Perspectives régionales | Europe et Amérique du Nord

02/10/2020

La Commission de la culture et de l’éducation du Parlement européen insiste fortement pour que 1 à 2 % des dépenses de l’UE soit assigné à des mesures en faveur de la culture et des médias. Ces propositions ont reçu le soutien de l’actuelle présidence allemande du Conseil de l’UE.

La culture n’est pas un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre seulement dans des temps favorables. L’art et la culture sont essentiels lorsqu’il s’agit d’aborder des problèmes sociétaux [...], de favoriser l’innovation et la réflexion, de développer l’empathie, et de créer un espace de débat.

Mme Monika Grütters, commissaire européenne à la culture et aux médias (1er septembre 2020).

En septembre, la Commission européenne a lancé un nouvel appel à projets d’une valeur d’un million d’euros pour soutenir les artistes, les organisations et les institutions culturelles dans les régions ultrapériphériques de l’UE, ainsi que dans les pays et territoires d’outre-mer, compte tenu du fait que le secteur culturel de ces lieux a été frappé de plein fouet. Les projets auront pour ambition de sauvegarder, soutenir et encourager la culture locale et autochtone, les arts et pratiques populaires, ainsi que la culture ancestrale, à améliorer le dialogue culturel et à promouvoir la diffusion des œuvres culturelles et créatives, notamment grâce aux technologies numériques.

En raison des effets de la crise du coronavirus, la Commission européenne a proposé de donner à Rijeka (Croatie) et à Galway (Irlande) la possibilité de prolonger leur année en tant que Capitales européennes de la culture, jusqu’au 30 avril 2021. La Commission propose également de reporter de 2021 à 2022 l’année où Novi Sad (Serbie) sera désignée capitale européenne de la culture et de 2021 à 2023 l’année où Timisoara (Roumanie) et Elefsina (Grèce) porteront le titre.

L’UE a publié un rapport intitulé « Les villes créatives et de la culture européennes pendant la COVID-19 : les emplois en danger et la réponse politique ». En s'appuyant sur les statistiques d’Eurostat et du « Culture and Creative Cities Monitor » du Centre commun de recherche, le rapport a identifié les emplois culturels et les villes créatives les plus vulnérables. Il a également examiné le large éventail de mesures politiques introduites par les gouvernements nationaux et locaux afin de maintenir l’initiative « capitale européenne de la culture ».