Le rôle des TIC dans la réalisation de l’ODD 4 a été réaffirmé à l’occasion de la cérémonie de remise des prix pour l’utilisation des TIC dans l’éducation

12 Mars 2018

La 9ème cérémonie de remise de l’édition 2017 du Prix UNESCO-Roi Hamad Bin Isa Al-Khalifa s’est tenue le 7 mars 2018 au Siège de l’UNESCO à Paris, en présence de la Directrice générale de l’UNESCO Madame Audrey Azoulay et de S.E. Jawad bin Salem Al Arrayed, Vice Premier ministre du Royaume du Bahreïn. La cérémonie a rassemblé plus de 500 participants, notamment des hauts responsables gouvernementaux, des sociétés privées et des experts venus assister à la remise du prix aux deux projets lauréats du Maroc et de l’Inde désignés par le jury international pour leur contribution remarquable au domaine de l’utilisation innovante des TIC dans l’éducation. Mme Zohour Alaoui, Présidente de la Conférence générale, M. Lee Byong-hyun, Président du Conseil exécutif, M. Saïd Amzazi, Ministre de l'éducation du Maroc et M. Hussain Ibrahim Al Hammadi, Ministre de l’éducation des E.A.U. ont également assisté à l'événement.

Dans son allocution d’introduction, Mme Azoulay a félicité les deux lauréats, le Ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Maroc pour son projet GENIE et l'Institut Tata des Sciences sociales pour son projet Initiative d’apprentissage connecté (CLIx) rappelant que des solutions innovantes utilisant les TIC dans l’éducation sont nécessaires pour accomplir les objectifs éducatifs de l’Agenda 2030 : « Dans un monde où la technologie a un impact sur chacun des aspects de notre vie, l'éducation est inconcevable sans l’innovation. Grâce à leurs capacités de plus en plus puissantes et à leurs prix en baisse, les technologies de l’information et de la communication présentent un énorme potentiel, en particulier pour les pays à faible revenu. » Mme Azoulay a remercié Sa Majesté le Roi du Bahreïn d’avoir créé ce Prix en 2005, reconnaissant que celui-ci « est un bon exemple de comment la technologie peut - et doit – être au service de tous et ouvrir de nouvelles possibilités de vivre ensemble et d’apprendre ».

Réaffirmant la pertinence du Prix Roi Hamad et de son impact, M. Majed Bin Ali Al-Noaimi, Ministre de l’éducation du Bahreïn, a exprimé son soutien à l'UNESCO et à sa stratégie mondiale 2015-2030, rappelant que l'éducation constitue la pierre angulaire de son développement et de sa réalisation. M. Al-Noaimi a décrit les grands efforts entrepris par le Bahreïn dans le domaine de l’autonomisation par le numérique, indispensable à la construction et à la préparation de capacités nationales qualifiées et compétentes pour le 21ème siècle. Il a également rappelé la coopération solide et constante qui lie le Bahreïn et l'UNESCO dans différents domaines de compétences de l'Organisation, rappelant que le Royaume accueille actuellement le Centre régional arabe pour le Patrimoine mondial, le Centre d’excellence pour l’enseignement technique et professionnel et le Centre régional pour les technologies de l’information et de la communication, de Catégorie 2.

Cet événement annuel était organisé en parallèle avec un Séminaire des lauréats et une exposition présentant les meilleurs projets de six pays : Maroc, Inde, Lettonie, E.A.U., Croatie et Ghana, ainsi que les programmes et activités du Bahreïn sur l’autonomisation par le numérique dans l'éducation, offrant une expérience tant professionnelle que culturelle à tous les participants.

Soulignant le rôle des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage, Mme Ilham Laaziz, Directrice du programme GENIE, a déclaré : « L'introduction des TIC et leur intégration progressive dans les programmes scolaires nationaux constituent deux étapes importantes dans la mise en œuvre de la réforme du secteur de l’éducation. » Elle a ajouté qu'en mars 2005, le gouvernement du Maroc a adopté une stratégie visant à intégrer les TIC dans l’enseignement dans les écoles publiques, et que le programme a pour objectif de contribuer à la construction d’une société du savoir en vue du développement durable du pays. Mme Padma Sarangapani, Directrice du projet indien Clix a fait une présentation avec M. Vijay Kumar, de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT), États-Unis. Ils ont surtout mis en avant l'importance d’être connecté et montré de quelle manière le projet s’efforce d’élargir l’accès à une éducation secondaire de qualité, ainsi que la participation à ce niveau d’éducation, par une intégration intelligente des technologies, produisant ainsi de nouvelles possibilités d'éducation et de travail et contribuant à une citoyenneté numérique productive et responsable.

Les deux projets incluent des approches multilingues, innovantes et holistiques, reflétant bien le thème de l’année, “L'utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour accroître l'accès à une éducation de qualité », l’objectif étant d’encourager l’innovation dans l’utilisation des TIC afin d’accroître les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie et d’atteindre l’Objectif de développement durable des Nations Unies pour l'éducation, l’ODD 4.

La cérémonie a également inclus des éléments dynamiques, dont un film, Digital Schools’ Reporters of the Kingdom of Bahrein, qui présente les réalisations de l’autonomisation par le numérique dans le pays grâce à des initiatives éducatives, ainsi qu'une représentation donnée par un orchestre composé d’étudiants du Bahreïn. Après cette introduction musicale, la Présidente du Jury international, Mme Lucia Dellagnelo, a annoncé les noms des lauréats. La Directrice générale de l’UNESCO et le Vice Premier ministre du Bahreïn ont alors remis leurs médailles et leurs diplômes aux lauréats qui sont ensuite montés sur scène pour remercier les organisateurs.

Dans son allocution finale, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Azoulay, a de nouveau félicité les lauréats, concluant ainsi : « Dans une période où l’éducation est mise au défi de répondre aux changements du marché du travail et à tirer des avantages de ces changements, et à répondre aux besoins de la « quatrième révolution industrielle », nous devons, pour transmettre nos valeurs, partager les pratiques pédagogiques les plus innovantes et efficaces afin de relever ce défi – celui de la qualité et de l’accès. »