Article

Près de 1998 élèves dont 1031 filles ont accès à l’eau et à des latrines grâce au projet KOICA en cette année 2020 à Ségou et Mopti

01/12/2020

Du 08 au 14 Novembre 2020 une mission conjointe de suivi des activités du projet « Autonomisation des adolescentes et de jeunes femmes par l’Education Mali » financé par l’Agence de Coopération internationale de la Corée du SUD (KOICA) a été conduite dans les régions de Ségou et de Mopti par l’UNESCO-Mali et ses partenaires. La mission avait comme objectif de s’assurer de l’état et de la qualité des travaux de construction des latrines et des châteaux d’eaux.

La mission s’est entrevue avec les Responsables de la Division de Scolarisation des Filles (SCOFI), les membres des Comités de Gestion Scolaire (CGS), des Associations de Mère d’Elèves (AME) et des Parents d’Elèves (APE) et les enseignants qui ont accompagné les visites de terrains pour faire le suivi de la réhabilitation et la construction de nouvelles latrines dans les écoles ciblées pour l’année 2020.

Les latrines sont en très bons états si tu veux tu peux même prendre une douche en plus l’eau est disponible et c’est bien pour les filles.

Mr. Lamine Kamian, membre du CGS de Soufroulaye

Dans la Commune de Yangasso, Ségou nous avons pu constater comment le projet KOICA a inspiré la direction, l’Association des Parents d’Elèves et les membres du Comité de Gestion Scolaire (CGS) de l’école de Fani à construire sur fonds propre de nouvelles latrines pour une séparation des toilettes des filles et des garçons. Un club WASH est aussi installé pour le nettoyage de l’école, deux fois par semaine.

Au Fondamental I, de Dionosso M’Pesso dans la localité de San, grâce aux nouvelles latrines du projet KOICA construite cette année 2020, la séparation des toilettes filles et garçons est devenue effective. La Direction de l’école et le CGS ont réhabilité les anciennes latrines et les ont assignées aux garçons.

La mise à disposition d’un château d’eau à l’école de Soufroulaye a changé, non seulement, la vie de l’école mais, aussi, la vie des populations environnantes. Et effet, les femmes du voisinage de l’école viennent s’approvisionner en eau potable moyennant une petite somme d’argent. Une petite équipe de gestion du château d’eau est mise en place pour gérer les revenus de la vente d’eau et du jardin maraicher a été aménagé cette année pour cultiver des légumes de saison pour enrichir les repas de la cantine scolaire. Le surplus des produits cultivés est revendu dans le voisinage. L’équipe de mission a encouragé cette initiative et a recommandé que cette expérience soit partagée avec d’autres établissements de la région.

Malgré une année scolaire 2020 marquée par l’épidémie de la COVID-19 et la fermeture prolongée des écoles, les effectifs des filles sont élevés d’où l’impact positif de la mise à disposition des latrines. A titre d’exemples, à dans la région de Ségou l’école de Fani sur 539 élèves, 246 sont des filles, à Dionosso M’Pesso sur 481 élèves, 272 sont des filles, Tièbléna sur 146 élèves, 78 sont des filles et dans la région de Mopti à l’école de Soufroulaye sur 832 élèves, 435 sont des filles. La dynamique du maintien des filles à l’école pour la prochaine rentrée scolaire prévue en Janvier 2021 est très positive.

Les latrines ont contribué au maintien des filles à l’école, autrefois les enfants partaient à la maison pour aller boire et beaucoup ne revenaient pas pour suivre les cours, grâce au projet nous avons l’eau potable au niveau de notre école et la population même en bénéficie.

Mme. Nanta Kamian, Présidente Association des Mère d’Elèves de Soufroulaye

Toutes ses réalisations sus mentionnées ferons l’objet de suivi et des renforcements de capacités sur la santé de reproduction; la formation des infirmières et la dotation de kit d’hygiène pour la gestion des menstrues ainsi que les mesures de préventions contre le COVID-19 seront mis en œuvre d’ici la fin de cette année et tout au long de l’année 2021.