Un projet visant à doter les filles de compétences numériques reçoit le Prix pour l’éducation des filles et des femmes

28/11/2019

Un projet costaricain visant à autonomiser les filles issues de milieux vulnérables en Amérique centrale grâce aux technologies numériques a été récompensé de l’édition 2019 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes.

Le projet lauréat, La Voz de las Chicas del Centro de América (La voix des filles d’Amérique centrale), a été conçu par Sulá Batsú, une coopérative costaricaine qui vise à encourager et renforcer le développement local.

Le Prix a été remis lors d’une cérémonie officielle qui s’est tenue au Siège de l’UNESCO à l’occasion de la Journée internationale de la fille, le 11 octobre 2019. Organisée dans le cadre de la manifestation spéciale intitulée « L’éducation des filles : une force pour l’égalité des genres et un changement durable », la cérémonie a attiré plus de 600 participants et donné lieu à des messages de Peng Liyuan, l’Envoyée spéciale de l’UNESCO pour la promotion de l’éducation des filles et des femmes, ainsi que de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Faire entendre les voix des filles d’Amérique centrale

Le projet offre à des filles d’Amérique centrale âgées de 12 à 18 ans et issues de milieux vulnérables la possibilité de participer à des ateliers et des formations extracurriculaires sur les technologies numériques.

« Bon nombre de filles avec lesquelles nous travaillons vivent dans des conditions très difficiles », a dit Kemly Camacho, coordinatrice générale à Sulá Batsú. « Certaines sont originaires de régions gravement touchées par la pauvreté, souffrent de malnutrition et de négligences de la part de leurs familles, et la plupart sont victimes de harcèlement sexuel. » Les dépenses liées à leur participation sont couvertes et les mères qui viennent avec leurs enfants bénéficient de logements adaptés.

« La plupart des filles que nous formons sont allées à l’école primaire mais nombre d’entre elles n’atteignent pas l’école secondaire car elles doivent travailler à la maison ou à l’extérieur. Elles attendent de se marier et d’avoir des enfants plutôt que de faire carrière. »

Grâce aux outils numériques, les filles améliorent leur confiance en elles, font entendre leurs voix et développent des compétences qui leur permettent de contribuer à leurs communautés et de gagner leur vie.

Le projet, qui connaît aujourd’hui un grand succès dans cinq autres pays de la région, met l’accent sur la musique numérique, le journalisme communautaire, l’élaboration de prototypes technologiques et le développement de codes, et comprend notamment un programme spécifiquement conçu pour les mères. Chaque formation peut être adaptée aux différentes tranches d’âge et s’attache à donner aux filles les moyens de trouver des solutions aux problèmes ou aux besoins qu’elles ont identifiés dans leurs communautés.

Créer des solutions pour les communautés

Depuis son lancement en 2016, plus de 4 000 filles ont bénéficié des formations et mis au point plus de 300 prototypes technologiques ainsi que plusieurs autres solutions numériques et audiovisuelles.

Par exemple, un groupe de dix filles de communautés costaricaines ont mis au point un prototype de petit dispositif. L’appareil se fixe sur une boucle d’oreille ou un collier, et se connecte au téléphone portable de la personne qui le porte pour enregistrer les incidents de harcèlement sexuel tout en envoyant un signal d’appel à l’aide à cinq contacts présélectionnés dans le répertoire du téléphone.

« Une fois que les filles ont mis au point un prototype comme celui-ci, nous essayons de les mettre en relation avec des femmes ingénieures en informatique qui se portent volontaires pour développer le logiciel avec elles », a dit Kemly.

Parmi les autres créations figurent la mise au point d’un site de vente en ligne pour les filles qui vendent des œuvres d’art et une initiative de dictionnaire féministe appelée Palabras que transforman (Des mots qui transforment).

Kemly espère élargir le réseau du projet et accroître les opportunités des filles dans la région.

« Ce Prix est important car il souligne non seulement les conditions vraiment difficiles que ces filles doivent surmonter pour réaliser des choses incroyables, mais aussi le potentiel et le dynamisme de la région de l’Amérique centrale. »

Créé en 2015 avec le généreux soutien financier du Gouvernement de la République populaire de Chine, le Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes est remis chaque année à deux lauréats, qui recevront un montant de 50 000 dollars chacun afin de poursuivre leurs travaux dans le domaine de l’éducation des filles et des femmes.

Le Prix contribue directement à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030, en particulier à l’Objectif de développement durable 4 sur l’éducation et à l’Objectif 5 sur l’égalité entre les sexes. Il joue un rôle unique pour mettre en valeur les projets fructueux qui encouragent et améliorent les perspectives d’éducation des filles et des femmes et, par conséquent, leur qualité de vie.

En savoir plus