Le projet pilote de Passeport UNESCO des qualifications pour les réfugiés et les migrants vulnérables est lancé en Zambie

25/11/2019

Du 27 octobre au 3 novembre 2019, avec le soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et en collaboration avec les évaluateurs de qualifications de l’Agence norvégienne pour l’assurance qualité dans l’enseignement (NOKUT) et de l’Autorité des qualifications de la Zambie (ZAQA), l’UNESCO a conduit la première série d’entretiens avec les candidats au Passeport des qualifications dans le camp de réfugiés de Meheba, situé dans la province nord-occidentale de la Zambie.

Les réfugiés du camp avaient de fortes attentes concernant ces entretiens : sur 61 candidatures, 29 entretiens ont été menés (faute de temps) pour la première série. Durant les entretiens, les qualifications de 11 candidats ont été attestées et ces derniers recevront un Passeport UNESCO des qualifications, comme l’avait annoncé la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, lors de la Réunion ministérielle sur l’inclusion et la mobilité dans l’enseignement supérieur à la Conférence générale. L’UNESCO est convaincue que ce nouvel outil – une méthode d’évaluation des qualifications basée sur des entretiens – aidera les réfugiés à démarrer une nouvelle vie dans leur pays d’accueil.

Les chiffres du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés montrent qu’à la fin de l’année 2018, environ 22 000 personnes vivaient dans le camp de Meheba, parmi lesquelles 12 305 réfugiés et 9 122 anciens réfugiés. Pendant la mission, les réfugiés du camp ont montré leur intérêt pour le Passeport UNESCO des qualifications, y voyant un outil précieux qui pourrait les aider à construire leur résilience. Le Commissaire pour les réfugiés de la Zambie et les responsables locaux pour les réfugiés du Ministère zambien de l’Intérieur se sont dits confiants dans l’intérêt du Passeport UNESCO des qualifications en tant qu’outil susceptible d’aider les réfugiés à reprendre leurs vies.

Le Passeport UNESCO des qualifications pourrait devenir un dispositif visant à aider les autorités locales à créer un environnement plus inclusif pour les réfugiés, leur permettant de poursuivre leurs études et/ou de chercher des opportunités d’emploi.

En savoir plus sur le Passeport UNESCO des qualifications pour les réfugiés et les migrants vulnérables