Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Le tout premier consensus sur l’intelligence artificielle et l’éducation publié par l'UNESCO

25 Juin 2019

L'UNESCO a publié le Consensus de Beijing sur l’intelligence artificielle (IA) et l’éducation, le premier document proposant des conseils et des recommandations sur les meilleures façons d’exploiter les technologies d’IA pour la réalisation de l'Agenda Éducation 2030. Le Consensus a été adopté lors de la Conférence internationale sur l’intelligence artificielle et l’éducation qui s'est tenue à Beijing du 16 au 18 mai 2019, par plus de 50 ministres, représentants internationaux de plus de 105 États membres et près de 100 représentants d'agences des Nations Unies, d'institutions universitaires, de la société civile et du secteur privé.

Le Consensus de Beijing intervient après la Déclaration de Qingdao de 2015, par laquelle les États membres de l'UNESCO se sont engagés à exploiter efficacement les technologies émergentes pour la réalisation de l'ODD4.

Mme Stefania Giannini, Sous-Directrice générale pour l'éducation de l'UNESCO, a déclaré que « nous devons renouveler cet engagement, car nous approchons de l’époque où l'intelligence artificielle – la convergence de technologies émergentes – transformera tous les aspects de notre vie (...) nous devons orienter cette révolution dans la bonne direction afin d’améliorer les moyens de subsistance, de réduire les inégalités et de promouvoir une mondialisation juste et inclusive. »

Le Consensus affirme que le déploiement des technologies d’IA dans l'éducation offre le potentiel d’améliorer les capacités humaines et de protéger les droits de l'homme en vue d’une collaboration efficace entre l'homme et la machine dans la vie, l'apprentissage et le développement durable.

Le Consensus déclare que l'intégration systématique de l'IA dans l'éducation peut permettre de relever certains des plus grands défis actuels de l'éducation, d'innover en matière de pratiques d’enseignement et d’apprentissage, et finalement d’accélérer les progrès de la réalisation de l’ODD 4. 

En résumé, le Consensus de Beijing recommande aux gouvernements et aux autres parties prenantes des États membres de l'UNESCO de :

  • Planifier l’IA dans les politiques de l’éducation pour tirer parti des possibilités et relever les défis qu’apportent les technologies d’IA, adopter des approches engageant le gouvernement tout entier, intersectorielles et multipartites qui permettent aussi de mettre en place des priorités stratégiques locales pour atteindre les objectifs de l'ODD 4
  • Soutenir le développement de nouveaux modèles rendus possibles par les technologies d’IA pour la fourniture de services d'éducation et de formation là où les avantages l'emportent clairement sur les risques, et utiliser des outils d’IA pour proposer des systèmes d'apprentissage tout au long de la vie qui permettent un apprentissage personnalisé à tout moment, en tout lieu, pour tous
  • Envisager l'utilisation de données pertinentes, le cas échéant, afin d’encourager la planification de politiques fondées sur des données probantes
  • Veiller à ce que les technologies d’IA servent à autonomiser les enseignants au lieu de les remplacer et développer des programmes appropriés pour le renforcement des capacités afin que les enseignants travaillent aux côtés des systèmes d’IA.
  • Préparer la prochaine génération de travailleurs en l’équipant des valeurs et des compétences nécessaires pour la vie et au travail, les plus pertinentes à l'ère de l'IA
  • Promouvoir une utilisation équitable et inclusive de l'IA, indépendamment du handicap, du statut social ou économique, de l'origine ethnique ou culturelle ou de la situation géographique, en insistant sur l'égalité des sexes, tout en assurant des usages éthiques, transparents et vérifiables des données éducatives

Le Consensus décrit également ses ambitions pour l'UNESCO, qui fera office de système d’appui pour le renforcement des capacités des décideurs du domaine de l’éducation dans la mise en œuvre des mesures recommandées, et agira en tant qu’organisateur des financements, des partenariats et de la coopération internationale avec d'autres organisations internationales et des partenaires qui sont actifs dans le domaine de l'IA dans l'éducation.

Les applications proposées à la Directrice générale de l'UNESCO incluent la mise en place d'une plate-forme « IA au service de l'éducation » pour offrir en libre accès des ressources cruciales comme des cours et des outils d’IA Open Source, des politiques et des bonnes pratiques. En collaboration avec les États membres de l'UNESCO, la DG est encouragée à élaborer des principes directeurs et des ressources supplémentaires pour une utilisation efficace et équitable de l'IA dans l'éducation.

Le Consensus reconnaît également la nécessité d’examiner de toute urgence la question des clivages nationaux et régionaux dans le développement de l'IA et charge les partenaires et les organisations internationales de surveiller et d'évaluer l'impact de ces clivages, tout en gardant à l'esprit le risque de polarisation entre ceux qui y ont accès et les autres.

En collaboration avec ses partenaires et les organisations internationales, et compte tenu des valeurs clés essentielles qui sont au cœur du mandat de l'UNESCO, l’Organisation espère renforcer son rôle de chef de file dans le domaine de l'IA dans l'éducation.

Ainsi que l'a dit Mme Giannini : « la mise en œuvre de l’IA dans et au service de l'éducation concerne le passage de la concurrence à la coopération. Le Consensus adopté aujourd'hui guidera nos actions. »

Si vous désirez exploiter des technologies émergentes comme l'IA pour donner un coup de pouce au secteur de l’éducation, nous établirons volontiers avec vous un partenariat par le biais de contributions financières ou sous la forme de conseils techniques.

Le Consensus de Beijing est disponible dans les six langues officielles des Nations Unies.