Story

Quand la distanciation sociale se heurte à la sociabilité caribéenne

01/04/2020
03 - Good Health & Well Being
11 - Sustainable Cities and Communities

La plupart des petits États insulaires en développement des Caraïbes ont une population relativement petite : Le Bélіzе a une population d'environ 400 000 habitants et Aruba en compte un peu plus de 100 000.

Dans ce contexte, les membres de la communauté créent des liens solides entre eux et іnévіtаblement interagissent les uns avec les autres dans les espaces sociaux et culturels communs.

Les réunions quotidiennes ont compté avec des échanges très expressifs et délibérés de "gооd-mоrnіngѕ, bоn tаrdі, Yеѕ І'ѕ, Whаt'ѕ uр, wah gwaan" accompagnés d'embrassades, et de différentes poignées de main.

Les cultures des Caraïbes ont décidé de se rassembler comme pour jouer aux dominos dans le jardin du voisin, pour faire des barbecues ou pour se rencontrer en grands groupes, par exemple à l'église, dans des festivals communautaires, des concerts et des fêtes de rue.

Nigel Encalada, directeur de l'Institut pour la recherche sociale et culturelle du Bélize (ISCR)

Tous les événements et les lieux sont des lieux où les normes, la langue et les expressions culturelles sont présentées sous leurs formes les plus complètes.

Pendant la crise sanitaire mondiale, avec l'introduction de la mesure de précaution de "distanciation sociale" qui limite la propagation du virus COVID-19 par des gouttelettes d'une personne à l'autre, toutes ses normes et expressions sociales et culturelles ont été suspendues.

Le COVID-19 a un impact sur la dynamique socioculturelle

Malgré la "distanciation sociale", les gens semblent se socialiser davantage, ils préoccupent  des personnes âgées,  les appellent plus souvent et  vérifient si elles  ont de la nourriture, de l'eau et des désinfectants. Cela modifie légèrement la culture, car les gens sont très préoccupés par la gravité du virus. Et cela nous fait comprendre que nous devons nous préoccuper les uns des autres et que nous devons nous tendre la main - même si nous gardons la distance recommandée, les gens ont besoin les uns des autres à tout moment.

Nous n'avons pas l'habitude de cela. Dans ma culture, ici en Jamaïque, nous aimons nous serrer les uns contre les autres, nous aimons être proches, donc il nous faut quelques temps pour comprendre cette pratique de garder la distance. Dans ma communauté, les gens prennent certaines précautions maintenant, mais il leur a fallu un certain temps pour s'adapter. Cela nous fait prendre conscience de notre vulnérabilité. Je passe beaucoup plus de temps avec ma mère maintenant qu'auparavant quand je devais aller travailler

Ian de St. Catherine's, Jamaïque

Remodeler la culture familiale

La culture des Caraïbes est également connue pour ses liens familiaux étroits.

Malgré la diversité des structures familiales, il n'est pas rare de constater des interdépendances sociales et économiques entre les membres de la famille élargie. Les grands-parents, les enfants, les cousins, les oncles et les tantes vivent à proximité les uns des autres ou partagent la même  maison. 

Avant l'arrivée du Covid-19, les membres de la famille qui vivaient près les uns des autres étaient habitués à se rencontrer presque quotidiennement. Maintenant, avec la situation du coronavirus, la dynamique sociale a changé.

J'ai observé deux cousins qui se sont rencontrés au supermarché. Bien qu'ils aient une relation très forte, lorsqu'ils se sont vus pour la première fois, ils ont dû s'arrêter, presque de façon embarrassante, pour réfléchir à la façon dont ils pourraient se saluer sans les habituelles embrassades et conversations. Bien qu'ils soient de la même famille, ils doivent se comporter comme des étrangers. Beaucoup de gens vivent la même expérience et, lentement, parfois maladroitement, ils doivent négocier la situation sociale et culturelle pour s'y adapter.

Nigel Encalada

D'autre part, la pratique de "ѕосіаl dіѕtаnсіng" pourrait rеіnfоrсe ехрrеѕѕіоnѕ, pratiques et liens ѕociaux dans les familles. Fаmіlіеѕ pourra utiliser des solutions créatives pour maintenir et éduquer les enfants tout en restant à la maison. Les mères, les pères, les grands-parents, ont désormais plus de temps à passer avec les enfants à la maison pour préparer et partager les repas et redécouvrir la culture familiale.

Comme l'ont montré les effets des récents ouragans, la culture est essentielle pour renforcer la résilience des communautés des Caraïbes en temps de crise. L'aliénation sociale à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui en raison de la pandémie, ainsi que la perte des moyens de subsistance et des opportunités économiques associées aux industries culturelles, y compris le tourisme, constituent un défi supplémentaire, en particulier à mesure que les relations au sein des familles, des quartiers et des communautés plus importantes changent. Cependant, nous pouvons nous attendre à un meilleur transfert des connaissances et des pratiques traditionnelles du patrimoine culturel vivant, à un boom de la créativité et à une augmentation de l'accès numérique aux ressources culturelles grâce à une manière différente d'interagir avec les gens.

La culture nous rend résistants

L'UNESCO, en tant qu'Organisation des Nations Unies pour la culture, s'est donné pour mission de promouvoir l'accès à la culture pendant cette période d'isolement et de confinement. La campagne des médias sociaux de l'UNESCO #ShareCulture encourage les gens du monde entier à partager leur culture et leur créativité en ligne. Des efforts supplémentaires visent à accroître l'accès à la culture et à soutenir la protection des artistes, afin de s'attaquer aux causes profondes de la crise actuelle à laquelle la culture est confrontée.

Aujourd'hui, plus que jamais, les gens ont besoin de culture. La culture nous rend plus résistants. Elle nous donne de l'espoir. Elle nous rappelle que nous ne sommes pas seuls. C'est pourquoi l'UNESCO fera tout son possible pour soutenir la culture, pour sauvegarder notre patrimoine et pour donner aux artistes et aux créateurs les moyens d'agir, aujourd'hui et après la fin de cette crise.

Dans les moments de crise, les gens ont besoin de la culture

L'article, écrit par Catherina Schönhammer (UNESCO), a été inspiré par Nigel Encalada, Directeur de l'Institut de recherche sociale et culturelle (ISCR) de l'Institut national de la culture et de l'histoire (NICH) du Bélize. Encalada est un facilitateur pour la Convention de l'UNESCO de 2003 sur le patrimoine culturel immatériel.