Plaidoyer pour une éducation de qualité pour tous en Afrique

dg-aa-afd.jpg

© UNESCO/Christelle ALIX
19 Janvier 2018

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a plaidé pour l’éducation comme investissement prioritaire pour le développement durable, à l’occasion d’une conférence organisée par l’Agence Française de Développement (AFD) à Paris, le 19 janvier 2018.

Lors d’une table ronde avec les ministres de l’Education du Sénégal, Serigne Mbaye Thiam, et de la France, Jean-Michel Blanquer ainsi que de la Directrice générale du Partenariat mondial pour l’éducation Alice Patricia Albright, la Directrice générale a tracé les axes prioritaires pour relever les défis de l’accès et de la qualité de l’éducation, dans une région qui compte aujourd’hui encore 32 millions d’enfants non-scolarisés et qui fait face à une urbanisation croissante et des situations de conflit.

Pour mettre en œuvre la feuille de route éducative fixée par l’Agenda 2030, la Directrice générale a tracé trois priorités pour l’Afrique. D’abord, la pertinence des enseignements jusqu’au supérieur et de la pédagogie. Cela passe par l’adaptation des programmes et des pédagogies, par la formation des enseignants et par l’appui des nouvelles connaissances dans les sciences cognitives.

Le deuxième axe prioritaire consiste à mieux articuler les politiques d’éducation de l’emploi et de la santé et la troisième priorité met l’accent sur la transmission de valeurs pour une citoyenneté responsable et l’éducation à la paix. A ce titre, la Directrice générale a fait part de l’initiative de l’UNESCO, avec les ministres africains de l’Education, d’élaborer des contenus pédagogiques à partir des dix volumes de L’Histoire générale de l’Afrique.

Dans toutes ces dimensions, la Directrice générale a souligné qu’une attention prioritaire doit être portée à l’égalité des genres, en particulier à la scolarisation des jeunes filles adolescentes.

« Les défis sont immenses et chacun doit y apporter son mandat. L’UNESCO coordonne l’Objectif du Développement Durable 4 et se concentre sur sa valeur ajoutée : le soutien aux politiques publiques, le partage de l’innovation et de la recherche, la collecte des données statistiques et le suivi des résultats » a conclu la Directrice générale.

L’événement, ouvert par le Directeur général de l’Agence française de Développement, Rémi Rioux, s’est tenu en préparation de la conférence du Partenariat mondial pour l’éducation qui sera présidée par la France et le Sénégal, à Dakar le 1 et 2 février, et auquel participera l’UNESCO. Cette conférence constitue une occasion unique d’accroître la mobilisation et l’aide internationale à l’éducation, en diminution constante depuis 2009.