Article

Les parties prenantes d'Afrique de l'Est examinent les liens entre le patrimoine vivant et le changement climatique

04/05/2021
06 - Clean Water and Sanitation
13 - Climate Action
17 - Partnerships for the Goals

Diapositive de la présentation de Nigel Crawhall, Chef de Section, Systèmes de savoirs locaux et autochtones de l'UNESCO

Le 30 avril 2021, l'UNESCO a mobilisé plus de 55 parties prenantes de l’Afrique de l'Est pour participer à une conférence en ligne afin de partager les résultats de sept études de cas, réalisées dans le cadre de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et du programme Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) de l'UNESCO, dans le cadre d'un projet pilote visant à soutenir la recherche et la documentation des systèmes de savoirs traditionnels liés à la conservation de la biodiversité, au changement climatique et à la réduction des risques de catastrophes.

La Convention de 2003 de l'UNESCO reconnaît la contribution du patrimoine culturel immatériel (PCI) à la durabilité environnementale, notamment dans les domaines de la gestion durable des ressources naturelles et de la conservation et de l'utilisation durable de la biodiversité. Les systèmes de connaissances traditionnels, les traditions orales, les rituels et les pratiques, accumulés et renouvelés par les communautés au fil des générations dans le cadre de leur patrimoine culturel immatériel, peuvent jouer un rôle important aux côtés des connaissances et des politiques scientifiques dans le maintien, la régénération, la conservation et la gestion de la biodiversité. La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ne sert pas seulement à transmettre des connaissances et des compétences sur l'environnement, mais façonne également une certaine relation à la nature, favorisant généralement les notions de respect, de garde et de connectivité envers l'environnement naturel.

Suite à un appel à propositions lancé par l'UNESCO en janvier 2021, les études de cas suivantes ont été réalisées dans le cadre du projet pilote :

  • Érythrée : Recherche et documentation des systèmes de connaissances traditionnelles sur la conservation de la biodiversité et le changement climatique : expérience du village de Lamza, Érythrée (Commission Érythréenne de la culture et des sports) ;
  • Éthiopie : Système de connaissances indigènes et biodiversité : le cas de Gedeo, Ethiopie du Sud (Université d'Addis Abeba) ;
  • Kenya : Rôle des connaissances et pratiques indigènes dans la conservation de la biodiversité, l'adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophes parmi les communautés pastorales du Kenya (Musées nationaux du Kenya) ;
  • Ouganda : Systèmes de connaissances traditionnelles et conservation des plans d'eau et de la vie aquatique en Ouganda (Cross-Cultural Foundation of Uganda) ;
  • Somalie : Le patrimoine oral somalien comme véhicule de conservation de la biodiversité (Somaliland Youth Development and Voluntary Organization) ;
  • Seychelles : Le Jardin Créole et la Pharmacie de Cuisine aux Seychelles (Université des Seychelles) ;
  • Sud-Soudan : Le rôle des systèmes de connaissances traditionnelles sur le changement climatique et la réduction des risques de catastrophes en Afrique de l'Est : Étude de cas sur l'invasion du Sud-Soudan par les inondations et/ou les criquets pèlerins en 2019 et 2020 (Mark Oloya Nekemiah).

Les études de cas ont été guidées par un dossier de recherche élaboré par l'UNESCO en collaboration avec un groupe consultatif international établi dans le cadre du projet pilote. Les études de cas finales seront présentées dans une publication PDF de l'UNESCO et mises à la disposition des chercheurs et du public sur les sites web de l'UNESCO et de ses partenaires.

Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est a ouvert la conférence en notant que les résultats de cette recherche seront largement utilisés par les Etats membres, l'UNESCO et nos partenaires.

Ces études de cas guideront les inventaires nationaux et les stratégies de sauvegarde. Elles contribueront au Groupe des négociateurs africains sur la biodiversité du PNUE et au cadre mondial de la biodiversité pour l'après-2020. Elles pourront également être utilisées dans le Guide ICCROM-UNDRR actuellement en préparation sur le patrimoine culturel immatériel et la réduction des risques de catastrophes. Enfin, ces recherches alimenteront également le groupe consultatif de l'UNESCO sur la culture et le changement climatique, qui vient d'être créé.

Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est

Les participants à la conférence en ligne comprenaient des experts nationaux et internationaux, des Directeurs de la culture, des Directeurs de musées, des représentants d'universités, des commissions nationales pour l'UNESCO et de communautés locales ainsi que des partenaires institutionnels dont le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques des catastrophes (UNDRR) et le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM).

La conférence a été clôturée par M. Tim Curtis, Secrétaire de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et Chef de l'Entité du patrimoine vivant à l’UNESCO, qui a souligné que :

Le PCI est une ressource précieuse pour les communautés afin de renforcer la résilience, de réduire les vulnérabilités et d'aider les communautés à se préparer, à répondre et à se remettre des catastrophes. C'est pourquoi la sauvegarde du patrimoine vivant est de la plus haute importance et indissociable de la protection de la vie et du bien-être de ses détenteurs... Au-delà de l'identification des pratiques du patrimoine vivant qui contribuent à atténuer l'impact du changement climatique et des catastrophes naturelles, nous devons travailler ensemble pour aider les communautés à assurer la sauvegarde de leur patrimoine lorsqu'elles sont touchées par des crises et favoriser l'intégration du patrimoine vivant dans les plans et programmes de préparation, de réponse et de récupération en cas d'urgence.

M. Tim Curtis, Secrétaire de la Convention de 2003 et Chef de l'Entité du patrimoine vivant, UNESCO

Pour plus d'informations sur le programme du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, veuillez consulter : https://ich.unesco.org/fr/convention