Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Rencontrez les championnes et les champions qui font avancer l’éducation des filles à travers le monde

09 Octobre 2019

Au delà des frontières et des cultures, l’éducation a le pouvoir de donner les moyens aux filles d’être une force de changement, d’innovation, de croissance économique, de transformation sociale et de bien d’autres choses.

La nouvelle campagne de l’UNESCO pour la journée internationale de la fille célèbre la GirlForce à travers ceux qui œuvrent pour que les filles et les jeunes femmes puissent réaliser leur potentiel dans et par l’éducation. Elle rend hommage aux filles qui, à travers l’éducation, ont réussi à passer outre les normes de genre et les préjugés pour réaliser leurs rêves et mener des vies meilleures.

Du Népal au Costa Rica, en passant par la Jordanie et l’Ethiopie, venez à la rencontre de la GirlForce, les héroines et les héros, engagées et engagés à travers le monde pour donner le pouvoir aux filles par l’éducation.

L’UNESCO est aux côtés de la GirlForce pour que les filles et les femmes puissent exercer pleinement leur droit de participer, d’accomplir et de bénéficier d’une éducation de qualité.

Engagez-vous dans la campagne de l’UNESCO #SonEducationNotreAvenir.

Je m’appelle Rachidatou. Je suis première de ma classe au Burkina Faso et je veux devenir infirmière pour aider ma famille et ma communauté. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Nadia. Je suis née en Afghanistan et j’ai grandi au Danemark. J’ai réalisé mon rêve de devenir footballeuse professionnelle. Je suis fière d’être Championne de l’UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Bridget. À l’école, j’ai appris que les sciences n’étaient pas aussi difficiles que je l’imaginais. Maintenant, je veux être médecin, la meilleure du Ghana, ou même du monde, pour aider les autres. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Gumi. Je suis l’élève la plus agée de mon cours d’alphabétisation au Népal. Avant, je ne pouvais même pas écrire mon nom, mais maintenant je sais lire et écrire et utiliser un téléphone portable. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Magdalena. Je m’investis pour que les adolescentes et les femmes autochtones au Guatemala poursuivent leurs études et acquièrent les compétences pour être financièrement indépendantes. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Merid. Je suis étudiant en Ethiopie et j’aide les filles de mon école à fabriquer des serviettes hygiéniques réutilisables pour qu’elles ne manquent pas les cours durant leurs règles. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Jenny. Je suis illustratrice au Costa Rica. À travers mes dessins, j’aide les filles à faire entendre leur voix et leur donne les moyens de penser et d’apprendre différemment. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Faezah. Je suis une enseignante afghane. Je travaille dans une école en Grèce pour aider les jeunes filles réfugiées à poursuivre leurs études et à continuer de rêver. J’agis pour les filles.

 

Je m’appelle Julen. Je me forme à l’éducation de la petite enfance en Espagne. Je pense que s’occuper des enfants et soigner les autres est une responsabilité partagée. Ce n’est pas réservé aux filles. Les garçons sont impliqués aussi. J’agis pour les filles.