News

Promouvoir les initiatives de protection et de développement des peuples autochtones du TNS, le projet CAWHFI et la FTNS s’y investissent !

07/04/2020
YAOUNDE, Cameroun

Le Tri-national de la Sangha est un complexe forestier transfrontalier partagé entre le Cameroun, le Congo et la République centrafricaine (RCA). Ce site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2012 est particulièrement réputé pour son potentiel floristique et faunique, mais également pour les peuples autochtones (couramment appelés Baka, BaAka, Mbenzele, etc.), peuples de forêt qui y vivent. Le projet CAWHFI (Initiative pour le patrimoine mondial forestier d'Afrique centrale) subventionne à travers la Fondation pour Tri-national de la Sangha (FTNS), plusieurs initiatives visant à garantir le bien-être et le développement de ces peuples.

 

Dans le segment Cameroun du TNS, les activités du projet ont contribué à la prise en compte des droits coutumiers et ancestraux ainsi qu’à une meilleure participation des peuples Baka dans la gestion du parc national de Lobéké. Précisément, un mémorandum d’entente a été signé en août 2018, entre le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) et les populations Baka pour organiser l’accès de ces derniers dans les espaces ressources situés dans le parc national de Lobéké et garantir leur implication dans la gestion des activités du parc. Plusieurs supports de communication sur les coutumes et rites de ces peuples ont également été produits pour sensibiliser les responsables des aires protégées, les concessions forestières et de chasse.

 

Dans le segment RCA du TNS, la FTNS a également fourni un appui complémentaire pour la mise en place du Centre des Droits de l’Homme de Bayanga afin de promouvoir les droits de la population BaAka de Dzanga-Sangha. Dans ce cadre, plusieurs émissions radiodiffusées et interactives sur les thématiques clés liées aux instruments juridiques et au respect des droits de l’homme ont été réalisées, l’assistance juridique à une dizaine de BaAkas victimes d’abus autour du parc national de Dzanga Ndoki a été offerte, plus de 130 actes de naissance ont été établis en faveur des BaAkas, des BaAkas ont été recrutés dans le corps des écogardes, plusieurs colonies de vacances ont été organisées en faveur des jeunes BaAkas pour faciliter le transfert de connaissances intergénérationnelles.

 

Ainsi le projet CAWHFI et la FTNS ne contribuent pas seulement à la protection de la biodiversité dans le TNS mais aussi à la prospérité de ces communautés donc l’implication dans sa gestion durable est essentielle.