants ont besoin d’aide. »

 En outre, la réalité virtuelle (VR) est en cours d’intégration dans les programmes. Non seulement elle permet d’illustrer et de visualiser le contenu des cours abstraits, mais elle accroît aussi l’engagement et la motivation des apprenants. « Dans le cadre du programme de sylviculture, la VR peut fournir des expériences virtuelles vivantes, comme dans le monde réel, sur la taille des arbres fruitiers » explique Hou Songyan. « L’expérience de VR facilite l’apprentissage et le rend plus ludique. »

Combler le fossé entre les zones rurales et urbaines

À ce jour, 29 programmes ont été mis en œuvre à l’aide de l’IA, couvrant plus de 1 500 centres d’étude OUC dans tout le pays. Au total, 825 827 apprenants ont été inscrits, dont 529 321 ont obtenu leur diplôme. Pour Hou Songyan, l’impact des étudiants diplômés de l’OUC sur l’économie locale des zones rurales et éloignées est déjà visible. « Ceux qui sont diplômés des programmes et qui ont appliqué leurs connaissances et leurs compétences dans le cadre de l’effort local de réduction de la pauvreté rurale et du développement rural ont davantage contribué au développement social et économique local. »

Dans l’avenir, l’OUC va étendre son auditoire cible potentiel au-delà des groupes défavorisés des régions rurales et éloignées, pour inclure tous les membres de la société dans la stratégie de développement rural. Dans le même temps, l’université prévoit d’offrir un plus large éventail de programmes et de diplômes, y compris une formation professionnelle de courte durée, et d’utiliser des techniques d’IA pour cartographier les connaissances, générer automatiquement des contenus, ainsi que la technologie d’agent conversationnel chatbot pour assurer un soutien en ligne des apprenants, 24 heures sur 24.

« Nous pensons vraiment que l’IA fera partie intégrante de l’avenir de l’éducation » déclare Hou Songyan. C’est un grand honneur pour l’Open University of China de recevoir ce prix. Avec cet encouragement, notre université s’intéressera davantage à l’utilisation des technologies numériques, en particulier de technologies de pointe comme le Big Data, le cloud computing, blockchain, l’IA, la 5G, etc., dans nos prestations éducatives futures, continuera à fournir des programmes éducatifs de qualité aux populations des zones reculées et rurales, et s’efforcera de mettre en œuvre le Programme des Nations Unies pour le développement durable à l’horizon 2030. »