Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Renforcer la pédagogie sensible au genre pour l’enseignement des STEM en Ouganda

22 Mai 2019

stem-uganda.jpg

Wavebreakmedia/Getty Images

En Ouganda, les filles sont particulièrement sous-représentées dans l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM). On constate une faible participation, de mauvais résultats et des taux d’abandon élevés. En 2014, un rapport gouvernemental a mis en évidence une forte baisse, entre 2009 et 2014, du pourcentage de filles passant des examens en biologie et mathématiques. Cet écart entre les sexes restreint le nombre de femmes qui embrassent des carrières dans les STEM. Par exemple, actuellement, moins d’un tiers des scientifiques en Ouganda sont des femmes.

Bien que le Gouvernement ougandais ait mis en place des mesures afin de remédier à cet écart, telles que la Politique sur l’égalité des genres dans l’éducation de 2018, les résultats des filles et des femmes aux examens nationaux dans les matières STEM continuent d’être plus faibles que ceux des garçons et des hommes. Les préjugés sexistes demeurent très répandus parmi les enseignants et constituent un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité des genres, ces derniers jouant un rôle crucial dans l’établissement des normes. En Ouganda, on assiste aujourd’hui à une dynamique en faveur du développement professionnel continu des enseignants visant à améliorer la qualité, la sensibilité au genre et le caractère inclusif de leur enseignement, en particulier dans les STEM. 

Le Programme de développement des capacités pour l’éducation (CapED) soutient l’Ouganda dans cet engagement en élaborant des directives nationales sur les moyens de mettre en œuvre des pédagogies sensibles au genre, conformément à la nouvelle Politique nationale de l’Ouganda sur les enseignants, qui a été mise au point avec le soutien de CapED et lancée en avril 2019. Les directives fournissent aux enseignants des connaissances de base sur les concepts liés au genre, ainsi que les compétences dont ils ont besoin pour mettre à profit ces pédagogies dans les activités d’enseignement et d’apprentissage, telles que l’élaboration des plans de cours et des programmes d’activités et la configuration des classes. Cela permettra aussi bien aux filles qu’aux garçons de participer pleinement à l’apprentissage des STEM et d’améliorer leurs résultats, de les encourager à étudier les matières scientifiques et éventuellement de les aider dans leurs choix de carrière. Les directives mettent également l’accent sur la gouvernance et les curricula et définissent les rôles et les responsabilités des parties prenantes, ainsi que les moyens de suivre et d’évaluer la mise en œuvre des pédagogies.

L’élaboration des directives a nécessité la tenue de consultations avec les acteurs concernés, tels que les enseignants de primaire et les directeurs d’école. Le document intègre par ailleurs le modèle de formation du Forum des éducatrices africaines (FAWE) sur la pédagogie sensible au genre, conçu pour aider les enseignants et les directeurs d’école à explorer les questions de genre en milieu scolaire.

En novembre 2018, les directives ont été élaborées et mises à l’essai par la formation de 94 enseignants en sciences du primaire et du secondaire à l’utilisation des pédagogies sensibles au genre appropriées et des compétences de pointe dans l’enseignement des STEM. La prochaine étape aura lieu en mai 2019, lorsque le Programme CapED, en collaboration avec le Ministère de l’éducation et des sports, entre autres partenaires, renforcera les capacités d’environ 478 formateurs d’enseignants en STEM dans la mise en œuvre des pédagogies sensibles au genre. À l’avenir, les directives seront officiellement publiées pour être diffusées plus largement.

 CapED Ouganda : Améliorer la qualité des enseignants en Ouganda grâce aux politiques relatives aux enseignants, aux cadres professionnels, au dialogue social et à la pédagogie sensible au genre.