Le Projet Hard Rain remporte un prix d'éducation de l’UNESCO par un éblouissant mariage de l’art et de la science

20 Octobre 2017

« Nous ne pouvons plus nous contenter de l’ordinaire » dit Mark Edwards, fondateur du Projet Hard Rain, l’un de trois lauréats du Prix UNESCO-Japon d’éducation en vue du développement durable (EDD) 2017. « Nos problèmes mondiaux sont trop graves. »

Financé par le gouvernement du Japon, le prix se compose de trois prix annuels de 50 000 dollars E.-U. remis à chaque lauréat.

Composé d’expositions, d’un film, de livres, d’un documentaire, un talk show et de matériels éducatifs, le projet britannique allie l'art et la science afin d’intéresser différents publics tout en traitant des défis entourant le développement durable.

D’une longueur de 60 mètres, l'exposition initiale Hard Rain qui crée le lien entre les paroles de la chanson iconique de Bob Dylan « A Hard Rain’s A-Gonna Fall » et une série de photographies de Mark, est une expérience touchante qui montre combien nos problèmes sont liés par des liens de causalité et doivent donc être traités ensemble.

Depuis son début en 2006, environ 15 millions de personnes ont vu l'exposition dans plus de 150 endroits d’Europe, des États-Unis, d’Afrique et d’Asie, et des dizaines de milliers des gens ont réagi par e-mail au projet.

L'exposition qui lui fait suite, WHOLE EARTH ?, née des débats suscités par ces courriers, se concentre sur les possibilités qu’offrent les Objectifs de développement durable (ODD) dans les domaines du climat, de l’énergie, de l’eau douce, des océans, de l’agriculture, de la pauvreté et de l’éducation, ainsi que sur les façons d’y participer. Elle a été présentée dans plus de 50 universités d’Europe, d’Afrique et d’Asie, d’autres endroits étant prévus en Europe, aux États-Unis et en Amérique du Sud.

Mark est le premier photographe à s’être spécialisé dans les questions d’environnement et de développement et il a passé 30 années à voyager dans plus de cent pays. « J’ai eu connaissance des ODD par des personnes qui sont à la pointe du débat. Dans nos expositions, l’idée est de donner la parole à ces personnes et de travailler avec des personnalités des arts et des sciences, avec des étudiants, afin d’atteindre un large public et de montrer les solutions que recèlent nos problèmes planétaires. »

Les expositions, les livres et le talk-show de Mark montrent comment « Nous pouvons réinventer le monde moderne afin qu’il soit compatible avec la nature. Nous pouvons tous adopter un mode de vie plus durable, mais nous devons aussi renforcer la détermination des dirigeants politiques à agir en faveur de l'avenir. Ils veulent contribuer à créer un monde sûr - ils ont des enfants et des petits-enfants, mais ils ont besoin d’un large soutien du public pour opérer cette transition extraordinaire vers un monde plus durable. »

Malgré le nombre important de visiteurs aux deux expositions, c’est par la vente des photos de Mark que le Projet Hard Rain a été en grande partie financé jusqu'à présent.

« Ce prix est absolument extraordinaire. C’est vraiment utile d'avoir l’approbation de l’UNESCO et le financement va nous permettre de nous mettre au travail sur notre prochaine exposition, qui est située dans un labyrinthe. Et nous pouvons aussi rénover notre horrible site Internet !

« Le Labyrinthe Whole Earth (terre entière) va donner vie aux ODD. Pour atteindre ces objectifs, il faut trouver les solutions aux problèmes mis en évidence par l'exposition initiale Hard Rain. La pauvreté, la faim, les changements climatiques, les inégalités et la destruction des écosystèmes figurent parmi les défis que les gouvernements de la planète se sont engagés à traiter à l’horizon 2030.

« Les visiteurs sont touchés au point de laisser des commentaires et de revenir. Le chemin incertain à l’intérieur du Labyrinthe ajoutera un élément supplémentaire d’amusement et d'interactivité à l'exposition. Les passages dans le Labyrinthe symbolisent les Objectifs.

« Les impasses illustrent pour les visiteurs nos problèmes actuels ; le fait de prendre un mauvais virage place le visiteur face à un problème de développement durable, et ce de façon originale. Arrivés au cœur du labyrinthe, les visiteurs verront des solutions testées – mises en place par des gouvernements, des entreprises, la société civile et des citoyens - qui montrent comment on peut effectivement réaliser les Objectifs. Les visiteurs se perdront, retrouveront leur chemin et repartiront transformés ! »

La cérémonie de remise des prix aux lauréats aura lieu au Siège de l’UNESCO, à Paris, le 3 novembre 2017. Comme pour tous les lauréats du Prix UNESCO-Japon, l’UNESCO invitera le Projet Hard Rain à rejoindre ses Réseaux de partenaire du Programme d’action global sur l’EDD (GAP) afin d’encourager une étroite collaboration sur le long terme.