Le projet BIOPALT renforce la collaboration transfrontière dans la région du lac Tchad

11 Juin 2018

Les acteurs et partenaires du projet BIOsphère et PAtrimoine du Lac Tchad (BIOPALT) se sont réunis à N’Djamena du 28 au 31 mai 2018 pour se concerter et échanger sur leurs collaborations dans la mise en œuvre du projet. Lancé le 28 février 2018, Le projet BIOPALT vise à renforcer les capacités des États membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) à sauvegarder et gérer durablement les ressources hydrologiques, biologiques et culturelles du bassin du lac Tchad, afin de contribuer à la réduction de la pauvreté et de promouvoir la paix.

Cette réunion a été organisée par l’UNESCO en partenariat avec la CBLT et la Banque Africaine de développement. Elle a regroupé 54 participants venus de 11 pays et constitués d’experts spécialisés dans les domaines d’intervention du projet (environnement, écologie, hydrologie, géographie, socio économie, patrimoine culturel, mobilisation sociale et développement local), d’élus et décideurs politiques, de partenaires techniques, de représentants de la société civile et des populations autochtones. La réunion s’inscrivait dans la restitution et la consolidation des résultats des ateliers nationaux de concertation, tenus en janvier et février 2018 dans chacun des cinq pays bénéficiaires du projet : Cameroun, Niger, Nigéria, République centrafricaine et Tchad.

La réunion a notamment permis aux partenaires opérationnels du projet de mieux se connaitre et de s’accorder sur les synergies d’action à mettre en place dans la collaboration transfrontière. Elle a également permis à l’ensemble des participants de s’approprier les résultats des ateliers nationaux de concertation et d’établir une vision claire des activités à mener au niveau transfrontière. Les travaux de concertation ont permis de définir et de convenir des zones prioritaires d’intervention du projet à travers l’établissement d’une cartographie des zones transfrontières d’intervention prioritaire.
Les travaux de la réunion ont également abouti à une série de recommandations visant par exemple à assurer une utilisation opérationnelle de résultats des études, à impliquer les étudiants et les communautés locales dans le travail de cartographie, à tenir compte des techniques traditionnelles de restauration des écosystèmes et à établir des canaux de communication entre le projet BIOPALT et la classe politique pour les informer et les orienter régulièrement.

La réunion a aussi été l’occasion de lancer le comité scientifique et technique du projet. Il s’agit d’une équipe pluridisciplinaire d’experts spécialisés dans les domaines d’intervention du projet et représentative de la diversité des acteurs des cinq pays bénéficiaires du projet. Ce comité joue un rôle essentiel dans l’exécution des activités du projet. Il est l’instance consultative qui conseillera et orientera l’Unité de gestion du projet. Cette équipe est constituée des personnes suivantes :

  • Oumarou Ibrahim Hindou, Experte droit international et droit des peuples autochtones (Tchad)
  • Aboukar Mahamat,  socio-économiste (Cameroun)
  • Adeogun Paul F, Ecologue (Nigeria)
  • Amadou Boureima, Géographe, expert MAB (Niger)
  • Baba Mallaye, expert patrimoine mondial (Tchad)
  • Dimbele Michel Kombè, Hydo-géologue (RCA)
  • Ngounou Ngatcha Benjamin, Hydrologue (Cameroun)