La République de Slovaquie soutient l’action de l’UNESCO dans le domaine de l’eau en Afrique

14 Décembre 2018

focus_hyd_slovaquia_agreement_africa2.jpg

© UNESCO/Christelle ALIX

Lors d’une cérémonie au siège de l’UNESCO à Paris, son excellence M. Miroslav Lajčák, ministre des Affaires etrangères et européennes de la République de Slovaquie, et Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO ont signé un accord cadre de coopération pour un projet qui soutiendra l’accès à l’eau des communautés pastorales de la région du lac Turkana, au Kenya.

L’accord prévoit que le Ministère des affaires étrangères de la République de Slovaquie finance le projet via des aides au développement à la hauteur de 300.000 Euros, soulignant ainsi la capacité de l’UNESCO en tant qu’acteur de la politique de coopération de ses Etats membres.

La coopération débutée au Kenya porte sur les enjeux de l’accès à l’eau et sur le développement des capacités locales et régionales. Elle est centrée sur le maintien de systèmes d’eau actuellement en place, les ressources en eau et sur les systèmes photovoltaïques destinés notamment au pompage, ainsi que sur d’autres enjeux liés à la sécurité de l’eau. Le projet vise à soutenir les communautés pastorales résidant dans la région du lac Turkana. Il sera basé au Bureau de l’UNESCO à Nairobi. Grâce au projet financé par la Slovaquie, l’UNESCO continue à maintenir sa présence dans la région et pérennise son appui au Gouvernement kényan concernant les problèmes de sécheresse et de changement climatique dans les communautés les plus vulnérables du pays.

La République de Slovaquie a joué un rôle important dans la promotion des enjeux relatifs à l’eau au niveau international, tel que l’Objectif de développement durable 6 pour l’accès à l’eau et l’assainissement. Par exemple, lors de la présidence slovaque au Conseil de l’Union européenne, le pays a organisé la « Conférence sur l’eau et les villes » à Bratislava, Slovaquie, en octobre 2016, une session au Conseil européen pour présenter le Rapport mondial de l’évaluation des ressources en eau (WWDR), ainsi qu’une conférence au siège de l’UNESCO en décembre 2016.