Le pape François appelle à un nouveau pacte pour l’éducation lors d’une audience avec l’UNESCO et des experts

13/02/2020

« Penser à l’éducation, c’est penser aux générations futures et à l’avenir de l’humanité », a affirmé le pape François lors d’une audience à laquelle ont assisté, le 7 février 2020, la Sous-Directrice générale adjointe de l’UNESCO pour l’éducation, Stefania Giannini, et des experts universitaires.

Cette rencontre organisée en marge d’une conférence de deux jours à l’Académie pontificale des sciences sociales a préparé le terrain pour la signature d’un pacte mondial pour l’éducation au Vatican, le 14 mai prochain.

Appelant l’attention sur les inégalités d’accès à l’éducation et sur la « mondialisation de l’indifférence », le pape François a estimé que « le pacte éducatif [était] rompu », et qu’« on ne [pouvait] pas le réparer, sinon à travers un effort renouvelé de générosité et d’accord universel » de la part des familles, des établissements scolaires et des institutions sociales, culturelles et religieuses.

Au cours de cette audience d’une heure, il a exprimé son point de vue sur la manière de renouveler ce pacte éducatif. « Toutes les générations devraient reconsidérer leur façon de transmettre leurs connaissances et leurs valeurs aux suivantes, parce que c’est à travers l’éducation que l’être humain atteint son plus haut potentiel et devient un être conscient, libre et responsable », a-t-il déclaré.

Le pape François a en outre souligné le rôle de l’éducation pour « promouvoir une culture du dialogue, de la rencontre et de la compréhension mutuelle, de façon pacifique, respectueuse et tolérante ». Il a préconisé de mettre en valeur les traditions et les cultures, afin que les générations futures puissent « développer leur compréhension d’elles-mêmes, en affrontant et en acceptant la diversité et les changements culturels ».

Qualifiant les enseignants d’« artisans des générations futures », il a appelé à davantage reconnaître et soutenir leur profession. « Avec leur savoir, leur patience et leur dévouement, ils transmettent une façon d’être qui se transforme en richesse, non matérielle, mais spirituelle, ils créent l’homme et la femme de demain. »

La vision du pape a fait écho au message humaniste de l’UNESCO. « L’avenir de l’éducation et l’avenir de la société sont inextricablement liés », a affirmé Mme Giannini au cours du colloque qui a eu lieu à l’Académie pontificale. « Il nous faut repenser plus en profondeur la vision et le but qui sont ceux de l’éducation aujourd’hui », a-t-elle déclaré en présentant le projet « Les futurs de l’éducation » et l’action de l’UNESCO visant à intégrer la citoyenneté mondiale et le développement durable dans les contenus pédagogiques. « L’éducation ne peut résoudre à elle seule tous les problèmes de développement », a-t-elle poursuivi, « mais en adoptant une approche humaniste et globale, nous devrions réussir à instaurer un nouveau modèle guidé par la gestion de l’environnement, le souci de la paix, l’inclusion et la justice sociale ».