News

Prix UNESCO décerné à la plate-forme d’apprentissage collaborative ViLLE de Finlande

06/04/2021

ViLLE, une plate-forme d’apprentissage numérique collaborative développée par le Centre for Learning Analytics de l’Université de Turku, en Finlande, est l’un des lauréats de l’édition 2020 du Prix UNESCO-Roi Hamad Bin Isa AL-Khalifa pour l’utilisation des TIC dans l’éducation. Cette plate-forme appuie les enseignants et les parcours individuels des apprenants en adoptant une solide approche fondée sur des données factuelles pour l’utilisation des données, l’analyse de l’apprentissage et les techniques d’intelligence artificielle (IA). ViLLE est développée comme un bien public et utilisée par 45 pour cent des écoles finlandaises.

Dans cet entretien, M. Mikko-Jussi Laakso, directeur du Centre for Learning Analytics, présente la vision qui sous-tend le projet et indique en quoi cette plate-forme se distingue des autres systèmes de gestion de l’apprentissage et comment elle aide les écoles, les enseignants et les apprenants en Finlande.

Pourriez-vous nous en dire plus sur l’objectif principal de ViLLE et sur la façon dont la plate-forme a été créée ?

Ce projet constitue ma passion et celle de mon équipe depuis ces deux dernières décennies. En nous fixant la mission de générer de meilleurs résultats et expériences d’apprentissage pour les apprenants et les enseignants, nous avons rassemblé de nombreuses techniques utiles en un seul programme (évaluation automatique, retour immédiat, ludification, évaluation continue, visualisation et apprentissage mixte) et utilisé une approche fondée sur la recherche. Partant d’un système interne à l’université fournissant des évaluations à partir de données pour identifier les carences de l’apprentissage, nous sommes devenus une plate-forme axée sur les données qui est accessible à tous les niveaux d’éducation, du pré-primaire au niveau universitaire.

Notre objectif est de construire un écosystème national d’apprentissage afin de pouvoir mesurer les effets et impacts des investissements dans l’éducation et les transformations, que ce soit pour investir dans de nouveaux matériels d’apprentissage, des enseignants supplémentaires, la mise en œuvre de nouvelles idées pédagogiques ou des révisions des programmes d’enseignement. En d’autres termes, nous voulons faire en sorte que l’apprentissage réel, en salle de classe, en amphi ou à la maison, devienne visible. Ce faisant, chaque élève devient visible. Nous voulons aider les enseignants à voir les arbres, et non pas seulement la forêt, et que les décideurs éducatifs puissent avoir une compréhension fiable en temps réel du bien-être et de la croissance des « forêts ».

Qu’est-ce qui la distingue des autres systèmes de gestion de l’apprentissage ?

Nous avons conçu le système en pensant à l’enseignant dès le premier jour. Sa force réside dans sa capacité à fournir dans un seul « paquet » tout ce dont l’enseignant a besoin. La plate-forme inclut des parcours d’apprentissage personnalisés pour les apprenants, des outils de diagnostic de l’enseignement et de l’apprentissage basé sur la recherche et un moteur d’IA évolué qui permet aux enseignants d’assigner aux apprenants des tâches personnalisées.

Pourriez-vous expliquer le fonctionnement de la plate-forme en quelques mots ?

Dans les écoles primaires et secondaires, les apprenants font régulièrement des exercices ludiques et interactifs alignés sur les programmes d’enseignement nationaux. Grâce au data mining et aux techniques d’apprentissage machine, notre moteur d’IA détecte et met en évidence les forces et les faiblesses des élèves et « signale » ceux qui risquent de décrocher. À partir de ce moment-là, les éducateurs peuvent fournir à ces apprenants un soutien et des conseils personnalisés et les surveiller en continuant d’observer comment ils réagissent à leur intervention. 

Au niveau universitaire, nous recueillons des données multiformes pendant les cours (exercices sur table, devoirs, assiduité, etc.) pour générer un système d’alerte précoce permettant d’identifier dès que possible les décrocheurs.

Par ailleurs, ViLLE appuie une grande variété de pédagogies. La plate-forme favorise la pratique et les apprentissages par le biais de la ludification pour les élèves du primaire, et transforme les cours traditionnels en sessions interactives et collaboratives dans les universités.

À votre avis, que faut-il prendre en compte pour intégrer l’IA dans les salles de classe ?

L’IA devrait jouer un rôle uniquement flexible ou complémentaire des décisions prises par les éducateurs, les administrateurs et les autres autorités éducatives. Nous recueillons des données pour améliorer notre système éducatif et, par conséquent, chaque apprenant qui en fait partie. C’est l’essence même de l’analyse de l’apprentissage, la raison d’être de la collecte de données devrait toujours être alignée sur cet objectif. Concernant ce que l’on appelle Big Data, l’intégration de l’IA est essentielle, mais le raisonnement derrière la collecte de données et les implications développées par ces données devraient avoir une justification claire et transparente.

Pouvez-vous citer des exemples de la façon dont la plate-forme a appuyé la continuité et la qualité de l’apprentissage pendant la crise liée à la COVID-19 ?

En Finlande, lorsque la crise de la COVID-19 est apparue, nous avons proposé une formation à près de 1000 enseignants en seulement deux semaines. Les enseignants ont ainsi pu utiliser du contenu numérique prêt à l’emploi sans avoir à subir le fardeau de la préparation officielle de matériels en très peu de temps. De plus, alors que la première vague de la pandémie n’avait que deux semaines, nous avons développé avec les enseignants de nouvelles visualisations pour compenser le manque d’interaction en classe.

Que signifie ce Prix UNESCO pour le projet ? quel sera son effet sur votre travail ?

Le Prix ouvre de nouvelles possibilités de collaboration mondiale, ce qui peut nous aider à passer à un niveau supérieur. Il y a des centaines de millions d’apprenants qui pourraient bénéficier de notre approche et c’est là notre mission - fournir à tous une éducation de qualité. Ce serait formidable de travailler en étroite collaboration avec une organisation mondiale comme l’UNESCO et de contribuer à répondre aux problématiques éducatives qui sont présentes dans tous les systèmes éducatifs à travers le monde.

Quels sont vos projets d’avenir pour ce projet ?

À l’échelle nationale, nous développons un écosystème d’apprentissage et d’enseignement axé sur la recherche, en réunissant des experts, des enseignants et des chercheurs de toutes les disciplines pertinentes. Cet effort collectif vise à répondre à deux questions importantes, mais ardues : comment maximiser le potentiel de chaque apprenant individuel et comment pouvons-nous aider ou guider cet apprenant à trouver sa future profession ?

L’acquisition des compétences de base est un défi mondial, mais elle demeure l’un des droits fondamentaux de chaque enfant. Je voudrais conclure cet entretien en citant ma devise personnelle : « L’avenir de tout système éducatif réside dans l’analyse de l’apprentissage ». Attaquons-nous ensemble à ce défi mondial !