Un projet lauréat d’un prix UNESCO apporte la liberté et l’égalité aux garçons et aux filles en classe

29/11/2019

Un programme holistique visant à combattre les stéréotypes sexistes et à créer un espace pour l’égalité en classe pour tous les âges a été récompensé de l’édition 2019 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes.

Le projet lauréat, intitulé SKOLAE: Berdin Bidean Creciendo en Igualdad (Grandir dans l’égalité), est un programme scolaire mixte novateur mis au point par le Département d’éducation du Gouvernement de Navarre, en Espagne.

Maria Chivite Navascués, la présidente de la région espagnole de Navarre, a reçu le Prix au nom du Département d’éducation lors de la cérémonie annuelle de remise du Prix au Siège de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée internationale de la fille, le 11 octobre 2019. Organisée dans le cadre de l’événement spécial « L’éducation des filles : une force pour l’égalité des genres et un changement durable », la cérémonie a attiré plus de 600 participants et donné lieu à des messages de Peng Liyuan, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour la promotion de l’éducation des filles et des femmes, et de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Atteindre l’égalité des genres en classe et au-delà

SKOLAE apprend aux élèves à reconnaître, comprendre et lutter contre les inégalités dans tous les domaines, notamment le genre, la culture, la religion, la classe sociale et l’orientation ou l’identité sexuelle. Le programme élargit la portée de l’éducation complète à la sexualité et l’intègre dans le curriculum à tous les niveaux.

Bien qu’étant destiné à être mis en œuvre en classe, le programme SKOLAE s’attache à faire participer toute l’école, les familles et l’ensemble de la communauté dans le but de prévenir toutes les formes de violence contre les filles et les femmes et de réfléchir aux moyens d’atteindre l’égalité entre les sexes.

« Les enseignants ont observé une amélioration des niveaux de confiance des filles et rapportent que tous les élèves ont la possibilité de s’exprimer, librement et ouvertement, sur des sujets auparavant difficiles et tabous », a dit la coordinatrice du programme SKOLAE.

Le programme offre aux élèves de 3 à 18 ans des activités éducatives personnalisées et adaptées à l’âge dans différentes matières. Par exemple, un cours d’activité physique peut inclure une activité visant à remettre en question l’idée que les filles ne peuvent pas pratiquer des sports.

Depuis son premier programme pilote en 2017, 2 303 enseignants (dont 495 hommes) ont suivi la formation complète nécessaire pour enseigner le programme. Aujourd’hui, il est enseigné dans 116 écoles – 30 % de l’ensemble des écoles de la région – et plus de 17 000 élèves en ont déjà bénéficié. Le Gouvernement de Navarre prévoit de déployer SKOLAE dans toutes les écoles de la région d’ici à 2021.

Encourager l’apprentissage et la réflexion critiques pour le changement

« On insiste beaucoup sur le développement de la réflexion critique afin de donner aux élèves les moyens de remettre en question les stéréotypes dominants et de réfléchir aux différences culturelles qui peuvent exister à la maison ou ailleurs », a dit la coordinatrice du programme.

Toutes les activités menées dans le cadre du programme fournissent aux élèves des modèles, des pistes de réflexion, des expériences éducatives et des processus d’apprentissage individuels et collectifs.  Cela contribue au développement de relations émotionnelles, sociales et sexuelles égales et respectueuses, tout en renforçant l’autonomie, la réflexion critique et les compétences en leadership des élèves.

La méthode a été adaptée à chaque tranche d’âge en mettant l’accent sur la pratique plutôt que sur la théorie. Par exemple, tandis que les plus jeunes pourront apprendre l’égalité par le biais de leur famille ou d’histoires telles que des contes de fées, les élèves de niveau primaire se pencheront sur des thèmes tels que l’amour, la jalousie, la possessivité et les réseaux sociaux.

À mesure que les élèves grandissent et envisagent les relations et les questions complexes telles que la défense de la liberté et de la sécurité des filles, le programme introduit des activités visant à promouvoir la masculinité positive, par exemple.

Comme l’explique la coordinatrice du programme, « les données recueillies à l’issue de la phase pilote du programme montrent que des changements concrets et positifs se produisent dans la culture de la salle de classe. »

En savoir plus