News

Alors que la COVID-19 menace le patrimoine vivant autour du lac Tchad, les femmes réagissent

06/08/2020

Hindou Oumarou Ibrahim est une femme de la communauté pastorale Mbororo au Tchad. En tant qu'éleveurs nomades résidant à l'extrême ouest du pays, près du lac Tchad, sa communauté a développé un ensemble de pratiques traditionnelles et de connaissances en matière de prévisions météorologiques, basées sur leurs interactions, au fil des générations, avec leur milieu de vie. Pendant les périodes de sécheresse ou de phénomènes météorologiques inattendus, la communauté Mbororo se tourne vers ses connaissances pour s'adapter aux changements saisonniers, parcourant souvent de vastes distances dans le Sahel semi-aride à la recherche d'eau et de pâturages. Aujourd'hui, Ibrahim s'efforce de donner aux peuples autochtones les moyens de se faire entendre et d'assurer leur inclusion dans les plateformes internationales. Elle est présidente de l'Association des femmes et des peuples autochtones du Tchad (AFPAT) et est actuellement membre de l'Instance permanente des Nations unies pour les questions autochtones et avocate des objectifs de développement durable des Nations unies. Elle a collaboré avec l'UNESCO pour réaliser une cartographie participative en 3D de la région désertique du Sahel au Tchad, où quelque 250 000 Mbororos vivent de l'élevage et de l'agriculture de subsistance. Elle est également membre du comité technique et scientifique du projet BIOPALT-UNESCO.

Elle s'est entretenue récemment avec l’équipe du secteur de la culture de l’UNESCO sur l'expérience de sa communauté face à la pandémie COVID-19, sur la manière dont celle-ci a affecté le mode de vie de sa communauté, ainsi que sur leurs connaissances et leurs pratiques culturelles liées à l'environnement naturel et au changement climatique.


© ami_vita

Comment la pandémie de coronavirus affecte-t-elle votre communauté et son patrimoine vivant ?

J'ai très peur pour ma communauté parce que nous sommes principalement des pasteurs et que nous dépendons des saisons. Durant la saison sèche, nous migrons vers d'autres régions et parfois vers d'autres pays - en fait la plupart du temps - puis nous revenons dans notre région ou dans notre pays. Ainsi, avec le verrouillage des frontières et des régions, beaucoup de bétail sera bloqué et ne pourra pas traverser les frontières. Bien que l'écosystème du Sahel soit très fragile, vous ne pouvez pas le contrôler, ça va être très mauvais... tout le bétail va mourir, les communautés vont se battre entre elles pour accéder aux ressources, il n'y aura pas assez d'eau à boire. Ce sont vraiment les grandes conséquences dont j'ai peur. Nous ne pouvons pas contrôler la saison, tout comme nous ne pouvons pas contrôler le coronavirus. Nous ne pouvons pas simplement dire que nous allons arrêter la saison des pluies jusqu'à ce que cette pandémie soit terminée pour que nous puissions produire les pâturages ou l'eau.

Une autre conséquence est que les gens n'ont pas accès à l'eau potable pour boire, donc ils ne peuvent pas accéder à de l'eau propre pour se laver les mains. Vous ne pouvez pas leur demander d'utiliser du savon toutes les quatre heures, c'est totalement impossible. Et puisqu’ils n’ont pas accès au marché pour échanger leurs produits, la sécurité alimentaire est un vrai problème, c'est une conséquence majeure et cela va nuire aux personnes très fragiles.

La communauté manque également d'informations sur la pandémie. Toutes les informations sont données en ville, par les réseaux sociaux, la télévision, la radio et dans les principales langues : l'arabe et le français. Mais les gens ne parlent pas toujours l'arabe ou le français, donc ils ne peuvent pas avoir accès à ces informations. Ils ne savent pas quoi faire, ils ne savent pas ce qui se passe, donc ils ne peuvent pas éviter la maladie.

Comment la culture et le patrimoine peuvent-ils être une source de résilience pendant une telle crise ?

