Les organes directeurs de l’UNESCO ont approuvé un nouveau rapport sur le droit à l’éducation dans le cadre de la mise en œuvre de l’ODD 4

01 Décembre 2017

Les organes directeurs de l’UNESCO ont approuvé un nouveau rapport sur le droit à l’éducation produit par le Secteur de l’éducation, qui s’appuie sur les rapports nationaux soumis par les États membres de l’UNESCO.

Ce rapport exhaustif présente les résultats de la neuvième consultation des États membres de l’UNESCO sur la mise en œuvre de la Convention et de la Recommandation de l’UNESCO concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement. Lancée en 2016, cette consultation a impliqué 67 États membres de l’Organisation. Les informations contenues dans les rapports nationaux fournissent en général des ressources très importantes pour la recherche et l’analyse, le partage d’expériences et de connaissances, et enfin le plaidoyer.

Une conclusion intéressante du rapport est que les pays ont profité de cet exercice de rapports périodiques comme une excellente occasion de mettre en lumière les défis auxquels ils sont confrontés et de faire le bilan des progrès et de réfléchir aux moyens de surmonter les difficultés. Le rapport souligne que les défis sont souvent transversaux et intersectoriels, ce qui les rend encore plus difficiles à relever.

Le rapport relève notamment les défis importants en matière d’équité et d’inclusion. Les facteurs socio-économiques, la pauvreté, l’origine ethnique, le lieu d’habitation et le genre constituent des éléments déterminants de discrimination et d’exclusion de l’éducation. Les pratiques et les attitudes néfastes persistantes se dressent sur le chemin de nombreux enfants et adultes et les privent d’opportunités d’éducation importantes. De même, les pays ont largement fait état de difficultés liées à la qualité de l’éducation, ainsi que de contraintes budgétaires et parfois d’un manque de capacités de gouvernance, de coordination et de suivi.

Le rapport présente également les différentes mesures adoptées au niveau national pour faire en sorte que l’éducation soit offerte à tous dans un environnement exempt de discrimination. Il détaille notamment les mesures positives rapportées par les pays pour garantir l’inclusion dans l’éducation, en particulier pour les filles et les femmes, les réfugiés, les personnes handicapées et les populations autochtones, ce qui est essentiel pour progresser dans la réalisation de l’ODD 4.

Il est important d’encourager les synergies et de s’inspirer des bonnes pratiques pour faire en sorte que le droit à l’éducation devienne une réalité concrète pour tous. Il y a lieu également d’établir un dialogue constructif avec l’ensemble des parties prenantes, y compris les organisations de la société civile.

Par ailleurs, suite à la décision des organes directeurs de l’UNESCO approuvant la publication en ligne des rapports nationaux soumis par les pays, tous les rapports seront mis à disposition par le biais de la Base de données mondiale de l’UNESCO sur le droit à l’éducation. Cette base de données, qui donne accès à des informations pays par pays au titre des cadres constitutionnels, législatifs et politiques, est un moyen important d’aider les pays à mettre en œuvre le droit à l’éducation et la Convention et la Recommandation de 1960.