News

Présentation des principes et des indicateurs DOAM à l’occasion de la conférence 2021 de l’AIERI

19/07/2021

Le 14 juillet 2021, à l'occasion de la conférence en ligne de l’Association internationale des études et recherches sur l'information et la communication (AIERI), l'UNESCO a organisé une discussion sur le partage des connaissances concernant les principaux processus et résultats de l'évaluation de l'universalité de l'Internet et des principes et indicateurs DOAM (Droits de l’homme, Ouverture, Accessibilité et approche Multipartite) sur les cinq continents.

Les indicateurs DOAM-X sur l’universalité de l'Internet de l'UNESCO permettent de dégager un consensus, de transformer des principes en aspirations et d'établir des normes internationales pour façonner l'expérience de l'Internet du point de vue de la perspective DOAM. Ils sont pertinents et utiles pour tous les pays et toutes les parties prenantes à titre volontaire et transcendent les différences entre pays.

Guy Berger, Directeur des stratégies et des politiques, communication et information, UNESCO

Les indicateurs nous rappellent que nos droits hors ligne doivent également se refléter en ligne. Ces droits sont inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et il est important que les lois et les règlements soient conçus de manière éthique pour soutenir ces droits.

Dorothy Gordon, Présidente du Programme Information pour tous de l’UNESCO (PIPT)

David Souter et Simon Ellis ont souligné la grande pertinence du cadre pour favoriser la durabilité et contribuer à l'identification des lacunes et des inégalités numériques afin d'autonomiser les groupes vulnérables en ligne et hors ligne, avec un grand potentiel pour aider à mettre en œuvre et à atteindre les Objectifs de développement durable, qui sont au cœur du mandat des Nations Unies.

Représentant CETIC.br, Alexandre Barbosa a également souligné que le cadre et les principes DOAM constituaient une base solide pour les décideurs politiques afin de créer des politiques efficaces pour combler les lacunes existantes en matière de connectivité et de compétences numériques, ainsi qu'un outil pratique permettant aux pays d'évaluer le développement de l'Internet de manière très complète.

Le Dr Matthias C. Kettemann de l'Institut Leibniz de recherche médiatique, Fabio Senne de CETIC.br, Alain Kiyindou de l'Université Bordeaux Montaigne et Grace Githaiga du Réseau d'action des TIC du Kenya ont souligné l'importance du processus de collecte des données et l'ont identifié comme l'un des principaux défis dans la conduite de l'évaluation nationale des indicateurs DOAM-X. Le cadre reposant sur un ensemble diversifié de sources de données, il est essentiel d'adopter une approche méthodologique transparente et d'utiliser les meilleures sources de données disponibles pour une mise en œuvre complète du projet.

Grâce à l'ensemble des Indicateurs sur l’universalité de l’Internet, l'UNESCO co-définit la gouvernance de l'Internet et les libertés de l'Internet elles-mêmes, non pas comme un idéal abstrait ou général à atteindre, mais comme un ensemble très concret de problèmes socio-techniques à résoudre, et de technologies et de pratiques pouvant aider à les résoudre.

Francesca Musiani, du Centre national de la recherche scientifique

L'UNESCO appelle toute la communauté de l’AIERI ainsi que les chercheurs à rejoindre la Coalition dynamique sur les Indicateurs sur l’universalité de l’Internet et à s'impliquer dans la recherche collaborative des indicateurs DOAM-X aux niveaux mondial et national. Cela permettrait de faire tomber les barrières entre le monde universitaire et la mise en œuvre des politiques, mais aussi d'optimiser la collaboration entre l'UNESCO et la communauté universitaire afin de joindre les synergies dans la construction d'un Internet centré sur l'homme et d'ancrer les politiques numériques avec les valeurs humanistes intégrées dans l’approche DOAM.