Le Prix UNESCO dynamise l’action de la lauréate 2016 au Zimbabwe

04 Avril 2018

Fondatrice du Female Student Network Trust (Réseau des étudiantes), lauréate de l’édition 2016 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes, Evernice Munando revient sur les nombreuses initiatives que le réseau a menées depuis l’obtention du Prix, et sur l’impact qu’elles ont eu dans les établissements d’enseignement supérieur au Zimbabwe.

En 2016, Female Students Network Trust (FSNT) a été récompensé du premier Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes pour son projet « Autonomisation des étudiantes de l’enseignement supérieur grâce à des programmes de développement du leadership et de tutorat au Zimbabwe ».

L’obtention du Prix nous a ouvert de nombreuses portes et a renforcé la reconnaissance de notre Réseau. Nous avons été invitées à présenter et à partager notre expérience sur différentes thématiques au niveau régional et international, par exemple lors de l’événement « Le soft power de l’UNESCO aujourd’hui : promouvoir l'autonomisation et le leadership des femmes » en 2017.

Le FSNT a redoublé d’efforts pour promouvoir l’éducation des filles et des femmes par des formations au développement du leadership et au renforcement des capacités, des campagnes de prévention du harcèlement sexuel, des actions de plaidoyer politique et la promotion des droits en matière de santé sexuelle et reproductive.

Nous observons ainsi une représentation accrue des femmes aux rôles de leadership dans les conseils représentatifs des étudiants des établissements d’enseignement supérieur. Actuellement, 45 % de l’ensemble des étudiantes du supérieur occupent des rôles de leadership, contre 35 % en 2015. Le Collège polytechnique de Harare a écrit l’histoire, en élisant la première présidente depuis la création de l’établissement en 1919. Les étudiantes se sont engagées dans un activisme local à travers 10 provinces du Zimbabwe pour formuler des politiques de prévention du harcèlement sexuel et les mettre en œuvre efficacement. Le nombre d’établissements d’enseignement supérieur ayant mis en place des politiques de prévention du harcèlement sexuel est passé de 4 en 2015 à 20 en 2017. Le Ministère de l’enseignement supérieur et tertiaire a adopté les Principes directeurs du FSNT en matière de prévention du harcèlement sexuel, ce qui a permis d’élargir la mise en œuvre des bonnes pratiques.

Des programmes d’éducation au bien-être sur l’éducation relative aux droits en matière de santé sexuelle et reproductive dans les établissements d’enseignement supérieur ont été mis en place dans le cadre du projet SAY Yes! #SmartGirls - Youth Empowerment on SRHR (projet d’autonomisation des jeunes dans le domaine de la santé et des droits en matière de sexualité et de procréation). Ce projet contribue à renforcer l’accès des femmes et des filles à des services et à des produits, notamment aux installations de santé maternelle et menstruelle, à la contraception et au soutien en matière d’hygiène/physiologique et psychosocial. Nous avons également aidé des leaders étudiantes à organiser des activités de plaidoyer stratégique en marge de la Journée de l’enfant africain (16 juin 2017) et de la Journée internationale de la fille (11 octobre 2017).

Suite à la reconnaissance du travail du FSNT par l’UNESCO, 2017 a été une année très fructueuse qui a permis au Réseau de renforcer son action pour la promotion de l’éducation des filles et des femmes au Zimbabwe. Nous espérons en faire davantage en 2018 !