Progression, régression ou stagnation? Telle est la question posée par une nouvelle étude sur l’éducation, le VIH et le SIDA