News

Progrès vers l'élaboration d'un programme sur le patrimoine moderne africain

31/08/2020
11 - Sustainable Cities and Communities
17 - Partnerships for the Goals

Cinema Impero à Asmara : une ville africaine moderniste inscrite au patrimoine mondial en Érythrée

©UNESCO/Karalyn Monteil

En réponse aux résultats du Programme du patrimoine moderne de l'UNESCO, le Fonds pour le Patrimoine Mondial Africain (FPMA) coordonne le développement du Programme du Patrimoine Moderne de l'Afrique (MoHoA) en collaboration avec le Centre du Patrimoine Mondial de l'UNESCO, le Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS), le Centre International d'Etudes pour la Préservation et la Restauration des Biens Culturels (ICCROM) et l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), afin de promouvoir le patrimoine moderne en Afrique.

Deux sessions de réflexion pour le développement du programme « Modern Heritage of Africa » se sont tenues en ligne les 20 et 27 août 2020. Le Fonds pour le Patrimoine Mondial Africain et l'Université du Cap ont organisé ces ateliers pour sensibiliser et renforcer les capacités des acteurs clés en matière d'identification, de protection et de promotion du patrimoine moderne africain. L'initiative vise également à contribuer à améliorer la représentation de l'Afrique sur la Liste du patrimoine mondial et à souligner le rôle du patrimoine moderne dans la promotion de la durabilité urbaine, en accord avec les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies pour 2030 et l'Agenda 2063 de l'Union Africaine.

L'objectif du programme est de soutenir le développement durable en Afrique par la recherche, la protection et la réinterprétation du patrimoine moderne et de contribuer à améliorer la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial en Afrique. Plus précisément, le programme vise à : examiner la signification du patrimoine moderne de l'Afrique et comprendre le rôle que ce patrimoine peut jouer dans la promotion de la durabilité des villes africaines, notamment l’ODD 11 ; développer les compétences des praticiens du patrimoine et d'autres acteurs des secteurs public et privé dans des domaines associés, notamment la recherche, la conservation, la défense et la gestion ; sensibiliser à l'importance du patrimoine moderne de l'Afrique les différentes parties prenantes, notamment les universitaires, les praticiens du patrimoine, les promoteurs, les décideurs et la société civile, en particulier les femmes et les jeunes ; et remédier à la sous-représentation du patrimoine moderne de l'Afrique dans la liste du patrimoine mondial en renforçant les capacités des praticiens du patrimoine en matière d'identification et de présentation des biens à inscrire sur les listes indicatives et des futures propositions d'inscription potentielles au patrimoine mondial.

Des principaux partenaires du programme comprennent :  DOCOMOMO International, l’Institut de conservation Getty, la Fondation Aga Khan, le Réseau des villes modernes de l'UNESCO, l'Union des Architectes africains, l'Organisation des villes du patrimoine mondial, le Groupe Afrique à l'UNESCO et UN-Habitat.

Dans la région de l'Afrique de l'Est, nous sommes fiers d'accueillir Asmara : une ville africaine moderniste inscrite au patrimoine mondial en Érythrée. Avec cet intérêt pour le patrimoine moderne de l'Afrique, nous nous réjouissons de soutenir davantage de pays d'Afrique de l'Est dans l'identification et la documentation de leur patrimoine moderne, et nous attendons avec impatience de voir davantage de sites du patrimoine moderne inscrits sur la liste du patrimoine mondial de la région Afrique.

Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est

De plus amples informations sur le programme du patrimoine moderne de l'UNESCO sont disponibles sur : https://whc.unesco.org/fr/heritagemoderne/, et dans les Cahiers du patrimoine mondial N°5 : Patrimoine moderne.

Pour lire l’article en anglais, cliquez ici