Renforcer les capacités de la gestion du patrimoine culturel subaquatique des États arabes pour le développement durable

21/03/2021

Les États parties de la région arabe sont de plus en plus nombreux à rejoindre la Convention 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique, cela montre bien la richesse de ce patrimoine et l’intérêt croissant de la coopération internationale pour sa protection. Le Conseil consultatif scientifique et technique de la convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique, qui s’est réuni en Algérie en 2019, souhaite l’amélioration des activités de renforcement des capacités pour la gestion du patrimoine culturel subaquatique des Etats arabes.

 

Encouragé par le succès de la première session de formation des formateurs (ToT) en ligne sur la gestion du patrimoine culturel subaquatique et sur le développement durable dans les États arabes l’année dernière, l’UNESCO a organisé une deuxième session qui s’est tenu du 8 au 10 mars 2021. Elle était en partenariat avec le Centre d'archéologie maritime et du patrimoine culturel subaquatique (CMAUCH) de l'Université d'Alexandrie en Égypte où avait officiellement été créée la Chaire de l’UNESCO sur le patrimoine culturel subaquatique en octobre 2020.

La deuxième session s'est concentrée sur les thèmes de la conception de projets du patrimoine culturel subaquatique, de l'application des technologies numériques et du patrimoine culturel immatériel maritime. Les spécialistes du patrimoine culturel subaquatique (15 participants : 12 hommes et 3 femmes), originaires de 7 États arabes (Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Soudan et Tunisie), ont assisté à cette session et ont discuté du plan d'action pour l'éducation et la formation au patrimoine culturel subaquatique dans la région arabe, en identifiant les actions prioritaires aux niveaux national et régional.