Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

La résolution de l'UNESCO sur l'accès à l'information gagne du terrain à New York

17 Juillet 2019

news_170719_access_info_ny.jpg

Dee-Maxwell Saah Kemayah (père) et représentant de la société civile du Zimbabwe, Gilbert Sendugwa
© UNESCO

« En tant que pays confronté à un conflit et à une crise de santé publique majeure telle que la pandémie d'Ebola, le Libéria reconnaît la valeur de l'accès à l'information pour lutter contre des problèmes de cette ampleur et sait ce que le manque d'informations peut signifier pour une société - la différence entre la vie et la mort ».

Cette déclaration faisait partie des remarques liminaires prononcées lors d'une réunion à New York cette semaine par l'ambassadeur du Libéria auprès de l'ONU, S.Exc. Mr Dee-Maxwell Saah Kemayah, Sr.

Il présidait la première de plusieurs réunions visant à renforcer le soutien à l'Assemblée générale des Nations Unies en vue de faire du 28 septembre la Journée internationale de l'accès universel à l'information.

Les États membres de l'UNESCO ont décidé en 2015, par la résolution 38 C / 70, que le 28 septembre soit reconnu de cette manière. Maintenant, à la demande d'une coalition de la société civile appelée Plate-forme africaine pour l'accès à l'information, les États membres de l'ONU se mobilisent pour une résolution similaire.

Lors de la réunion de cette semaine à New York, des participants liés à divers États Membres, dont Cuba, le Costa Rica, l’Irlande, le Lesotho et la Sierra Leone, ont exprimé leur opinion favorable au regard de l’initiative.

L'ambassadeur Saah Kemayah Sr., encourageant l’initiative, a déclaré que l'objectif de développement durable 16.10.2 reconnaissait l'accès à l'information. Il a ajouté que cet objectif est également « un catalyseur de tous les autres objectifs de développement durable… aucun de ces objectifs ne peut être atteint sans accès à l'information ».

Guy Berger, Directeur de la liberté d'expression et du développement des médias à l'UNESCO, a également pris la parole. Il a présenté le contexte et la manière par lequel les États membres de l'UNESCO ont adopté cette journée et indiqué que d'autres parties de la famille des Nations Unies pourraient éventuellement être impliquées si l'Assemblée générale décidait de reconnaître cette date.

Berger a poursuivi en affirmant: "L'UNESCO est prête à continuer à augmenter le nombre de lieux où la Journée est célébrée avec impact, comme ce sera le 28 septembre prochain où au moins 20 pays commémoreront l'occasion".

En outre, le directeur de l'UNESCO a souligné l'utilité de la Journée afin de promouvoir le suivi des progrès accomplis dans la réalisation de l'ODD 16.10.2. Il a indiqué qu'il y aurait un événement parallèle au Forum politique de haut niveau des Nations Unies au cours duquel l'UNESCO publierait un rapport sur le suivi de ses garanties d'accès à l'information dans 43 pays.

S. Exc. Saah Kemayah Sr. a observé que le suivi et l'évaluation de l'accès à l'information peuvent améliorer la diffusion. Ce point a été repris par Massimo Tommasoli de IDEA, qui a déclaré: « La surveillance permet de contrôler la réalité des décisions politiques, qui se déroulent parfois sans preuves. C'est aussi un bon moyen de vérifier les performances ».