Les gens se tournent vers leurs traditions et leur médecine traditionnelle. Nous utilisons toujours notre médecine traditionnelle pour nous soigner. Chez nous, au sein de la communauté, si vous avez de la fièvre ou si vous avez mal à la tête, il existe des plantes que vous pouvez utiliser. Nous ne pouvons peut-être pas guérir le COVID-19, mais les gens se tournent beaucoup vers la médecine traditionnelle pour soigner les symptômes qu'ils ont dans leur vie quotidienne. Bien qu'ils ne puissent pas aller à l'hôpital parce que tout est confiné, ils se protègent et se tournent vers les connaissances traditionnelles qu'ils possèdent. J'ai trouvé cela très intéressant car même la médecine moderne est basée sur les plantes de la Terre et cela peut peut-être aussi aider les gens à protéger l'environnement dans lequel ils vivent. Ils le font beaucoup dans ma communauté et j'espère que les personnes qui ont ces connaissances peuvent les partager avec d'autres et que cela peut être une des solutions.

Un autre exemple, lorsque je parlais à un chef de communauté, est celui de l’entraide envers les personnes âgées ont besoin de plus de soutien. Ainsi, lorsque les gens ont de la nourriture, ils doivent l'apporter aux plus vulnérables. C'est la merveilleuse culture de la communauté : vous ne pouvez pas manger seul ; si vous avez de la nourriture et que quelqu'un n'en a pas, vous devez décider de donner la priorité aux enfants, puis aux personnes âgées. Cette culture du partage est tellement utile, même avant la COVID-19, et maintenant les gens reviennent à ce genre de culture.

Pouvez-vous établir des parallèles entre la pandémie actuelle et d'autres crises contemporaines auxquelles nous sommes confrontés, comme le changement climatique ?

Le changement climatique et la COVID-19 ont quelque chose en commun : le leadership des femmes est essentiel. Parce que les femmes se battent beaucoup : dans ma communauté, elles luttent contre le changement climatique et elles sont des novatrices. Elles savent comment partager toutes les ressources, ce qu'il faut protéger, comment le faire. Maintenant, pendant la pandémie COVID-19, même dans les pays développés, quand vous allez à l'hôpital, les infirmières, la plupart d'entre elles sont des femmes. Ce sont les femmes qui travaillent pour s'occuper des autres, comme cuisinières, enseignantes. Elles sont des novatrices dans les pays développés tout comme dans les communautés. Et c'est une chose positive. Si nous pouvons tourner le leadership vers les femmes, alors je pense que nous pouvons sauver le monde. Lorsque vous observez les communautés et les gens en général, les femmes vivent en harmonie avec notre nature. Elles protègent non seulement notre environnement, mais aussi notre santé.

La crise sanitaire nous a également fait prendre conscience à quel point notre santé dépend de l'environnement. La nourriture que nous mangeons partout dans le monde - dans les pays développés ou en développement - repose sur le partage des ressources naturelles. Par exemple, les frontières ont été fermées, mais le transport de denrées alimentaires a quand même été autorisé, car nous avons constaté que nous ne sommes pas autosuffisants, mais que nous dépendons de l'environnement des autres. Ainsi, la protection de l'environnement devient de plus en plus évidente pour tout le monde.

Nous pourrions donc tirer de nombreux enseignements de la pandémie de COVID-19. L'espoir et la solidarité, les valeurs humaines peuvent nous aider à transformer notre monde de manière positive - et les femmes leaders bien sûr !

Avez-vous un message pour les autres acteurs et communautés du patrimoine vivant concernant l'avenir après la pandémie ?

Pour l'avenir, je pense que la crise nous a fait apprécier notre humanité et nous a donné de l'espoir. Nous comprenons la nécessité de vivre ensemble et le fait que nous dépendons les uns des autres. Vivre dans la solidarité, l'harmonie, le partage au sein des familles et entre les communautés. Cela protège notre santé mais aussi l'environnement.

Si le monde est intelligent, nous pouvons tirer les leçons de la pandémie de COVID-19. Les gouvernements du monde entier ont pu mobiliser des milliards et des milliards en un mois. Donc, s'ils injectent cet argent dans la bonne économie, en utilisant par exemple les SDG, cela peut aider à rééquilibrer le climat. Si nous comparons la pandémie de COVID-19 et le climat, nous verrons que les deux augmentent l'insécurité alimentaire, les vulnérabilités, le manque d'adaptation, et qu'aucun des deux ne reconnaît de frontières. Nous pouvons construire un grand leadership et dire "hey les amis, si nous avons réussi à répondre à la COVID-19, nous pouvons aussi répondre au changement climatique et si nous voulons améliorer notre santé, nous devons protéger l'environnement.

La conversation a été modifiée pour la longueur et la clarté.

Pour en savoir plus