La Réunion mondiale sur l’éducation fixe le cap de l’éducation pour les quatre prochaines années

05 Décembre 2018

Réunissant à Bruxelles du 3 au 5 décembre les Ministres et représentants de plus de 60 pays, d’organisations multilatérales, de la société civile, de la profession enseignante, des jeunes et du secteur privé, l'UNESCO en sa qualité d’Agence spécialisée des Nations Unies, chef de file pour l'éducation dans l’Agenda 2030, a recherché le consensus sur la mise en place d’une plate-forme de partenariats pour l’éducation reposant sur la nécessité urgente de parvenir à un engagement mondial en faveur de l'éducation.

La Déclaration de Bruxelles, qui constitue la déclaration finale de la Réunion ministérielle et du Comité directeur, a été adoptée le 5 décembre 2018 à l’occasion de la Réunion mondiale sur l’éducation organisée par l'UNESCO, fixant le cap de l'éducation pour les quatre prochaines années, dans 8 domaines prioritaires:
1. Faire en sorte que les systèmes d’éducation et de formation soient plus équitables et inclusifs afin de « ne laisser personne de côté »
2. Éliminer l'analphabétisme
3. Inclure les migrants, les personnes déplacées et les réfugiés dans nos systèmes d’éducation et de formation
4. Offrir une éducation et une formation de qualité et sensibles au genre
5. Renforcer l'éducation à la citoyenneté mondiale et l’éducation en vue du développement durable
6. Offrir des systèmes d’éducation et de formation ouverts, flexible et réactifs, répondant aux nouveaux besoins de compétences
7. Améliorer les enseignants, les éducateurs, les formateurs et les directeurs d’école
8. Accroître l'investissement dans l'éducation

La présidente de l’ECOSOC, S.E. l’Ambassadrice Inga Rhonda King a déclaré : « dans les économies développées comme dans celles qui sont moins développées, les élèvent doivent être munis des compétences nécessaires pour négocier les défis imprévus qui les attendent. L’inadéquation des compétences existe à l’échelle mondiale, nécessitant des systèmes d’éducation et de formation de qualité, plus inclusifs et axés sur l’avenir ».

Stefania Giannini, Sous-Directrice générale pour l'Éducation de l'UNESCO a déclaré : « il est temps de rappeler qu’il subsiste de grands défis et ce dont nous avons réellement besoin pour s’y attaquer plus efficacement. En premier lieu, une volonté politique forte, deuxièmement une action collective, troisièmement un accroissement majeur des ressources. C'est la seule façon que nous avons d’honorer les promesses que nous avons faites : ne laisser personne de côté ».