Le rôle des professionnels des musées et du patrimoine culturel dans la lutte contre le trafic illicite

20/10/2021

Les 4 et 5 octobre 2021, un atelier UNESCO/ICOM, avec le soutien de l’Union européenne, a discuté du rôle des musées européens et des professionnels du patrimoine culturel dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels. En se référant au cadre juridique international, en particulier à la Convention de 1970 de l'UNESCO et à la Recommandation de 2015 de l'UNESCO sur les musées, l'atelier de renforcement des capacités a abordé des sujets allant de la gestion des collections et de la conservation préventive aux bonnes pratiques et aux outils visant à promouvoir la diligence requise et la recherche de la provenance, en passant par la coopération entre les musées et les forces de l’ordre et l'importance de la coopération internationale et de l'éducation.

Les participants ont souligné l'importance de la coopération inter- et transdisciplinaire, appelant les musées et les institutions du patrimoine culturel à apporter leur expertise aux opérations des forces de police, des douanes et du système judiciaire. L'unité de protection du patrimoine culturel des Carabinieri italiens et le mécanisme de coopération des Pays-Bas ont servi pour démontrer qu'une telle complémentarité peut favoriser la réussite des actions visant à contrer et à résoudre les affaires de trafic illicite. Pour tous les professionnels, des outils technologiques tels que l'application mobile ID-Art d'INTERPOL permettent la documentation ad hoc et le partage d'informations.

D’un point de vue interne, les professionnels des musées ont souligné leur engagement à appliquer la diligence requise à la gestion de leurs collections respectives, conformément au Code de déontologie de l'ICOM pour les musées. Un système d'inventaire minutieux et une gestion attentive des collections de musées sont non seulement essentiels pour sécuriser les objets culturels, mais également pour appliquer des normes éthiques grâce à la recherche de provenance.

Les participants ont souligné le rôle clé des musées dans la sensibilisation et l'éducation d'un large public. Des cours d'enseignement supérieur sont disponibles par le biais des chaires UNESCO et du réseau Unitwin de l'UNESCO, ainsi que des offres de développement professionnel continu par l'ICOM et d'autres organisations et réseaux spécialisés.

Disposer d'une expertise en matière de musées et de patrimoine s'est également avérée bénéfique - voire essentielle - pour assurer l'évaluation des certificats d'exportation et d'importation au niveau national, pertinents pour la Directive européenne sur la restitution des biens culturels ayant quitté illicitement le territoire d'un État membre (2014/60/UE), et à l'avenir, du Règlement européen sur l'introduction et l'importation de biens culturels (2019/880).

L'atelier de développement des capacités UNESCO/ICOM fait partie du projet UE/UNESCO en cours "Action interrégionale et transversale visant à renforcer la lutte contre le trafic illicite de biens culturels". Avec plus de 130 participants, l'atelier a attiré un public intéressé en Europe et bien au-delà. Les prochains ateliers de la série de projets porteront sur la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies dans les pays partenaires de l'instrument européen de voisinage (IEV) Sud (28 octobre 2021), et aborderont le rôle du secteur bancaire dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels.

Voir aussi: